Infos Birmanie

Les militaires chinois de plus en plus nombreux à la frontière birmane

Print Friendly, PDF & Email

À la suite du coup d’État survenu en Birmanie en février et en l’absence de signes de résolution de la crise, la Chine a de nombreuses raisons d’être inquiète pour ses intérêts dans le pays.

Il semble maintenant que la Chine prépare des plans d’urgence pour déployer des troupes afin de protéger ces intérêts.

Les intérêts de la Chine en Birmanie se sont progressivement accrus ces dernières années par le biais de trois moyens différents mais liés : des particuliers investissant principalement à Mandalay et dans le nord de la Birmanie, des entreprises investissant dans des zones industrielles et des terres agricoles, et des investissements au niveau de l’État dans des projets de développement à long terme tels que des oléoducs et des gazoducs reliant Kyaukpyu à Kunming.

Mais pour que ces investissements réussissent, la paix et l’ordre en Birmanie sont nécessaires. Les institutions et les personnes chinoises ne savent que trop bien qu’en cas de désordre interne, les familles et les entreprises d’origine chinoise peuvent très rapidement être victimisées. Ces troubles sont très répandus en Birmanie, notamment dans les régions frontalières du nord, en raison des soulèvements armés contre l’État et les factions rivales. Le commerce en espèces de stupéfiants et de pierres précieuses constitue une autre menace pour l’ordre public.

Fermeture de la frontière

Lorsque la Chine a fermé sa frontière avec la Birmanie en septembre 2020 en raison de la propagation du COVID-19 et d’un gouvernement birman apparemment dépassé par le problème, l’impact a été immédiatement apparent. Le commerce frontalier entre les deux pays au seul passage de Muse valait plus de 3,4 millions de dollars US par jour et les commerçants et les agriculteurs ne peuvent pas se permettre la perte d’un tel revenu.

La fermeture de la frontière porte préjudice aux investisseurs chinois qui ont établi des plantations de bananes et qui sont maintenant menacés de perdre leur principal marché. L’investissement dans les plantations de bananes est une question litigieuse dans l’État de Kachin, où des parties des quelque 40 000 acres de terres concernées ont été expropriées de personnes déplacées à l’intérieur du pays ou autrement désignées comme vacantes.

Protestations généralisées

Le coup d’État militaire de février 2021 en Birmanie a entraîné des protestations généralisées dans tout le pays, dont certaines ont donné lieu à des attaques contre des usines détenues par des Chinois à Yangon et ailleurs. De nombreuses personnes en Birmanie reprochent au gouvernement chinois son rôle supposé dans le soutien du coup d’État pour des raisons politiques ou de vente d’armes. La situation est particulièrement tendue dans l’État de Kachin, où les manifestations contribuent à la reprise des combats entre l’armée birmane (la Tatmadaw) et l’Armée de l’indépendance de Kachin (KIA). Le nouveau régime militaire affirme que les usines à capitaux chinois seront protégées, mais leur portée ne couvre pas l’ensemble du pays.

Étant donné la difficulté de savoir exactement ce qui se passe dans le pays maintenant que la connectivité Internet est compromise, certains détails restent vagues. Mais il semble que certains griefs de longue date soient exercés sous le prétexte du conflit. Par exemple, la Tatmadaw a fait une descente dans certaines églises kachin, apparemment à la recherche de certains individus, allant même jusqu’à fouiller les poubelles pour trouver des preuves. Des éléments de la KIA ont également déclenché un incendie criminel dans une usine de la société Yuzana, peut-être en raison des liens de cette dernière avec des cas antérieurs de confiscation de terres dans la vallée de Hukawng.

Ces escarmouches ont dégénéré en combats à grande échelle, faisant de nombreux morts et blessés dans les deux camps. Les forces de la Tatmadaw déploient désormais des frappes aériennes et d’artillerie contre les communautés ethniques minoritaires, en plus des outrages perpétrés par les bottes au sol.

«Belt and road»

Il existe désormais un risque d’escalade internationale, car les troupes chinoises seraient en train de se rassembler à Jiegao, une importante ville frontalière, ce qui n’est pas inattendu pendant les périodes de tension élevée. Les troupes seraient dotées de capacités de réaction rapide si elles sont jugées nécessaires pour surveiller les pipelines de Kyaukpyu. Ces pipelines constituent un élément important de l’initiative chinoise “Belt and Road” en Birmanie, au même titre que l’autoroute Muse-Mandalay, la zone industrielle de Myitkyina et les plans de réaménagement de Yangon. Ces projets pourraient lier les deux pays à un niveau fonctionnel, même si les gouvernements se parlent à peine.

Il a toujours été difficile de croire qu’il n’y avait pas de bottes chinoises sur le terrain, prêtes pour un tel événement, bien que les rumeurs soient difficiles à prouver. Des plans ont certainement été élaborés au cas où le pire se produirait et constituerait une menace sérieuse pour le bien-être des principaux intérêts chinois en Birmanie.

La probabilité d’une action conjointe de l’ASEAN et de la Chine pour stabiliser le pays semble peu probable, étant donné la faiblesse institutionnelle de l’ASEAN.

L’administration Biden a peut-être la possibilité d’engager la Chine dans des pourparlers sur le maintien de l’ordre, ce qui pourrait servir de mesure de confiance plus générale. Si ce n’est pas le cas, la Chine pourrait voir l’occasion de porter son influence transfrontalière à un nouveau niveau en s’associant ouvertement avec une ou plusieurs des parties impliquées dans les combats.

Chars amphibie chinois en Thaïlande

La Chine serait susceptible de recevoir le soutien du Laos et du Cambodge à cet égard, étant donné le niveau d’investissement déjà visé là-bas. Les généraux qui dirigent la Thaïlande sont peu enclins à critiquer la Chine et ont accédé à la demande de retour des réfugiés ouïghours quelques années auparavant. Alors que les dissidents thaïlandais sont réduits au silence dans la région, il est peu probable que Bangkok change de discours aujourd’hui. En effet, la marine thaïlandaise vient de prendre livraison de trois chars amphibies chinois.

Gavroche-thailande.com – 9 juillet 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer