Infos Thailande

En Thaïlande, l’orpaillage rare gagnant de la crise du Covid-19

Print Friendly, PDF & Email

Alors que les prix mondiaux de l’or atteignent des niveaux records, l’orpaillage en Thaïlande fait partie des rares activités florissantes dans une économie ravagée par la crise du Covid-19

Au milieu de la boue jaunâtre qui tourbillonne dans les eaux de la rivière Sai Buri, Sunisa Srisuwanno soulève sa batée en bois laissant apparaître des taches rutilantes au centre.

“Il y en a pour 100 bahts”, dit-elle après un peu plus de 15 minutes de travail avec son collègue, Boonsom Aeamprasert.

Alors que les prix mondiaux de l’or approchent des niveaux jamais atteints, l’orpaillage est l’une des rares activités florissantes dans une économie durement touchée par l’effondrement du tourisme et des restrictions de voyage en raison de l’épidémie de Sars-Cov-2.

“Le secteur de l’orpaillage se porte bien, en particulier pendant le COVID-19”, confirme Sunisa, âgée de 37 ans et mère de deux enfants. “L’or est notre principal moyen de subsistance. Nous vendons de l’or aujourd’hui, nous sommes en mesure d’acheter de la nourriture pour nourrir la famille.”

Le nom de la région – Montagne d’or – indique que son exploitation minière dure depuis des temps immémoriaux dans le district de Sukhirin, dans le sud de la Thaïlande à la frontière avec la Malaisie.

Et la hausse des prix de l’or l’a rendu encore plus lucrative, tandis que le reste de l’économie thaïlandaise souffre, la banque centrale prévoyant une contraction de 6,6% pour 2020.

L’extrême sud de la Thaïlande, théâtre d’une insurrection séparatiste musulmane vieille de plusieurs décennies, n’a pas la profusion de stations balnéaires, de divertissements nocturnes ou de temples qui attirent tant les touristes dans le pays.

Mais les visiteurs qui venaient à Sukhirin pour la randonnée, le kayak et la faune constituaient néanmoins jusqu’à la crise du Covid-19 une importante source de revenus.

“Quand la communauté a été forcée de fermer les activités, nous avons dû passer de l’accueil des touristes au tamisage pour trouver de l’or”, explique Wari Bantakit, 40 ans, qui travaille pour un groupe de tourisme communautaire.

Certains orpailleurs n’ont à leur disposition qu’une pelle, une batée et une bouteille en plastique pour aspirer les grains – et la pépite occasionnelle. D’autres vont sous l’eau avec un masque de plongée.

On trouve des hommes orpailleurs, mais l’activité attire tout particulièrement les femmes.

“Les femmes au foyer qui vendaient des objets divers, des légumes et de la nourriture aux touristes ont été obligées de s’arrêter”, explique Wari. “Elles ont dû se tourner vers l’orpaillage. C’est devenu leur boulot principal.”

Lepetitjournal.com avec Reuters – 8 janvier 2021

En Thaïlande, l’orpaillage rare gagnant de la crise du Covid-19
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer