Infos Birmanie

Le Conseil de sécurité de l’Onu discutera jeudi des violences et de la pandémie en Birmanie

Le Conseil de sécurité de l’Onu tiendra jeudi une visioconférence sur la Birmanie afin d’évoquer l’escalade de violences dans l’Etat de Rakhine et l’impact de la pandémie de Covid-19, a-t-on appris lundi de sources diplomatiques.

Cette réunion à huis clos a été demandée par le Royaume-Uni. Une intervention de l’émissaire de l’Onu pour la Birmanie, la Suissesse Christine Schraner Burgener, est prévue.

Fin avril, un chauffeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), transportant des échantillons de tests au coronavirus, avait été tué dans une attaque dans l’Etat de Rakhine (ouest), une région birmane en proie à des violences entre groupes rebelles et militaires. En condamnant l’attaque, l’Onu avait demandé une enquête exhaustive, transparente, et que les auteurs soient déférés devant la justice.

Les violences se produisent sur fond d’appel de la communauté internationale à un cessez-le-feu et à la protection des civils déplacés face à la pandémie de coronavirus. La dernière réunion du Conseil de sécurité sur la Birmanie remonte à février. La Chine, soutien de la Birmanie et régulièrement opposée à une action de l’Onu pour ce pays, avait alors empêché l’adoption d’une déclaration commune des 15 membres du Conseil.

Depuis août 2017, environ 740.000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les exactions de militaires birmans et de milices bouddhistes, qualifiées de «génocide» par des enquêteurs de l’Onu. Le nombre exact de Rohingyas tués au cours des violences n’est pas connu, mais des ONG estiment qu’il s’élève à plusieurs milliers.

Le Figaro avec Agence France Presse – 11 mai 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer