Infos Birmanie

Lundi 1er février 2021, le jour où les militaires sont repartis à l’assaut

Print Friendly, PDF & Email

L’armée birmane, la Tatmadaw, a repris le pouvoir lundi 1er février. Ses responsables affirment que le coup d’État est constitutionnel.

Un vice-président militaire est installé à la tête de l’État, à la suite de l’arrestation nocturne du président, de la conseillère d’État Aung San Suu Kyi et de plusieurs personnalités clef du gouvernement civil. La Tatmadaw s’est emparé du pouvoir exécutif, judiciaire et législatif pendant un an, a déclaré ce matin un communiqué militaire.

La déclaration a été diffusée par les médias pro-militaires peu après 8 heures du matin. Ils citent l’article 417 de la Constitution, qui autorise une prise de contrôle militaire en cas d’urgence qui menace la souveraineté de la Birmanie ou une menace susceptible de «désintégrer l’Union».

Le vice-président U Myint Swe, qui est déjà nommé par l’armée, sera le président par intérim de la Birmanie, a poursuivi le communiqué. Il a ajouté que la prise du pouvoir par les militaires est justifiée par la nécessité de résoudre les «énormes» cas de fraude présumée lors des élections législatives du 8 novembre, qui, selon l’armée, mettaient en danger la «souveraineté du peuple».

Le communiqué a également déclaré que des manifestations de grande ampleur de part et d’autre de l’échiquier politique, à la fois pour soutenir les allégations de fraude électorale et pour soutenir le gouvernement élu, «menacent la stabilité nationale».

Le coup d’État survient le jour où le nouveau parlement devait ouvrir sa session, à commencer par une session du Pyithu Hluttaw, la chambre basse de Birmanie. Les chambres haute et basse devaient élire leurs bureaux cette semaine, avec la sélection du président par une session conjointe du parlement prévue en mars.

Selon des sources dans la capitale Nay Pyi Taw, les pourparlers d’hier entre les hauts responsables du gouvernement et les militaires n’ont pas abouti, le gouvernement refusant les demandes militaires de reporter le début du Parlement jusqu’à ce que ses allégations de fraude électorale soient traitées.

La Ligue nationale pour la démocratie dirigée par Aung San Suu Kyi a remporté l’élection qui a surpassé sa victoire historique de 2015, laissant le Parti de la solidarité et du développement de l’Union, aligné sur l’armée, humilié. Dans les mois qui ont suivi le vote, l’armée, l’USDP et certains petits partis alliés ont mené une campagne pour discréditer l’élection, soulignant des erreurs généralisées dans les listes électorales et des irrégularités lors du vote par anticipation de citoyens âgés.

Commission électorale

La Commission électorale de l’Union, qui est entièrement nommée par le gouvernement, a rejeté toutes les allégations de fraude. Elle a également refusé de partager ou de publier les copies finales des listes électorales affichées le jour du scrutin. L’USDP et l’armée ont tenté de poursuivre ses allégations de fraude en déposant une requête auprès de la Cour suprême. Cependant, les décisions de l’UEC sont définitives en vertu de la constitution et la commission est seule compétente pour les litiges électoraux.

Samedi, l’armée a nié qu’elle violerait la Constitution de 2008, ce qui a amené beaucoup à conclure qu’un coup d’État avait été évité. L’armée avait affirmé que les médias avaient mal interprété un discours prononcé plus tôt dans la semaine par le général en chef Min Aung Hlaing aux cadets de Tatmadaw, dans lequel le commandant en chef disait que si la constitution n’est «pas respectée ou suivie, nous devrons l’abolir».

Détention d’Aung San Suu kyi dans la capitale

Le président Win Myint n’a pas été entendu depuis son arrestation tôt ce matin. «Nous avons entendu que le président [Win Myint] et le conseiller d’État ont été détenus à Nay Pyi Taw… nous avons entendu dire qu’ils avaient été emmenés par l’armée», a déclaré le porte-parole de la NLD, le Dr Myo Nyunt, au fil de presse de l’AFP.

L’armée semble s’appuyer sur l’article 73 de la constitution. Il permet au vice-président «d’exercer les fonctions de président par intérim si le poste de président devient vacant en raison de sa démission, de son décès, d’une invalidité permanente ou de toute autre cause». Les réseaux de téléphonie mobile sont inactifs, bien que les services Internet haut débit restent connectés à Yangon. Le quotidien en ligne Frontier n’a pas pu joindre ses reporters à Nay Pyi Taw. Le diffuseur national MRTV est devenu silencieux et le fournisseur de satellites populaire Skynet a cessé de diffuser la BBC et CNN.

Yangon globalement calme

Malgré des arrestations ciblées, la situation à Yangon reste globalement calme ce lundi avec de nombreux magasins et stands de nourriture recevant des clients et des moines bouddhistes faisant des rondes d’aumônes, bien que les marchés tôt le matin étaient bondés de personnes achetant des provisions d’urgence. Cependant, des soldats ont fermé la mairie de Yangon, siège du gouvernement municipal. 

Le porte-parole de la NLD, Myo Nyunt, a exhorté les citoyens à rester calmes. «Je veux dire à nos gens de ne pas répondre imprudemment et je veux qu’ils agissent conformément à la loi», a-t-il déclaré à Reuters lors d’un entretien téléphonique, ajoutant qu’il s’attendait également à être détenu.

Gavroche-thailande.com – 1er février 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer