Infos Birmanie

L’ancien patron de la région de Mandalay ne pourra pas témoigner en faveur d’Aung San Suu Kyi

Print Friendly, PDF & Email

Le Dr Zaw Myint Maung, vice-président de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) et ancien chef de la province de Mandalay, s’est vu refuser mardi par la junte l’autorisation de se rendre à Naypyitaw pour témoigner au nom d’Aung San Suu Kyi dans l’une de ses affaires judiciaires en cours.

Le juge Maung Maung Lwin a lu le dossier médical de Zaw Myint Maung dans un tribunal spécialement désigné à cet effet, lors de l’audience du conseiller d’État mardi, selon une source proche du tribunal. L’ancien ministre en chef de Mandalay, âgé de 70 ans, emprisonné dans la prison d’Obo de la région, est atteint de leucémie.

Le juge a montré à la défense le certificat médical d’un officier de santé du gouvernement indiquant que le Dr Zaw Myint Maung souffrait de “diverses maladies et qu’il ne devait donc pas être autorisé à voyager”, a déclaré la source.

Un procureur du conseil militaire aurait alors suggéré que Zaw Myint Maung témoigne via une plateforme de vidéoconférence au lieu de se rendre physiquement à Naypyitaw.

La source a indiqué que l’équipe juridique de Suu Kyi avait déclaré qu’elle déterminerait si elle était d’accord avec cette suggestion lors de la prochaine audience, le 30 novembre.

L’équipe avait soumis une requête au tribunal le 9 novembre, citant Zaw Myint Maung à comparaître en tant que témoin de la défense. Détenu à Mandalay depuis le coup d’État du 1er février, il est accusé de fraude électorale, de corruption, d’incitation et de violation présumée de la loi sur la gestion des catastrophes.

L’affaire en question contre le conseiller d’État déchu concerne également la loi sur la gestion des catastrophes. Son gouvernement de la NLD est accusé par la junte d’avoir violé le protocole de santé publique lors de sa campagne en vue des élections générales de l’année dernière, dont les résultats ont été rejetés par les militaires après le coup d’État.

Des accusations ont été portées contre Suu Kyi pour avoir rendu visite à des partisans de la LND dans le quartier de Shwe Kyar Pin, dans le canton de Zabuthiri, à Naypyitaw, en violation des restrictions Covid-19 en vigueur. Zaw Myint Maung accompagnait également Suu Kyi lors de ce voyage.

Tun Myint Aung, un résident du canton de Lewe à Naypyitaw, est le plaignant dans cette affaire. Il a occupé le poste de secrétaire du bureau de la LND à Zabuthiri jusqu’en 2015.

Il a précédemment confirmé à Myanmar Now qu’il avait porté les accusations contre Suu Kyi après avoir été approché par les autorités militaires.

Si elle est reconnue coupable, la conseillère d’État risque jusqu’à trois ans de prison. Elle a été accusée par la junte d’au moins 10 autres crimes, dont la corruption et l’incitation.

Le juge Maung Maung Lwin a annoncé lors d’une audience le 9 novembre que la défense avait jusqu’au 7 décembre pour apporter son témoignage dans cette affaire.

Gavroche-thailande.com – 1er décembre 2021

L’ancien patron de la région de Mandalay ne pourra pas témoigner en faveur d’Aung San Suu Kyi
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer