Infos Thailande

La Thaïlande n’est pas prête pour la prochaine saison de pollution atmosphérique

Print Friendly, PDF & Email

Des experts expriment leur inquiétude face au manque de préparation de la Thaïlande pour faire face à la prochaine saison de pollution atmosphérique.

Selon des experts de l’environnement et des universitaires, le gouvernement doit renforcer sa réglementation en matière de contrôle de la pollution afin de mieux atténuer le problème à sa source et de protéger la santé de la population.

La pollution atmosphérique dans les grandes villes pourrait atteindre des niveaux jamais vus

S’exprimant lors d’un forum en ligne organisé conjointement par l’Université de Thammasat et l’Université de Naresuan, l’expert en environnement Sonthi Kotchawat a déclaré que, bien que le gouvernement dispose d’un plan national d’atténuation pour gérer la pollution atmosphérique annuelle, les autorités ne semblent pas se préparer à la pollution atmosphérique de cette année comme elles le devraient.

À Bangkok et dans la région des plaines centrales, la formation du smog coïncide généralement avec les mois d’hiver, qui apportent un air plus frais et plus dense qui empêche les polluants de se disperser dans l’atmosphère, ce qui fait que la concentration de particules fines (PM2,5) dans l’atmosphère atteint des niveaux dangereux.

Dans le Nord, le smog apparaît généralement entre mars et mai, lorsque les conditions sèches aggravent souvent les incendies provoqués par le défrichage des terres à des fins agricoles.

M. Sonthi a déclaré que la pollution atmosphérique à Bangkok et dans d’autres grandes villes pourrait atteindre des niveaux jamais vus au cours des deux dernières années, alors que le pays rouvrira ses portes aux touristes étrangers au début de l’hiver de cette année.

“Nous avons des mesures pour atténuer la pollution de l’air, mais comme nous l’avons vu les années précédentes, l’application de ces mesures est trop faible, chaque agence travaillant séparément, ce qui entraîne une confusion qui conduit à un effort désorganisé pour combattre le smog”, a-t-il déclaré.

“Je ne vois toujours pas d’amélioration pour faire face à la prochaine saison de smog”.

Il a appelé toutes les agences de l’État, en particulier les ministères de la Santé publique, de l’Industrie, des Ressources naturelles et de l’Environnement, à être plus proactifs.

Outre le renforcement des réglementations en matière de contrôle de la pollution, M. Sonthi a déclaré que le gouvernement devait préparer un plan d’action d’urgence afin de garantir une réponse rapide au smog.

Il a également exhorté le département de contrôle de la pollution à abaisser son seuil d’exposition sans danger aux PM2,5, actuellement fixé à 50 μg/m³, à 37,5 μg/m³.

Mettre fin au brûlage des déchets agricoles

Le brûlage des déchets agricoles étant connu pour être l’un des principaux responsables du smog dans le Nord, le professeur adjoint Witsanu Attavanich, de l’université Thammasat, a déclaré que des mesures plus substantielles étaient nécessaires pour encourager les agriculteurs à ne pas mettre le feu à leurs champs pour les nettoyer après la récolte.

“Auparavant, le brûlage de la canne à sucre et des déchets de maïs était considéré comme responsable du smog dans les plaines centrales et dans le nord, respectivement, mais les dernières études suggèrent que le brûlage des rizières contribue davantage aux polluants PM2,5 dans l’air”, a-t-il déclaré.

“Cette année, nous devons nous concentrer davantage sur les rizières et proposer une mesure claire pour inciter les agriculteurs à se débarrasser durablement de leurs déchets.”

Les responsables se disent prêts à la nouvelle saison de pollution athmospherique

Pendant ce temps, le directeur général du département de contrôle de la pollution, Athapol Charoenshunsa, a déclaré que le département est en train d’élaborer un plan pour se préparer à la prochaine saison de smog.

“Nous avons évalué les résultats des efforts de lutte contre le smog des années précédentes afin d’améliorer le plan pour la saison du smog de cette année, il y aura donc de nombreuses mises à jour et améliorations”, a déclaré M. Athapol.

“Ce plan est actuellement examiné par le Conseil national de l’environnement.

S’il est approuvé, il sera transmis au gouvernement pour examen.”

Les améliorations apportées au plan de cette année comprennent la communication publique, afin de fournir au public des informations plus claires et plus précises, pour qu’il puisse se protéger correctement.

Un autre aspect concerne les mesures de prévention des incendies, a-t-il déclaré, ajoutant que le nouveau plan donne plus de pouvoir aux communautés et autorités locales pour superviser la gestion locale des incendies en donnant à chaque province le pouvoir de rédiger son propre plan d’atténuation du smog.

Des groupes de bénévoles locaux surveilleront également les feux de forêt, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne l’atténuation de la pollution par les PM2,5 dans les villes, il a indiqué que le département de contrôle de la pollution travaillait avec diverses agences, dont l’administration métropolitaine de Bangkok, pour faire appliquer une réglementation plus stricte sur les émissions des véhicules.

Le ministère de l’Énergie va également promouvoir l’utilisation de carburants plus propres dans le secteur des transports et de l’industrie.

“Le département de contrôle de la pollution se coordonne également avec le département des travaux industriels pour mettre en œuvre des réglementations plus strictes en matière de contrôle de la pollution “, a-t-il déclaré.

“Nous sommes bien préparés pour la saison de pollution atmosphérique à venir”.

Toutelathailande.fr avec The Bangkok Post – 18 octobre 2021

La Thaïlande n’est pas prête pour la prochaine saison de pollution atmosphérique
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer