Infos Laos

Mattie Do : le Laos ne compte que quatre salles de cinéma

Print Friendly, PDF & Email

Mattie Do est la seule femme réalisatrice du Laos. Membre du jury de la compétition “Cinéastes du présent” du 74e Festival du film de Locarno, son film “The Long Walk” a également été projeté. Keystone-ATS l’a rencontrée à cette occasion.

Mattie Do, qui a grandi à Los Angeles, est fille de réfugiés laotiens. Depuis dix ans, elle vit à Vientiane, la capitale du Laos. Elle a commencé sa carrière au cinéma en réalisant deux films d’horreur, “Chantaly” (2012) et “Dearest sister” (2016).

Son troisième film, “Bor me vhan chark” (The Long Walk – Le long chemin, 2019), projeté vendredi à Locarno, avait été présenté en première mondiale à la 76e Mostra de Venise en 2019. Il fait partie du programme Open Doors (Portes ouvertes) du Festival de Locarno, créé en partenariat avec la Direction du développement et de la coopération (DDC), qui soutient pendant trois ans le cinéma en Asie du Sud-Est et en Mongolie avant de passer à une autre région du globe.

Réalisatrice par hasard

Mattie Do est la première femme réalisatrice du Laos, mais comme elle l’a admis à la fin de la projection, elle l’est devenue par hasard. Elle n’a pas fait d’école de cinéma, mais comme son mari Christopher Sean Larsen est scénariste, elle a été engagée comme réalisatrice lorsqu’ils sont allés au Laos pour retrouver son père, alors qu’elle n’avait aucune expérience.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser : “être américaine ne m’a pas du tout aidée”, a dit Mattie Do à Keystone-ATS, car cela l’a empêchée de recevoir des fonds pour les films d’Asie du Sud-Est, alors qu’elle est également laotienne et vit au Laos.

“C’est encore extrêmement difficile pour le cinéma laotien car il n’y a pas d’infrastructure”, dit-elle. Dans tout le pays, il n’y a que quatre salles de cinéma et aucune école de cinéma. Les productions laotiennes sont relativement petites et le budget est très limité.

“Ne jamais se séparer”

“Bor me vhan chark” en laotien “est une belle expression qui signifie ‘ne jamais se séparer'”. Mattie Do explique que “The Long Walk” n’était pas censé être le titre anglais mais qu’il est resté par commodité.

Ce troisième film, inspiré par la perte de sa mère et de son chien et motivé par un “désir de remonter le temps”. Il traite du cercle de la vie et de l’impossibilité de changer les choses. “Un cercle que ces personnages n’acceptent pas et tentent de briser à chaque fois”.

Situé dans un petit village à l’extérieur de la capitale Vientiane, ce film est une fenêtre sur le Laos rural, ses habitants, sa culture et ses traditions bouddhistes, avec une touche de science-fiction et de voyage dans le temps. Il s’agit également d’une sorte de rébellion contre les critiques qu’elle a reçues auparavant parce que ses films ne sont soi-disant “pas représentatifs de la population laotienne”.

Jouer contre un vélo

L’enfant protagoniste du film (Por Silatsa) est devenu acteur par hasard : la réalisatrice l’a trouvé dans un petit village non loin de la capitale et lui a proposé de jouer dans son film en échange d’un vélo.

En plus de présenter son film, Mattie Do a été choisie comme membre du jury de la compétition “Cinéastes du présent”, consacré aux films de réalisateurs émergents.

“Lorsque la directrice artistique du festival, Giona A. Nazzaro m’a envoyé un e-mail pour me demander de faire partie du jury, j’ai pensé qu’il avait fait une erreur”, raconte la réalisatrice, qui se décrit comme “un esprit rebelle”.

En tant que membre du jury, ce qu’elle recherche dans un film, c’est “le potentiel” qu’il possède, car un prix du Festival du film de Locarno est un tremplin. Avec les autres membres du jury, l’actrice française Agathe Bonitzer et la directrice du Festival international du film de Rotterdam Vanja Kaludjercic, nous avons eu de nombreuses discussions sur les films en compétition et nos différentes perspectives se complétaient à merveille.

En tant que réalisatrice, elle travaille avec son mari, lui donne une idée et lui explique “la direction que doit prendre l’histoire”, il écrit ensuite le scénario du film qu’elle relit et corrige. “Nous faisons quatre ou cinq brouillons avant le tournage”.

La réalisatrice a de nombreux projets dans le tiroir, mais elle ne veut pas “se faire de faux espoirs de peur d’être déçue”, comme ce fut le cas pour son deuxième film.

Elle a envie de tourner un film d’amour entre l’Amérique rurale et Bangkok, qui soulignerait le contraste entre un petit village nord-américain et une métropole asiatique. Elle imagine aussi un film de zombies qui se déroulerait au Laos et qui traiterait du tourisme sexuel et du suicide des touristes sexuels.

Agence Télégraphique Suisse – 15 août 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer