Infos Cambodge

Hun Maneth, le fils de Hun Sen qui s’installe aux commandes du pouvoir

Selon l’opposante en exil Mu Sochua, le projet de Hun Sen de nommer son fils au poste de prochain dirigeant du pays n’est un secret pour personne qui suit de près la politique cambodgienne.

Le 22 juin, le Premier ministre lui-même a confirmé qu’il préparait son fils de 43 ans à prendre la tête du Parti du peuple cambodgien (PPC), le parti au pouvoir, et par conséquent, du pays.

Nous reproduisons ici un article de l’ancienne députée Cambodgienne Mu Sochua

À la fin juin, le journaliste cambodgien Ros Sokhet, qui est l’éditeur du journal privé de «la nation khmère», a été arrêté pour avoir prétendument commis une “incitation à provoquer un grave chaos dans la sécurité sociale”. Après avoir été interrogé pendant deux jours au bureau de la cybercriminalité de la police municipale de Phnom Penh, il a été accusé d’incitation à commettre un crime, un délit qui entraîne une peine maximale de deux ans d’emprisonnement.

Selon les médias locaux, Sokhet a été pris pour cible à cause d’un poste dans les médias sociaux dans lequel il a critiqué le Premier ministre du Cambodge Hun Sen pour avoir préparé son fils aîné, Hun Manet, à prendre la direction du pays après sa retraite.

Un secret pour personne

Malgré l’apparente tentative des forces de sécurité cambodgiennes de faire taire Sokhet, le projet de Hun Sen de nommer son fils au poste de prochain dirigeant du pays n’est un secret pour personne qui suit de près la politique cambodgienne.

Le 22 juin, le Premier ministre lui-même a confirmé qu’il préparait son fils de 43 ans à prendre la tête du Parti du peuple cambodgien (PPC), le parti au pouvoir, et par conséquent, du pays.

“En tant que père, je dois soutenir mon fils et le former pour qu’il soit capable de prendre la direction du parti”, a déclaré Hun Sen. “Même s’il ne peut pas être comme son père, au moins sa capacité devrait correspondre à celle de son père à 80 ou 90 %”.

Hun Sen, qui dirige le Cambodge depuis 1985, n’a pas décidé de créer une dynastie politique du jour au lendemain. Depuis des décennies, il prépare soigneusement son fils aîné au leadership.

Licence de l’Académie militaire des États-Unis

Hun Sen a fait en sorte que son fils reçoive une éducation aux États-Unis et au Royaume-Uni, ce qui serait bénéfique pour sa future carrière politique et militaire. Hun Manet a obtenu une licence de l’Académie militaire des États-Unis, également connue sous le nom de West Point, en 1999. Il a ensuite obtenu une maîtrise à l’Université de New York en 2002, et un doctorat à l’Université de Bristol au Royaume-Uni en 2008. Tous ses diplômes étaient en économie.

Lorsqu’il est retourné au Cambodge après ses études, il a été rapidement nommé commandant des forces spéciales nationales de lutte contre le terrorisme, malgré son jeune âge et sa relative inexpérience. En 2013, il a obtenu le grade de lieutenant général dans les Forces armées royales cambodgiennes (ARC).

Son ascension rapide dans les rangs des forces armées cambodgiennes se poursuit en 2018, lorsqu’il est nommé commandant de l’ARC – le deuxième poste le plus puissant de l’armée du royaume. Depuis lors, le peuple cambodgien a vu Hun Manet se tenir fièrement derrière son père – le commandant en chef de facto – à chaque défilé militaire.

En plus d’offrir à son héritier présomptif une carrière militaire exemplaire, Hun Sen a également nommé Hun Manet au Comité central du CPP – le seul parti politique du parlement cambodgien après que la seule opposition significative, mon propre Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), ait été dissoute de manière inconstitutionnelle en 2017.

En outre, Hun Manet représente son père à la tête de l’Association des bourses d’études, qui apporte un soutien à des milliers d’étudiants au Cambodge. Il dirige également l’Association des médecins, qui fournit des services de santé à la population rurale du pays.

Enfin, en juin dernier, le fils aîné de Hun Sen a été élu président de l’aile jeunesse du CPP. Vêtue de chemises bleues et du foulard cambodgien connu sous le nom de krama, la “jeune” force du CPP mène des actions caritatives et sert d’appareil de propagande du parti pour défendre les actions du Grand Leader – Hun Sen.

Gavroche-thailande.com – 19 juillet 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer