Infos Birmanie

Pendant l’épidémie de coronavirus, les autorités birmanes poursuivent leur traque des journalistes

La loi anti-terroriste en vigueur en Birmanie n’a pas été suspendue en raison de l’épidémie de Coronavirus-Covid 19.

Au contraire. Des poursuites viennent d’être engagées à ce titre contre le rédacteur en chef de Narinjara News, une nouvelle agence basée dans l’État de l’Arakan et trois de ses reporters. Le motif: la publication d’entretiens avec des militants et cadres de l’armée d’Arakan. Cette milice ethnique a été déclarée «groupe terroriste» au début avril. L’inculpation du rédacteur en chef de Narinjara News, Khine Myat Kyaw, fait suite à une descente mardi dans les bureaux de Sittwe, la capitale de l’état d’Arakan, au cours de laquelle trois reporters de l’agence de presse Narinjara ont été arrêtés et interrogés par la police.La descente du 31 mars dans les bureaux de Narinjara aurait été menée par un officier du poste de police local de Sittwe Myoma et elle aurait impliqué les autorités administratives locales et des officiers de la Direction spéciale.

“Ils sont venus inspecter les propriétés ici, et ils ont confisqué l’ordinateur portable que j’utilise”, a-t-il déclaré, ajoutant : “Au poste de police, ils ont demandé où vit le rédacteur en chef et comment nous rapportons nos informations. Ils ont également demandé qui est responsable de la publication des nouvelles”.

Interrogations séparées

Les trois ont été interrogés séparément, et ont été libérés vers 23 heures.

La loi antiterroriste en vigueur en Birmanie interdit tout contact avec l’AA, qui lutte contre l’armée birmane pour une plus grande autonomie dans l’État d’Arakan, dans l’ouest du pays, et qui a été mise sur la liste noire du gouvernement en tant que groupe terroriste.

S’exprimant sous couvert d’anonymat, un officier de police connaissant bien l’affaire a déclaré que les accusations n’ont été portées que contre les personnes déjà accusées – le rédacteur en chef et les reporters – et qu’elles n’affecteront pas les autres employés de Narinjara.

Arrestation de la Voix du Myanmar

Les articles 50(a) et 5(a) de la loi antiterroriste birmane, en vertu desquels les journalistes de Narinjara ont été inculpés, prévoient une peine maximale de sept à dix ans de prison à vie.

Ces arrestations font suite à l’arrestation lundi du journaliste Nay Myo Lin, basé à Mandalay, accusé de terrorisme après que son organisation médiatique Voice of Myanmar (VOM) ait publié une interview avec le porte-parole de l’AA, Khine Thukha. Il a été appréhendé par les autorités à son domicile lundi soir et a comparu devant le tribunal du canton de Thanmyathazi mardi.

Le journaliste de Narinjara, Naung Khine Aung, a déclaré à la RFA que les journalistes basés dans l’État d’Arakan, déchiré par la guerre, doivent être libres de contacter non seulement l’armée d’Arakan mais aussi toute organisation à laquelle ils souhaitent parler.

Le Conseil de presse de Birmanie a dénoncé la répression contre les journalistes dans une déclaration publiée mercredi, selon l’agence de presse en ligne The Irrawaddy.

“A l’heure où il est important de réprimer, avec les médias officiels, la diffusion à grande échelle de fausses nouvelles sur le coronavirus à l’intérieur du pays, il est inacceptable de prendre de telles mesures contre les médias “, a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le gouvernement birman a ordonné aux fournisseurs d’accès Internet de bloquer des dizaines de sites web considérés comme propagateurs de “fausses nouvelles”, y compris ceux qui traitent du conflit dans l’État d’Arakan.

Gavroche-thailande.com – 5 avril 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer