Infos Birmanie

L’élévation du niveau de la mer place les villages du Myanmar (ex-Birmanie) en première ligne du changement climatique

Les écologistes considèrent le Myanmar comme particulièrement vulnérable au changement climatique.

Il figurait parmi les trois premiers pays touchés par des conditions météorologiques extrêmes entre 1998 et 2018 sur le Global Climate Risk Index, publié par le think tank environnemental Germanwatch.

Le niveau de la mer devait ainsi augmenter d’environ 13 cm d’ici 2020, mettant en danger environ 2,5 millions de résidents côtiers, a déclaré Myint Thein, un consultant américain en eaux souterraines et membre du comité des ressources en eau naturelles du Myanmar.

Déplacement des habitants

« Les inondations seront pires pendant la saison des pluies et la marée haute, entraînant l’écoulement d’eau salée dans les terres », a-t-il déclaré.

L’érosion rapide a déjà dévoré 10 villages au cours des quatre dernières années, a déclaré Jos van der Zanden, conseiller technique en chef du Gulf of Mottama Project, une organisation basée en Suisse qui fournit une assistance aux villageois déplacés.

Après que leurs maisons soient tombées dans la mer, les habitants du village de Ta Dar U, principalement des riziculteurs, se sont dispersés à travers le delta.

L’eau salée a contaminé leurs terres et ils ont été contraints d’occuper de nouveaux emplois, sans grand succès.

Éducation scolaire menacée

Près de 200 élèves subissent plusieurs heures de transport chaque jour pour aller à l’école après que la leur, qui se trouvait autrefois près du centre-ville, a été réduite à un tas de décombres à la suite des inondations.

« Si l’érosion se poursuit à ce rythme, l’avenir des élèves s’estompera également », a déclaré Myo Min Thein, le seul enseignant d’une école de fortune, qui a déclaré qu’il avait du mal à enseigner aux 26 élèves, âgés de 4 à 14 ans, par lui-même.

Le département du changement climatique du Myanmar a élaboré des plans pour faire face à la montée des eaux mais ne participe pas à la réinstallation des personnes déplacées, a déclaré le directeur adjoint Thin Thuzar Win.

Les villages de basse altitude devraient être déplacés immédiatement vers des zones situées à au moins 7 mètres au-dessus du niveau de la mer, a déclaré Myint Thein.

« Cela coûtera cher mais cela doit être fait », a-t-il déclaré. « L’environnement a changé, donc les gens doivent apprendre à s’adapter.»

Enviro2b.com – 27 février 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer