Infos Birmanie

Des élections en 2023 en Birmanie, qui peut y croire ?

Print Friendly, PDF & Email

Les observateurs internationaux sont tous dubitatifs après l’annonce par la junte militaire birmane, six mois après avoir pris le pouvoir du gouvernement élu, d’une prolongation de l’état d’urgence jusqu’à la tenue d’élections dans environ deux ans.

“Nous devons créer les conditions pour organiser des élections générales multipartites libres et équitables”, a déclaré le généralissime Min Aung Hlaing, qui s’est autoproclamé Premier ministre, lors d’une allocution télévisée enregistrée. “Nous devons faire des préparatifs. Je m’engage à organiser sans faute les élections générales multipartites.”

Il a ajouté que l’état d’urgence atteindra ses objectifs d’ici août 2023.

L’état d’urgence a été déclaré lorsque les troupes se sont opposées au gouvernement élu d’Aung San Suu Kyi le 1er février, une action qui, selon les généraux, était autorisée par la constitution de 2008 rédigée par les militaires. Les militaires ont affirmé que la victoire écrasante de Suu Kyi aux élections nationales de l’année dernière avait été obtenue grâce à une fraude électorale massive, mais n’ont fourni aucune preuve crédible.

Annulation des élections de 2020

Le gouvernement militaire a officiellement annulé les résultats des élections mardi dernier et a nommé une nouvelle commission électorale pour prendre en charge les scrutins.

La Birmanie est confrontée à la pire épidémie de COVID-19 de son histoire, qui a submergé son système de santé déjà très affaibli. Les restrictions imposées aux ventes d’oxygène ont donné lieu à de nombreuses allégations selon lesquelles l’armée dirigerait les fournitures vers les partisans du gouvernement et les hôpitaux gérés par les militaires.

Dans le même temps, les travailleurs médicaux ont été pris pour cible par les autorités après avoir été le fer de lance d’un mouvement de désobéissance civile qui exhortait les professionnels et les fonctionnaires à ne pas coopérer avec le gouvernement.

Min Aung Hlaing a imputé la méfiance du public à l’égard des efforts déployés par l’armée pour contrôler l’épidémie aux “fake news et à la désinformation via les réseaux sociaux”, et a accusé ceux qui en sont à l’origine d’utiliser le COVID-19 “comme un outil de bioterrorisme”.

Gavroche-thailande.com – 3 août 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer