Infos Birmanie

L’État de l’Arakan et l’État Chin plongés dans la nuit de l’internet

Depuis un an, les autorités birmanes ont coupé l’accès à l’internet dans l’État de l’Arakan et l’État Chin. Une véritable nuit numérique s’est abattue sur ces deux territoires où les hostilités se poursuivent entre l’armée gouvernementale et des groupes rebelles. Un million de personnes environ sont concernées.

La fermeture de l’internet ordonnée par le gouvernement dans deux des États les plus pauvres du Myanmar, Rakhine et Chin, qui abritent environ un million de personnes, vient de tourner la page de sa première année.

Cette fermeture, justifiée par des raisons d’urgence dans un contexte d’insurrection croissante, est la plus longue interruption d’Internet au monde, selon des groupes de défense des droits de l’homme.

Préjudice économique

Le gel de l’information est total, puisque même le réseau 3G est interrompu. Ce qui a porté préjudice à l’économie.

“C’est comme si nous avions perdu la vue”, a déclaré à l’agence Reuters Ray Than Naddy, 22 ans, de Buthidaung.

Les autorités affirment que la fermeture sera levée lorsque la sécurité s’améliorera.

Myo Swe, directrice générale du ministère des transports et des communications, qui a ordonné la coupure, a déclaré que c’était pour des raisons de sécurité.

Répression militaire

L’Arakan est la région d’où des centaines de milliers de musulmans rohingyas ont fui en 2017 après une répression militaire qui, selon le gouvernement, a été ordonnée en réponse aux attaques des insurgés rohingyas.

Mais depuis lors, un nouveau conflit a éclaté entre l’armée et les rebelles de l’ethnie Rakhine, majoritairement bouddhiste dans l’État.

Selon les Nations unies, il y a eu plus de morts et de blessés cette année qu’en 2019. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées et des dizaines de personnes ont été tuées.

L’ancien envoyé des Nations unies pour les droits de l’homme, Yanghee Lee, a déclaré que la fermeture pourrait être utilisée pour dissimuler des crimes de guerre. Selon le groupe de défense des droits de l’homme Amnesty International, les civils se sentent isolés et ont peu de possibilités de signaler les abus.

L’armée nie les abus et accuse les insurgés d’utiliser les villageois comme boucliers humains – une accusation que les insurgés affirment être fausse.

Gavroche-thailande.com – 23 août 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer