Infos Viêt Nam

Les statues folkloriques, l’âme des ethnies Bahnar et Jrai

Les statues folkloriques en bois constituent des objets décoratifs indispensables dans la vie des ethnies minoritaires Bahnar et Jrai de la province de Gia Lai (hauts plateaux du Centre). Les artisans chevronnés et les autorités locales cherchent à valoriser cet artisanat.

Selon Hoàng Thanh Huong, responsable d’un projet de préservation et e valorisation des statues en bois des ethnies minoritaires Bahnar et Jrai, ces œuvres  sculptées à la main, inspirées de scènes de la vie quotidienne, se divisent en deux catégories.

La première concerne les œuvres destinées aux tombes. Pour les Bahnar et Jrai, la décoration des tombeaux est importante car selon leur tradition, deux mondes coexistent : celui des vivants et celui des morts, le premier étant celui de l’impermanence, et le second, celui de l’éternité.

La deuxième catégorie comprend les statues destinées aux lieux cultuels donc profanes : parcs, maisons communes, maisons sur pilotis des habitants, etc. Si les statues folkloriques en bois ont une valeur décorative certaine, ce sont avant tout des emblèmes de la vie spirituelle des minorités ethniques vivant dans les hauts plateaux du Centre.

Symbole culturel

D’après une enquête réalisée par le secteur culturel de Gia Lai, il existe actuellement près de 1.500 statues de ce type dans 177 villages de la province. 
Nguyên Quang Tuê, chef du bureau de gestion du patrimoine culturel du Service municipal de la culture, des sports et du tourisme : “ces statues en bois constituent une symbole de la culture des groupes ethniques des hauts plateaux du Centre“.

Pour pouvoir créer de belles œuvres, il faut des artisans expérimentés profondément versés dans la culture locale. Avec seulement des ciseaux à bois, des haches, des machettes ou des couteaux, ils peuvent créer des œuvres émouvantes et vivantes, proches  de la vie quotidienne des villageois.

L’”Artisan Émérite” Ksor Krôh, domicilié dans la commune d’Ia Ka, district de Chu Pah, province de Gia Lai, a 50 ans de métier. “J’ai appris à sculpter  quand j’étais enfant. Je suivais souvent mon père aux rites d’installation des statues des tombeaux. Ce métier, je le fais avec  amour et j’essaie de le transmettre aux jeunes pour le perpétuer“, confie-t-il.

Transmettre le flambeau

De nos jours, les artisans chevronnés sont de plus en plus rares et la transmission du métier aux jeunes est négligée. Ksor HNao, du village de Kep, ville de Pleiku, aussi “Artisan Émérite”, a sa façon propre pour préserver ce métier:  enseigner gratuitement aux jeunes qui le souhaitent. Son restaurant à Gia Lai, il l’a décoré de ses œuvres, au grand étonnement de ses  clients, en particulier des touristes étrangers. De nombreux restaurants locaux lui ont emboîté le pas.

Afin d’encourager la communauté à préserver ce savoir-faire, Nguyên Duc Hoàng, directeur adjoint du Service provincial de la culture, des sports et du tourisme, a informé que son Service appelle les localités à organiser des concours de sculpture. En même temps, il collabore avec le Service de l’industrie et du commerce et des entreprises touristiques de la région dans un projet de fabrication de statues miniatures pour les boutiques de souvenirs.

Par Linh Thao – Le Courrier du Vietnam – 15 mars 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer