Infos Viêt Nam

La santé économique du pays passée au crible

Print Friendly, PDF & Email

«The Economist Intelligence Unit» a récemment organisé un séminaire consacré au Vietnam. Cette réunion associait 3 experts : son Directeur régional Tom Rafferty, basé à Pékin, les analystes John Marrett à Hong Kong et Divya Sangaraju à Singapour.

Notre chroniqueur Yves Carmona a suivi ces débats. En voici la synthèse, à la veille de l’ouverture du 13ème congrès du Parti communiste vietnamien le 25 janvier.

Un résumé d’Yves Carmona, ancien ambassadeur de France au Laos et au Nepal

Quelques points tirés des propos des trois intervenants et des questions posées, principalement sur la santé économique du Vietnam et l’opportunité d’y investir.

Santé économique et compétitivité du Vietnam : elle est forte et l’investissement étranger asiatique y domine. On y trouve en premier l’électronique, Samsung en est le symbole, et les machines-outils mais aussi les chaussures et autres produits bon marché. Elle va rester compétitive dans les années à venir, parmi les Asiatiques, avec les limites statistiques bien connues. Le Vietnam vient en 8ème position derrière les pays plus avancés que sont notamment le Japon, Hong Kong, Taïwan et la Malaisie, premier pays de l’Asie du Sud-Est.

Les insuffisances du Vietnam : un marché de l’emploi encore marqué par la ruralité, mais aussi la possibilité d’y puiser davantage de travail d’usine dans les années à venir. L’absence de syndicats indépendants d’un pouvoir politique ferme renforce la pression sur les salaires qui devraient donc rester bas dans les années à venir, point de vue à double face.

D’autres pays plus pauvres comme le Cambodge, le Laos et les Philippines sont moins chers et peuvent concurrencer à terme le Vietnam.

Les impératifs vietnamiens: Les infrastructures, la répartition de l’activité économique sur l’ensemble du territoire, une meilleure gouvernance, le niveau de la monnaie sont satisfaisants mais peuvent s’améliorer. 

A l’avenir: Les accords commerciaux permettent au Vietnam de jouer sur les deux tableaux : Le Vietnam vient ainsi de conclure un accord sur les investissements avec l’UE qui va lui permettre de bénéficier du tarif zéro sur beaucoup de produits.

La Chine est évidemment dans l’esprit de tous. Le gouvernement vietnamien veut éviter la confrontation tout en s’opposant aux menées politiques de son adversaire historique et cet équilibre est délicat.

L’Europe est mentionnée d’une part pour l’accord sur l’investissement conclu récemment, mais aussi pour sa préoccupation vis-à-vis des conventions de l’OIT, peu appliquées par le Vietnam.

Conclusion : Des risques faibles

Les risques économiques et politiques sont vus comme faibles au Vietnam grâce à un pouvoir stable et efficace. L’un dans l’autre, le Vietnam reste un pays qui excelle dans les activités à faible valeur ajoutée mais avec des succès plus visibles dans les secteurs de haute technologie.

Gavroche-thailande.com – 21 janvier 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer