Infos Viêt Nam

L’économie du Vietnam en pleine forme

Le Vietnam bénéficie d’un fort courant d’investissements étrangers parmi lesquels des délocalisations d’entreprises venues de Chine pour échapper aux droits de douane. La croissance du PIB est l’une des plus fortes au monde.

Pas question pour le Vietnam de freiner sa dynamique de croissance. Très vite, pour limiter toute propagation du coronavirus, les autorités de Hanoï ont fermé leurs liaisons terrestres et aériennes avec la Chine. Pourtant, si le PIB a progressé de 6,8 % l’an dernier, marquant ainsi  l’une des plus fortes progressions au monde après l’Inde , c’est en grande partie grâce à son voisin chinois. Le Vietnam est à ce jour l’un des grands bénéficiaires de la guerre commerciale sino-américaine qui a entraîné une accélération de la délocalisation de l’industrie exportatrice de la Chine vers le Vietnam afin de contourner les droits de douane et de profiter de coûts de fabrication plus bas.

Envolée des coûts

Résultat, les autorités de Hanoï bénéficient depuis 2018 de courants encore plus soutenus d’investissements étrangers, une tendance qui devrait se maintenir en 2020, estiment les experts de Coface. Mais elles doivent faire face en même temps à une envolée du coût du foncier viabilisé et bien entendu à celui de la main-d’oeuvre. A ce stade, ce mouvement de délocalisations vers le Vietnam permet de compenser la baisse de la demande de la Chine. Le pays était en quelque sorte prêt pour accueillir ces capitaux étrangers.

La montée en gamme de l’industrie manufacturière était amorcée, le pays ayant glissé d’une activité de base – chaussures, textiles – vers l’électronique notamment . Le basculement a été incontestablement scellé à partir de 2009 lorsque les autorités de Hanoï ont accueilli un premier investissement du coréen Samsung qui a, depuis, en contrepartie d’avantages fiscaux conséquents, multiplié ses implantations et ses chaînes de production de smartphones. Hormis le tourisme aujourd’hui, mis entre parenthèses par l’épidémie de coronavirus qui interdit aux groupes chinois de se déplacer et  limite le nombre de visiteurs coréens , la demande intérieure reste stimulée par l’émergence d’une classe moyenne aidée par la hausse des salaires.

Entreprises d’Etat et Congrès du Parti

A moins d’un accident, notamment sanitaire, l’année 2020 devrait se maintenir sur une tendance identique à celle de 2019 . Il reste qu’à un an du Congrès du parti communiste vietnamien, le climat politique se détériore sur fond d’apurement du paysage politique et de campagnes anti-corruption. Dans leur volonté de moderniser l’économie, les autorités tentent d’accélérer depuis les directives d’Etat de 2018 le rythme de la privatisation des entreprises d’Etat. Sur un total de 127, seules une trentaine d’entre elles ont pour l’instant été vendues. B eaucoup de cadres du Parti se nourrissent de ces structures  : « Le système vietnamien tient dans l’imbrication des élites politiques dans le système économique » explique Benoît de Tréglodé, directeur de recherche à l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (Irsem) et spécialiste du Vietnam. Entre un nécessaire allégement des finances publiques et le risque d’assécher des canaux qui nourrissent le pouvoir politique, le dossier des entreprises d’Etat n’est pas simple à piloter.

Par Michel De Grandi – Les échos – 12 février 2020