Infos Viêt Nam

Covid-19. Au Vietnam, les bénéficiaires de l’aide d’urgence ne sont pas forcément les plus pauvres

Pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire pour les citoyens les plus précaires, le gouvernement vietnamien a mis en place des dispositifs financiers spécifiques. Pas simple cependant de définir quelles sont les personnes “vulnérables” et d’éviter les abus, rapporte la presse vietnamienne.

Le Vietnam a débloqué une enveloppe de 62 000 milliards de dongs (2,3 milliards d’euros) pour aider les familles défavorisées, les travailleurs précaires et les personnes sans emploi du fait de l’épidémie de Covid-19. Le gouvernement estime qu’environ 20 millions de personnes (sur une population de 95 millions) pourraient bénéficier de cette aide financière mensuelle, qui varie entre 250 000 et 1 million de dongs (entre 10 et 40 euros) et s’étale sur une période de trois mois.
Reste à déterminer quels sont les ménages défavorisés – et à s’assurer que les allocataires le soient vraiment. Or la presse se fait écho de polémiques qui ont surgi en divers endroits du pays.

Ainsi dans la province de Thanh Hoa, dans le centre du pays, même “ceux qui possèdent une voiture en ont bénéficié”, s’étonne le journal Tuoi Tre. Une plainte a été déposée auprès des autorités communales de Yen Tho au sujet d’une “fausse liste de pauvres”. L’enquête a révélé que “les bénéficiaires, non vulnérables, sont des proches des autorités de la commune”, indique le journal.

Des défunts parmi les allocataires

Le quotidien Tien Phong a, pour sa part, mené l’enquête dans la commune de Chau Binh, située dans la province de Nghê An, toujours dans le centre du pays. “Les ‘pauvres’, ironise le site d’information, ont de belles maisons ! Même les morts touchent encore l’aide financière du Covid-19.” Là aussi, on trouve sur la liste des bénéficiaires, “de nombreux ménages ayant des moyens, des maisons de deux étages. Il y a des cas où les défunts sont toujours sur la liste”, rapporte le journal.

Le cas de la famille de To Duy Tong, chef de village dans la commune de Chau Binh, a beaucoup fait réagir. Ses trois enfants adultes étaient inscrits sur la liste des allocataires et ont ainsi pu rapidement “échapper à la pauvreté” après avoir reçu le soutien du gouvernement.

Le chef du village se justifie auprès du journal vietnamien :

C’est parce que mon fils vient de trouver une pierre précieuse qu’il a vendue plus d’un milliard de dongs [environ 30 000 euros]. Ainsi, il a pu construire une maison et échapper à la pauvreté.”

Tien Phong précise, qu’en réalité, la “belle” maison du descendant du chef de village a été construite en 2019.

Par Chi Phuong Nguyen – Courrier International – 25 juin 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer