Infos Viêt Nam

L’Union européenne dénonce la condamnation à mort de deux responsables des émeutes de Dong Tam

La situation des droits de l’homme dans les pays de l’ASEAN et la répression en vigueur mérite toujours du recul. Avant la manifestation du 19 septembre, la Thaïlande est dans le collimateur. Mais au Vietnam, une condamnation à mort vient de rappeler combien il peut être risqué d’affronter les forces de l’ordre.

Le 14 septembre 2020, le tribunal populaire de Hanoï a en effet condamné à la peine capitale les accusés Le Dinh Cong et Le Dinh Chuc pour leur implication dans le tragique affrontement entre civils et forces de sécurité qui a eu lieu le 9 janvier 2020 dans la commune de Dong Tam.

L’Union européenne vient de s’exprimer sur la condamnation à la peine capitale des accusés Le Dinh Cong et Le Dinh Chuc pour leur implication dans le tragique affrontement entre civils et forces de sécurité qui a eu lieu le 9 janvier 2020 dans la commune de Dong Tam. L’UE rappelle dans un communiqué qu’elle est opposée à l’utilisation de la peine capitale sous toutes ses formes et dans toutes les circonstances, et appelle systématiquement à son abolition universelle. La peine de mort est cruelle et inhumaine et son abolition est essentielle pour protéger le droit de chacun à la vie. L’UE demande instamment au Vietnam d’adopter un moratoire sur son application, ce qui constituerait un premier pas vers l’abolition de la peine de mort.

Graves préoccupations

Les rapports sur les conditions et le déroulement du procès suscitent également de graves préoccupations. L’UE et ses États membres plaident fermement en faveur de l’État de droit et du plein droit à un procès équitable, comme le stipule l’article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Vietnam est partie.

Ce qui s’est passé à Đồng Tâm en janvier 2020

Le 9 janvier 2020, les autorités vietnamiennes ont déployé des milliers de policiers au Đồng village de Tâm, à la périphérie de la capitale Hanoï, pour résoudre un conflit foncier. Un affrontement entre les habitants et les autorités s’en est suivi, et trois policiers et deux civils ont été tués.

Le gouvernement a interdit à tous les médias indépendants de pénétrer dans la zone, laissant les médias d’État et les médias sociaux comme principales sources d’information. 

Alors que 5 000 policiers et militaires prenaient d’assaut le village de Hoành, dans la commune de Đồng Tâm, au milieu de la nuit du 9 janvier, des haut-parleurs diffusaient des messages aux habitants – qu’ils qualifiaient de “forces de représailles” – les avertissant de ne pas “dépasser les limites de leurs actions”.

Les tensions ont commencé avec la construction d’un aéroport militaire près du village de Đồng Tâm en 2017 par Viettel, la société de télécommunications appartenant à l’armée vietnamienne.

Toutes les terres du Vietnam communiste appartiennent à l’État

Toutes les terres du Vietnam communiste appartiennent à l’État, donc techniquement, le gouvernement peut les utiliser à toutes les fins qu’il souhaite. Mais les habitants disent qu’ils cultivent la terre depuis des générations et qu’ils n’ont pas été correctement indemnisés.

En avril 2017, la relation a pris un mauvais tournant après que les autorités locales ont commencé à sectionner 59 hectares de terres pour le projet Viettel.

Gavroche-thailande.com – 19 Septembre 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer