Infos Thailande

La réouverture de la Thaïlande au tourisme inquiète une part de la population

Print Friendly, PDF & Email

La réouverture de la Thaïlande le 1er novembre comporte le risque d’une résurgence du Covid-19, ce qui inquiète une partie de la population. 

La réouverture du royaume est pleine d’incertitudes et comporte le risque de nouveau verrouillage, ce qui pourrait ramener le pays à la case départ, estiment des chauffeurs de taxi et des restaurateurs.

Pourtant, ils font partie des personnes les plus durement touchées par la pandémie.

Sourire pour les uns, peur pour les autres

L’annonce télévisée du Premier ministre Prayut Chan-o-cha, le lundi 11 octobre, concernant la réouverture de la Thaïlande prévue pour le 1er novembre, a été accueillie avec joie par les entreprises, principalement dans les secteurs des services et du tourisme.

Ils ont subi une spirale descendante depuis que la pandémie a frappé au début de l’année dernière.

Cependant, la nouvelle a été traitée avec une extrême prudence par les autres secteurs d’activité et par les gens de la rue.

Et ce, malgré l’assurance donnée par le gouvernement que seuls les visiteurs étrangers entièrement vaccinés auront le privilège d’éviter la quarantaine à leur arrivée.

En outre, il existe des conditions préalables selon lesquelles les visiteurs internationaux devront prouver qu’ils sont exempts de Covid-19 grâce à un test RT-PCR effectué avant de quitter leur pays d’origine, suivi d’un autre test en Thaïlande.

Une ouverture jugée trop rapide par certains

“Les personnes qui vivent au jour le jour ne profitent guère de la réouverture destinée à sortir l’économie du pire marasme qu’elle ait connu de mémoire d’homme”, a déclaré Somyot Kerdpradit, 38 ans, chauffeur de moto-taxi.

M. Somyot a déclaré que pour les personnes qui, comme lui, vivent de maigres salaires ou de revenus journaliers, la réouverture n’est pas quelque chose dont il faut se réjouir.

Plus les visiteurs étrangers sont autorisés à revenir dans le pays, plus le risque d’une nouvelle épidémie augmente, ce qui est la dernière chose dont tout le monde a besoin.

“Nous ne pouvons pas nous permettre un autre verrouillage, honnêtement”, a-t-il déclaré.

Il serait préférable d’attendre que le nombre de cas quotidiens, qui dépasse encore 10 000 certains jours, tombe à trois ou quatre chiffres avant de rouvrir les frontières, a déclaré M. Somyot.

“Un peu de patience pourrait permettre d’éviter une nouvelle crise.

Après tout, il est peu probable que l’économie retrouve du jour au lendemain son niveau d’avant la crise”.

“Tous les pays sont confrontés aux mêmes difficultés économiques”, a-t-il ajouté.

“La panacée est de vacciner le plus grand nombre de personnes possible.”, a-t-il déclaré.

Selon M. Somyot, les personnes qui vivent de revenus fixes ou de salaires mensuels sont plus ou moins à l’abri des effets financiers de la pandémie.

Mais pour ceux qui n’ont pas de revenus réguliers ou stables, un retour au confinement serait redoutable.

“La question doit être mûrement réfléchie”, a déclaré le chauffeur de moto-taxi.

Jit Jaiwanglok, un vendeur de nourriture, a déclaré que la réouverture peut être juste pour certains, mais pas pour d’autres.

Une grande partie de la manne de la reprise du tourisme et d’autres échanges commerciaux pourrait finir dans les poches des grandes entreprises.

“Les gens comme moi ne peuvent pas mettre la main sur la part du gâteau”, a-t-il déclaré.

“Lorsqu’une maladie se propage, ce sont les gens de la rue qui sont les plus susceptibles de la contracter.

Les personnes aisées ont également à leur disposition des traitements efficaces.”

Selon lui, il ne semble pas que la pandémie ait été maîtrisée.

“Si le gouvernement était sincère dans sa volonté de relancer l’économie, pourquoi s’arrêter à la réouverture ?

Il devrait également annuler le couvre-feu nocturne”, a déclaré M. Jit.

Le couvre-feu, en vigueur de 22 heures à 4 heures du matin, devrait être levé afin que les personnes qui gagnent leur vie la nuit puissent se remettre sur pied, a-t-il ajouté.

Sorasit (nom de famille non communiqué), 31 ans, propriétaire d’un restaurant, a déclaré que s’il était favorable à ce que le pays se reconnecte avec le monde et relance l’économie, sa plus grande crainte était les confinements intermittents.

“Le pire ennemi pour nous est la volatilité”, a-t-il déclaré.

“Ce que les entreprises veulent, c’est une stratégie mesurée et bien planifiée pour remettre l’économie sur pied, afin qu’elles et le public puissent être confiants dans leurs démarches futures.

Les opérateurs économiques ont besoin d’une confiance qui les incite à investir.”

“À plus long terme, je ne vois aucune garantie qu’un autre blocage ne se produira pas”, a-t-il déclaré.

“Le vaccin doit être plus largement disponible”, a-t-il ajouté, notant que beaucoup de ceux qui ont reçu des doubles doses de vaccin Sinovac ont besoin d’une injection de rappel.

“Mais est-ce que beaucoup d’entre nous reçoivent les piqûres de rappel maintenant ?”.

“Dans le cas d’un nouveau confinement, le gouvernement doit donner aux restaurateurs un préavis d’au moins deux semaines.

Ils ont besoin de temps pour gérer les ingrédients frais dans leurs stocks.

Les autorités doivent également simplifier les réglementations afin que les petites entreprises puissent accéder facilement aux fonds qui peuvent les aider à rester à flot.

Les kits de dépistage des antigènes doivent être proposés rapidement et en grand nombre aux travailleurs du secteur de la restauration et des services.”

M. Sorasit, quant à lui, doute que de nombreux touristes étrangers veuillent venir en Thaïlande alors que les infections quotidiennes restent élevées.

Toutelathailande.fr avec The Bangkok Post – 14 octobre 2021

La réouverture de la Thaïlande au tourisme inquiète une part de la population
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer