Infos Thailande

Surenchère de griefs liés à la couronne en Thaïlande, le PM “inquiet”

Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-O-Cha s’est dit préoccupé mardi par la dimension que prend le mouvement de protestation étudiant après qu’un autre groupe a lancé un appel en 10 points à la réforme de la monarchie formulé avec une franchise inhabituelle.

Trois à quatre mille manifestants rassemblés lundi soir sur le campus de l’université Thammasat à Rangsit, dans la banlieue de Bangkok, ont scandé «Vive la démocratie» sur des discours appelant à la démission de Prayuth Chan-O-Cha et à la fin de la domination militaire sur la politique du royaume.

Mais des manifestants d’un groupe pro-démocratie de l’Université Thammasat ont également lancé un appel en 10 points demandant la réforme de la monarchie. Il s’agit du troisième groupe d’étudiants protestataires au moins à franchir la ligne, taboue depuis plusieurs décennies, du questionnement du rôle et de ses pouvoirs.

La loi thaïlandaise prévoit des peines très sévères pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison contre tout acte ou propos jugé diffamatoire envers le roi et les membres de sa famille.

Les responsables du palais ont refusé de commenter les manifestations étudiantes ou toute critique potentielle vis-à-vis de la monarchie qui aurait pu émerger.

Le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha, qui est un ancien chef de l’armée et meneur du coup d’Etat de 2014, a déclaré aux journalistes qu’il avait suivi les manifestations.

“Oui, j’ai regardé, comment aurais-je pu faire autrement ?”, a-t-il dit lorsqu’on lui a posé des questions sur les demandes des étudiants.
«Je suis préoccupé», a-t-il dit, sans toutefois préciser ce qui le préoccupait ni commenter sur les demandes de réforme liées à la royauté.

Prayuth Chan-O-Cha a mis en garde les manifestants sur toute implication de la monarchie dans leurs manifestations, mais il a également déclaré que le roi Maha Vajiralongkorn lui a demandé de ne pas invoquer les lois de “lèse-majesté” pour arrêter ceux qui s’aventureraient à le critiquer.

Parmi les nouvelles demandes des étudiants figuraient l’annulation d’une ordonnance de 2019 qui prévoyait le transfert de deux unités de l’armée sous le commandement personnel du roi et d’une loi de 2017 lui accordant le contrôle total sur les vastes propriétés de la Couronne.

Lepetitjournal.com avec Reuters – 11 août 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer