Infos Birmanie

Birmanie: un journaliste japonais inculpé pour diffusion de «fausses informations»

Print Friendly, PDF & Email

La junte militaire au pouvoir en Birmanie a inculpé pour diffusion de «fausses informations» un journaliste japonais emprisonné dans le pays, a rapporté l’agence de presse japonaise Kyodo.

Yuki Kitazumi, un journaliste indépendant arrêté mi-avril, a été inculpé lundi, journée mondiale de la liberté de la presse. Il fait partie de la cinquantaine de journalistes actuellement détenus en Birmanie dans le cadre de la répression menée depuis le coup d’Etat du 1er février.

La situation est chaotique en Birmanie depuis le putsch, qui a renversé le gouvernement civil dirigé par la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi. Un total de 766 civils ont été tués dans la répression menée envers les opposants au coup d’Etat par les forces de sécurité ces trois derniers mois et quelque 3.500 sont en détention, d’après une organisation locale, l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Selon l’AAPP, 50 journalistes sont actuellement en détention, dont 25 ont été formellement poursuivis, et 29 autres font l’objet d’un mandat d’arrêt. L’agence Kyodo a cité un responsable de l’ambassade du Japon, souhaitant ne pas être identifié, selon lequel Yuki Kitazumi ne souffre d’aucun problème de santé après plusieurs semaines de détention dans la prison d’Insein, à Rangoun, connue pour abriter des prisonniers politiques. Il est derrière les barreaux depuis le 18 avril. Ce jour-là, c’était la deuxième fois que Yuki Kitazumi était arrêté depuis le coup d’Etat. En février, il avait été battu et brièvement interpellé lors d’une intervention de la police anti-émeute contre des manifestants.

Le Japon qui est depuis des années, l’un des principaux pays à venir en aide à la Birmanie, fait pression pour obtenir sa libération. «Naturellement, nous continuerons à faire tout notre possible pour la libération rapide du ressortissant japonais détenu», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, à des journalistes japonais lors d’un voyage en Grande-Bretagne, selon la télévision NHK. En dépit des risques encourus, les manifestations se poursuivent. Mardi très tôt, des rassemblements se sont notamment formés à Mandalay, la deuxième ville du pays, ainsi que dans l’Etat Kachin (Nord).

Le Figaro avec Agence France Presse – 4 mai 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer