Infos Thailande

Une usine textile en Thaïlande condamnée face à des migrants exploités

Plus de 150 migrants birmans qui s’étaient vus demander des frais de recrutement excessifs pour décrocher un emploi dans une usine textile en Thaïlande ont obtenu gain de cause devant la justice du royaume, chose rare, ont confirmé vendredi des cadres de l’entreprise et des organismes de défense des droits de l’homme.

La société Sheico Thailand, qui fabrique des combinaisons de plongée pour la marque Patagonia, a été condamnée à verser plus de 100.000 dollars de dédommagements à environ 170 travailleurs birmans, selon Finnwatch, ONG basée en Finlande.

Entre 2018 et 2019, les travailleurs migrants avaient dû payer jusqu’à 18.500 bahts (559 $) en frais de recrutement à des agents et à Sheico afin de s’assurer un poste à l’usine, selon l’organisme thaïlandais de bienfaisance Migrant Workers Rights Network.

En vertu des lois thaïlandaises, ces frais – qui couvrent les frais de visa, un bilan de santé et un permis de travail – sont plafonnés à 2.910 bahts.

“Nous travaillons en étroite collaboration avec nos fournisseurs pour les sensibiliser aux problèmes que les frais de recrutement peuvent poser au regard des droits de l’homme, et nous proposons des solutions pour réduire les risques qu’il y a à travailler avec des recruteurs externes”, a indiqué Thuy Nguyen, directrice de Patagonia, en Californie, qui a confirmé qu’une indemnisation avait bien été versée.

“Nous apprécions l’engagement de Sheico à respecter les normes de Patagonia concernant l’emploi de travailleurs migrants et sa capacité à s’améliorer sans cesse”, a-t-elle déclaré à la Fondation Thomson Reuters dans un e-mail.

La Patagonia, qui est connue pour son militantisme environnemental, a commencé à éliminer les frais de recrutement au sein de sa chaîne d’approvisionnement en 2014 et a développé un ensemble de normes pour les travailleurs migrants embauchés par ses fournisseurs.

Sheico, dont le siège est à Taïwan, n’a pas répondu aux multiples demandes de réactions.

La Thaïlande compte environ 3 millions de travailleurs migrants enregistrés, principalement de Birmanie, du Cambodge et du Laos, mais les Nations Unies estiment qu’ils seraient au moins 2 millions de plus à travailler de manière informelle à travers le pays.

Alors que les industries et les consommateurs sont de plus en plus nombreux à prendre conscience de l’exploitation des travailleurs migrants, les efforts se sont intensifiés pour lutter contre les frais de recrutement excessifs et la servitude pour dettes.

En décembre, Cal-Comp Electronics, qui fournit des géants de la technologie tels que HP Inc – avait accepté de rembourser ses travailleurs en Thaïlande après la sortie d’un rapport révélant des frais de recrutement excessifs imposés aux migrants birmans.

Patagonia a rapidement identifié des abus dans les pratiques de recrutement de ses fournisseurs et a pris des mesures rapides pour résoudre le problème, a souligné Anu Kultalahti, chercheuse chez Finnwatch.

“L’attitude de Patagonia dans cette affaire a été à bien des égards exemplaire et constitue un bon modèle pour d’autres entreprises confrontées à des situations similaires”, a-t-elle ajouté.

“Une telle action oblige les pays à rendre obligatoire l’adoption d’une politique des droits de l’homme au sein des entreprises. Les démarches volontaires n’ont pas donné des résultats satisfaisants, c’est pourquoi l’exemple de la Patagonie est encore si rare.”

Par Lepetitjournal.com avec Reuters – 5 avril 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer