Infos Viêt Nam

Les 20 meilleurs films pour comprendre la guerre du Vietnam

Print Friendly, PDF & Email

La guerre du Vietnam était un conflit qui a duré vingt ans; un conflit sanglant qui a fait des millions de morts vietnamiens, des dizaines de milliers d’Américains morts, des civils déplacés, un pays riche rasé et souffrant.

Le plus impressionnant de ce conflit est le complexe absurde de son développement: que faisaient les Américains là-bas? Ne voulaient-ils pas libérer le peuple vietnamien? N’était-ce pas exactement la même chose que les Vietnamiens voulaient? Pourquoi n’ont-ils pas atténué le conflit quand ils le pouvaient? Pourquoi s’est-il prolongé jusqu’à la chute de Saigon en 1975? Ne pourrait-il pas être évitable? Même dans la folle logique de la guerre froide, Ce massacre était-il nécessaire?

Face à un malentendu, il nous reste une merveilleuse façon de comprendre la complexité d’une guerre, l’explorer à travers la culture populaire. Pendant et après le conflit, des centaines de films sur le Vietnam ont été tournés. Certains ont une énorme valeur documentaire, d’autres sont des explorations plus personnelles; certains parlent de formation, d’autres de stress post-traumatique; certains décrivent le conflit d’une perspective fatale, d’autres dénoncent l’absurdité évitable de toute guerre. Pour démêler cette folie -ou, au moins, leur donner un contexte intense-, nous avons préparé une liste avec des films essentiels pour comprendre le chaos de boue, de sang et de jungle qui fut la guerre du Vietnam.

Espérons que cette sélection pondérée servira à éclairer une partie du malheur humain sombre qui a été cette horrible guerre.

Espérons que l’histoire puisse encore nous apprendre quelque chose.

La section 317e, Pierre Schoendoerffer (1965)

Pour parler de la guerre du Vietnam, il faut d’abord parler de l’Indochine. Il n’y a aucun moyen de comprendre le nationalisme vietnamien et la répulsion envers le colonialisme, sans parler de la guerre éternelle du peuple contre les envahisseurs. D’abord les Chinois, puis les Français, enfin les Américains. Un film qui, comme une grande partie de ce que vous verrez sur cette liste, rappelle profondément le sentiment anti-impérialiste d’un autre film essentiel sur les conquêtes absurdes, Aguirre: The Wrath of God (1972) de Werner Herzog. Dans ce film choquant, Schoendoerffer a adapté son propre livre et a remporté le prix du meilleur scénario au Festival de Cannes. Et en effet, le prix est mérité. La section 317e est un film brut et violent sur les derniers jours de l’armée française au Vietnam, sur l’impossibilité de sortir de cette jungle, sur l’absurdité de survivre un jour de plus dans un combat sans cause ni raison.

Tropic Thunder, Ben Stiller (2008)

Tropic Thunder est une parodie impossible à imaginer dix ans après sa première. L’énorme irrévérence de Ben Stiller dans la réalisation a créé une vision cynique de la façon dont Hollywood a géré le traumatisme de la guerre du Vietnam. Un méta film sur la caricature de ce qui n’est pas compris; sur l’énorme banalité du show business; et comment les simplifications grotesques d’Hollywood sont payées avec reconnaissance et applaudissements. Et oui, comme si l’Académie ne comprenait pas quand ils s’en moquaient, avec un papier qui montre les terribles extrémités du blackface à Hollywood, Robert Downey Jr. a remporté une nomination aux Oscars pour ce film..

La petite fille de Hanoi, Hải Ninh (1975) / Le champ abandonné: zone de feu libre, Hong Sen Nguyen (1979) / Quand vient le dixième mois, Dang Nhat Minh (1984)

Nous ne pouvions pas laisser passer ce décompte de films pour comprendre la guerre du Vietnam sans commenter certaines cassettes vietnamiennes. On parle très peu du cinéma vietnamien d’après-guerre et de la manière dont il a servi à traiter un conflit qui a ajouté à tant d’années de guerre contre le colonialisme.

Dans ces trois bandes, nous pouvons voir, si vous voulez, une progression.

Dans The Little Girl From Hanoi, juste après la guerre, nous trouvons un complot quelque peu maladroit, plein de fierté nationaliste, avec des discours de Ho Chi Minh en arrière-plan alors que le défilé brûlant des B-52 tombe. Mélodrame de la guerre pure et efforts de propagande.

Dans Free Fire Zone, le nationalisme traditionaliste est toujours là, mais il change pour montrer un ensemble de perspectives beaucoup plus efficace entre ceux qui vivent harmonieusement dans les rizières et les terribles hélicoptères qui les éliminent comme des fourmis. Film de propagande aussi, bien sûr, mais un peu moins évident.

Quand le dixième mois arrive, c’est finalement un film qui ne cherche plus à pousser un agenda transparent. Dix ans se sont écoulés depuis la fin de la guerre et il s’agit ici, après le régime de Pol Pot, de trouver une formule pour soigner les blessures. C’est le meilleur des trois films vietnamiens que nous mentionnons ici, haut la main. Un mélodrame élégant, bien filmé et larmoyant; une belle réflexion sur la mort et la responsabilité de rester en vie; une manière intrigante de rechercher, dans la tradition, l’apaisement du deuil.

Pourquoi si les vainqueurs racontent toujours l’histoire, n’avons-nous entendu que l’histoire des vaincus? Parmi ces trois films, vous trouverez un panorama dur et vivant de ce que signifie voir une guerre de l’autre côté, avec d’autres preuves idéologiques, avec d’autres messages politiques, avec la vision, enfin, des autres.

Victimes de guerre, Brian de Palma (1989)

L’un des films les plus terribles sur les crimes de guerre américains au Vietnam et le film préféré de Tarantino sur la guerre. Les victimes de la guerre sont de la torture. Soutenu par les performances massives de jeunes acteurs éprouvés à l’époque (Ving Rhames, Sean Penn, Michael J. Fox, John C. Reilly, John Leguizamo, etc.), c’est l’un des rares films à aborder la question des abus sexuels. au Vietnam. Avec le cachet unique de De Palma, la violence sexuelle se transforme en un dialogue éloquent. Et soudain, nous entendons le personnage de Sean Penn, tenant ses parties génitales et agitant un M16, dire: “Ceci est la véritable arme … le fusil est juste pour le plaisir.” Quelle lucidité, quelle horreur, quelle brutalité: Une bande essentielle pour réfléchir à ce qui sépare un héros d’un criminel de guerre.

Dogfight, Nancy Savoca (1991)

Il est rare de trouver un film d’amour dans le contexte de la guerre du Vietnam. Cependant, le chef-d’œuvre de Nancy Savoca a trouvé River Phoenix à son meilleur. La même année où il réalise My Own Private Idaho avec Gus Van Sant, Phoenix interprète la masculinité pourrie des Marines. Avec cela, Savoca a déposé une plainte non conventionnelle au sujet de la guerre du Vietnam qui se concentre, avant tout, sur la cruauté des hommes et l’horreur de la pensée du troupeau masculin. Discours final de Richard Panebianco sur la construction idiosyncratique des mensonges aux États-Unis c’est encore un haut point de réflexion au cinéma sur la bêtise de cette guerre.

Hearts and Minds, Peter Davis (1975)

Un documentaire impressionnant, réalisé dans la colère la plus violente contre les décisions qui ont conduit à une guerre ridicule de 20 ans. Dans aucun autre film, les abus de la guerre, les profonds malentendus qui l’ont provoquée, la douleur qu’elle a laissée chez les enfants sans père, les hommes sans bras, sans jambes, les paraplégiques, dans les villages dévastés, sont montrés d’une manière plus directe, véridique et violente. du Vietnam, dans le massacre de civils, dans les agents toxiques, dans tant de traumatismes, tant de douleur, tellement de stupidité stupide et meurtrière. Les images et les interviews trouvées dans ce documentaire sont sans précédent. Un vrai coup au visage pour comprendre une tragédie qui aurait pu être évitée; une tragédie qui a fait 60 000 morts d’un côté et plus de 3 millions de l’autre; une tragédie que certains ont essayé d’oublier, tandis que d’autres n’ont pas cessé de la vivre.

Le brouillard de la guerre: onze leçons de la vie de Robert S. McNamara, Errol Morris (2003)

L’un des responsables de la guerre du Vietnam était secrétaire à la Défense au milieu de deux postes: être président et directeur de Ford de la Banque mondiale. Qui est ce personnage? Ce brillant documentaire du légendaire Errol Morris se penche sur la vie et l’œuvre de Robert Strange McNamara, le secrétaire à la Défense de John F.Kennedy et Lyndon B. Johnson, et l’homme derrière les premières stratégies américaines de la guerre du Vietnam.

Avec le style d’interview unique d’Errol Morris, approcher ce personnage excentrique n’est en aucun cas judicieux, violent ou conflictuel. En fait, Morris a transformé un film sur McNamara et son implication dans la guerre froide en un film sur les leçons de vie. Une perspective unique pour plonger dans un esprit brillant et ses décisions très humaines; une façon unique de comprendre l’une des principales causes de la guerre du Vietnam.

Quelles erreurs cet homme brillant a-t-il commises pour devenir responsable de cette horreur? Comment pouvez-vous vivre avec vous-même? Que pensez-vous de votre responsabilité?

Un documentaire inoubliable et éclairant.

Hair, Milos Forman (1979) / No Vietnamese Never Called Me Nigger, David Loeb Weiss (1968)

Vous ne pouvez pas non plus comprendre la guerre du Vietnam sans tenir compte de son impact sur la culture populaire. Certains analystes suggèrent même que c’est le mouvement de libre pensée hippie de Californie qui a dégénéré dans la culture post-vérité de Donald Trump. C’est possible, comment le savez-vous? Quoi qu’il en soit, le mouvement hippie, la rébellion contre la guerre, la lutte pour les droits civils, l’énorme racisme américain et les manifestations à Washington étaient une partie très réelle du conflit de ce côté-ci de l’océan.

Avec deux visions absolument différentes, ces deux bandes emblématiques interroger et explorer la culture de la protestation anti-guerre, le racisme américain dans les années 1960, le mouvement très pressant des droits civiques (la marche de 67 contre Washington a eu lieu quelques semaines après le discours le plus célèbre de Martin Luther King) et la violence systématique contre une jeune génération dans le pays de la liberté. Avec deux styles très différents et une signification historique très différente, le classique musical de Milos Forman et l’énorme documentaire d’entrevue de Weiss se croisent pour nous donner une perspective plus concrète de l’horreur qui a vécu au cœur des États-Unis alors que leurs jeunes se déchaînaient dans les villages. De l’autre côté du monde.

La fin de No Vietnamese Ever Called Me Nigger continuera de résonner dans mon esprit pour toujours: “Nous demandons seulement le droit d’être humain.”

Cibles, Peter Bogdanovich (1968) / Chauffeur de taxi, Martin Scorsese (1976)

Deux films qui parlent de l’énorme violence qu’une guerre crée, même après sa fin. Travis Bickle et Bobby Thompson sont tous deux des vétérans du Vietnam – tous deux ont traversé l’enfer et tous deux rentrent profondément déchirés. Là, dans la normalité américaine des lumières de la ville, aucun n’est trouvé. Et bientôt des idées de vengeance, de violence et de justice commencent à émerger qui s’imposent à cette réalité complexe.

La guerre ne les quitte jamais vraiment.

Taxi Driver est un film emblématique unique, avec lequel Martin Scorsese a construit une légende aussi durable que cohérente. L’autre est un joyau de culte oublié dans le coffre de Bogdanovich, Roger Corman et, bien sûr, le grand Boris Karloff (en fait, c’était sa dernière performance). Les deux sont terrifiants et montrent la dangereuse facilité avec laquelle les États-Unis produisent puis canonisent les meurtriers.

Deux prémonitions horribles – et formidables -.

The Deer Hunter, Michael Cimino (1978) / Jacob’s Ladder, Adrian Lyne (1990)

Il est très difficile de comparer un film moraliste, médiocre à bien des égards et douloureusement catholique avec le chef-d’œuvre qu’est The Deer Hunter de Cimino. L’un est le meilleur film jamais réalisé sur le Vietnam (ou, du moins, mon préféré); l’autre est une entrée anecdotique dans l’horreur psychologique paranoïaque des années 90. Cependant, ces deux films explorent, chacun à sa manière et à sa manière, le très lourd fardeau de la guerre. Les deux bandes plonger dans la fatigue et la tension psychologique, le stress post-traumatique et l’inadaptation au monde civil des soldats marqués par le Vietnam.

Le film de Cimino dépeint, avec une brutalité unique, le simple sens de la guerre (tuer ou mourir), tandis que le film de Lyne explore les cauchemars paranoïaques d’un soldat dans les Limbes. Et dans les deux œuvres, nous comprenons les restes de la guerre: la torture psychologique devient alors un enfer, que ce soit dans le monde souterrain de Saïgon pariant avec une balle dans le temple, ou dans un New York pourri aux portes du châtiment éternel.

Little Dieter Needs to Fly, Werner Herzog (1997) / Rescue Dawn, Werner Herzog (2006)

Avec Little Dieter Needs to Fly, Herzog a trouvé l’une des histoires de prisonniers de guerre les plus incroyables. Et nous ne pouvons pas essayer de comprendre le traumatisme du Vietnam pour les combattants américains sans comprendre les histoires des prisonniers secourus. Comme John McCain, de nombreux soldats ont vécu pour compter la torture et l’humiliation infligées par le Vietcong. Cependant, parmi tant de récits, l’histoire de Dieter Dengler, de l’Allemagne d’après-guerre mangeant du papier peint sur les murs à sa fuite effroyable aux pieds nus du Laos, c’est trop étonnant pour être vrai.

L’humanité du personnage, sa simplicité, son charisme et ses peurs latentes étaient, bien sûr, un énorme stimulant pour Herzog. Ainsi, des années plus tard, le grand cinéaste allemand a recréé cette expérience dans une œuvre de fiction. Avec Christian Bale dans l’un de ses rôles typiques de souffrance physique. Rescue Dawn est une autre façon de comprendre la souffrance et l’incroyable ténacité de Dangler. Les deux films, placés côte à côte, jouent entre témoignage et fiction pour nous faire voir que ce ne sont pas toujours les images qui créent les sensations les plus vives. Deux visions uniques des vaincus, des morts, d’autres oubliés de la guerre.

Full Metal Jacket, Stanley Kubrick (1987) / Platoon, Oliver Stone (1986) / Streamers, Robert Altman (1983)

Dans les années 1980, il y a eu une nouvelle exploration du traumatisme du Vietnam. Dans ces trois films, précisément, l’accent n’est pas mis sur la guerre elle-même, mais sur la croissance de ceux qui ont grandi pour la combattre. Ces trois films sont des films d’apprentissage, de maturation et d’apprentissage de la guerre. Le peloton d’Oliver Stone, le plus idéaliste, pourrait être lié aux victimes de la guerre pour son regard sur les horreurs criminelles et les excès des soldats dans les villages ruraux du Vietnam. Bien sûr, ils tirent tous les deux quelque chose de l’article inspiré de Daniel Lang pour The New Yorker sur lequel De Palma a basé son film. Il s’agit du premier film américain réalisé par un vétéran de la guerre du Vietnam. Le peloton, aussi incroyable soit-il, reste un monument à la boussole morale de son créateur. Oliver Stone ne peut pas s’en empêcher mais, malgré son ego débordant, il a fait un film de passage à l’âge adulte douloureux, vif et manichéen à partir de tout drame de croissance.

La bande de Kubrick, en revanche, est beaucoup plus cynique et impitoyable (comme Kubrick). Folie, violence, masculinités enfermées, absurdité, sang, boue, pression sociale. Tout dans la formation du Joker se transforme en douleur, en violence, en emportant ce que tout le monde demande. Un homme qui a vu la guerre de côté gagne un regard de fer, tuant, finalement, par compassion, désespoir et pression sociale. Une terrible histoire de croissance humaine et de déclin social.

A la frontière entre le lyrisme d’une pièce et le besoin contenu de l’encadrement, cet horrible drame de croissance au bord de la guerre est une autre finesse du grand Robert Altman. Streamers: quel joyau oublié. L’un des films les plus atroces à regarder sur la guerre du Vietnam; un film qui, bien qu’il ne soit pas particulièrement violent, est profondément troublant. Masculinités verrouillées, homophobie, racisme, violence contenue … L’image du titre est claire: les recrues sont des corps flottants; corps à tamponner au sol; des corps qui, dans l’air, avec un dernier souffle, prient pour voir un parachute.

Trois films sur la formation des Marines, sur la pourriture de leur croissance, sur la boussole morale tordue qui les amène à mourir et à survivre dans la jungle, à rester à peine humains, à sombrer dans la folie. Matthew Modine dans tout. Trois visions de ce que c’était, pour une génération, de grandir dans un cauchemar absurde.

Apocalypse Now, Francis Ford Coppola (1979)

Un film qui n’est pas, comme l’a dit le réalisateur, sur le Vietnam, mais c’est le Vietnam. Apocalypse Now a donné sa deuxième Palme d’Or à Francis Ford Coppola et en a fait une légende vivante. Destiné à l’origine à être réalisé par George Lucas, ce film impossible à réaliser est devenu un mémorial anti-guerre et une lecture privilégiée de l’impérialisme après Conrad. Les circonstances n’ont pas beaucoup changé, en poursuivant la liberté, les Américains sont devenus le nouvel empire colonial. Avec The Deer Hunter de Cimino, l’un des films les plus emblématiques de la guerre du Vietnam. Une épopée de circonstances ridicules, de poésie, de soucoupes perdues dans la jungle, d’hélicoptères tombés avec des lapins Playboy, vestiges de la sale civilisation française, jeunesse, incompréhension, altérité absolue et folie. Une merveille sans compromis pour explorer le non-sens de tant de violence.

Bonus: la guerre du Vietnam, Ken Burns et Lynn Novick (2017)

Ce que Burns et Novick ont ​​fait dans cette série documentaire qu’ils peuvent regarder sur Netflix est spectaculaire. Non seulement en raison de l’énorme manipulation dans l’assemblage, la sélection et la conservation d’un matériel d’archives jamais collecté auparavant, mais en raison de la façon dont ils présentent un conflit si complexe sous de multiples perspectives. Si vous voulez comprendre ce qui s’est passé au Vietnam, du colonialisme français, la montée du mouvement nationaliste, les lettres perdues de Ho Chi Minh, la montée et la honte du despotique Diem, l’effet domino et toute la catastrophe ridicule qu’a été cette tragédie mondiale, vous ne pouvez pas manquer ce documentaire éclairant. L’un des travaux les plus complets jamais réalisés sur l’intrigue politique d’un cauchemar.

Breakingnews.fr – 2 mai 2020

Les 20 meilleurs films pour comprendre la guerre du Vietnam
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer