Infos Thailande

Comment la Thaïlande a réussi à maintenir les cas de Covid-19 à un niveau aussi bas ?

Print Friendly, PDF & Email

Malgré la proximité avec la Chine, la Thaïlande ne compte que 60 décès dus à la Covid-19, tandis que le Cambodge n’a officiellement enregistré aucun mort. 

Lorsque le coronavirus a commencé à se propager rapidement dans la ville chinoise de Wuhan, la Thaïlande est apparue particulièrement vulnérable.

Elle a été le premier pays en dehors de la Chine à signaler un cas de Covid-19, lorsque, le 13 janvier, une femme de 61 ans de Wuhan a été confirmée positive à Bangkok.

La Thaïlande était en pleine saison touristique, accueillant des voyageurs du monde entier.

Une épidémie majeure semblait presque inévitable.

Pourtant, 11 mois plus tard, comme beaucoup de ses voisins d’Asie du Sud-Est, la Thaïlande a jusqu’à présent évité le pire du virus.

Au 15 décembre, la Thaïlande avait enregistré 4 246 infections depuis le début de l’année, soit un peu plus d’un cinquième des cas enregistrés rien que lundi au Royaume-Uni.

Le professeur Anucha Apisarnthanarak, chef de la division des maladies infectieuses à l’université de Thammasat, a déclaré que le succès du pays était dû à une communication claire des experts de la santé, à une volonté de permettre aux scientifiques de diriger la stratégie et à un verrouillage efficace, qui a été suivi par le public.

“Je pense que l’une des interventions les plus efficaces a été le port universel du masques”, a-t-il ajouté.

“Nous ne l’avons pas fait parce que nous savions que ce serait efficace, mais parce que c’est la culture asiatique.

Il y a maintenant des preuves, a dit M. Anucha, qui suggèrent que cela a considérablement réduit le nombre d’infections et de décès.

Comme la Thaïlande a gardé son nombre de cas sous contrôle, les équipes médicales ont pu offrir plus de soins aux patients qui ont été testés positifs.

Toute personne dont la présence du virus a été confirmée a été hospitalisée, même si elle était asymptomatique ou n’avait que des symptômes légers – une politique qui a réduit le risque de transmission locale et celui de voir un patient tomber gravement malade.

Nous ne sommes pas immunisés

Au départ, seuls deux laboratoires en Thaïlande avaient la capacité de tester la Covid-19, mais ce nombre est passé depuis à 250, a déclaré le Dr Supaporn Wacharapluesadee, chef adjoint du Centre des sciences de la santé pour les maladies infectieuses émergentes de la Croix-Rouge thaïlandaise au King Chulalongkorn memorial hospital.

“Nous pouvons détecter rapidement tout cas suspect”, a-t-elle déclaré, les résultats étant fournis dans les 24 heures, ce qui permet un traitement précoce.

Un rapport de l’OMS sur la réponse de la Thaïlande, produit en juillet, a indiqué que le taux de mortalité était d’environ 1,7%.

Il est possible que la démographie et l’environnement aient également joué un rôle.

L’obésité et d’autres facteurs de risque possibles tels que l’hypertension et le diabète sont relativement moins fréquents en Thaïlande que dans de nombreux pays les plus touchés par le coronavirus, a déclaré Anucha.

Au Cambodge voisin – où le nombre de cas nationaux confirmés s’élève à 362 au 15 décembre et où aucun décès n’a été confirmé – les trois quarts de la population vivent en milieu rural et passent beaucoup de temps à l’extérieur.

La réponse des deux pays n’a pas été sans faille.

Certains ont souligné le faible taux de dépistage au Cambodge et se sont montrés particulièrement préoccupés par la vulnérabilité des prisonniers dans les prisons notoirement surpeuplées du pays.

Le mois dernier, le gouvernement a identifié ce qu’il a décrit comme la première transmission communautaire, le directeur des prisons, qui a eu des contacts récents avec les détenus, ayant été testé positif.

Une déclaration commune publiée par Amnesty International, Human Rights Watch et la Ligue cambodgienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme a exhorté le gouvernement à effectuer des tests rigoureux sur les prisonniers et à réduire la surpopulation carcérale.

Le porte-parole du département des prisons, Nuth Savna, a déclaré la semaine dernière que certains détenus avaient une légère fièvre, une toux et un écoulement nasal – des symptômes qu’il attribuait au changement de temps, bien qu’ils n’aient pas été testés à l’époque, selon un rapport de VOD English.

Le leader autoritaire du Cambodge, Hun Sen, avait auparavant provoqué des inquiétudes en semblant minimiser la dangerosité du virus.

Les groupes de défense des droits de l’homme l’ont accusé d’utiliser le virus comme prétexte pour réprimer la dissidence et étendre ses pouvoirs.

Hang Chansana, responsable des urgences sanitaires à la Croix-Rouge cambodgienne, a déclaré que les hôpitaux n’avaient pas encore été débordés – ce qui serait le cas si le pays était confronté à une épidémie majeure.

Il a expliqué que le succès du pays était dû à une stratégie axée sur trois points :

“Un, promouvoir le contrôle de cas importé ; deux, prévenir la propagation dans la communauté ; et trois, améliorer le traitement des cas positifs”.

Dans les deux pays, la pandémie s’est avérée économiquement dévastatrice.

En Thaïlande, des restrictions d’entrée strictes ont mis un terme au tourisme, ce qui a contribué à des millions de pertes d’emplois.

Au cours des dernières semaines, un petit groupe de cas est apparu, lié à des personnes ayant voyagé clandestinement au Myanmar, ce qui fait craindre que le virus ne se propage parmi les travailleurs migrants, qui peuvent hésiter à signaler les symptômes s’ils ne sont pas entrés dans le pays par une voie officielle.

Toute personne entrant en Thaïlande est tenue de se mettre en quarantaine dans des installations désignées pendant 14 jours et de subir de multiples tests Covid-19.

Le pays ne pourra rouvrir ses portes que lorsque les cas mondiaux seront sous contrôle et qu’un vaccin sera disponible, a déclaré Anucha, ce qui pourrait être en mai ou juin de l’année prochaine.

Il pense qu’il est possible pour la Thaïlande de garder le contrôle du virus – mais seulement si elle reste sur ses gardes.

“Notre pays a vraiment besoin d’un vaccin”, a-t-il ajouté.

“Nous ne sommes pas immunisés.”

Toutelathailande.fr avec Theguardian.com – 17 Décembre 2020

Comment la Thaïlande a réussi à maintenir les cas de Covid-19 à un niveau aussi bas ?
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer