Infos Thailande

La Thaïlande et l’ASEAN appellent au dialogue avec le Myanmar

Print Friendly, PDF & Email

Les États membres de l’ASEAN suivent de près l’évolution de la situation au Myanmar après le coup d’État militaire, affirme le bloc des 10 nations.

“Nous rappelons les objectifs et les principes inscrits dans la Charte de l’ASEAN, notamment l’adhésion aux principes de démocratie, d’État de droit et de bonne gouvernance, de respect et de protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales”, a indiqué la déclaration de mardi.

“Nous réaffirmons que la stabilité politique dans les États membres de l’ASEAN est essentielle pour parvenir à une communauté de l’ASEAN pacifique, stable et prospère.

“Nous encourageons la poursuite du dialogue, la réconciliation et le retour à la normale conformément à la volonté et aux intérêts du peuple du Myanmar”.

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a commenté la position de la Thaïlande sur le coup d’État, en disant qu’il était important que les nations de l’Asean prennent une position collective.

“Je veux que les informations soient présentées avec soin afin d’éviter tout impact sur les bénéfices économiques”, a déclaré le Général Prayut.

“Nous sommes des pays voisins.

Nous devons également écouter la position de l’ASEAN.

Je ne veux pas qu’un conflit s’intensifie, en particulier en Thaïlande”.

Le Premier ministre a ensuite évoqué les craintes que le coup d’État puisse affecter les projets de développement dans la zone économique spéciale de Dawei (DSEZ), qui est une entreprise commune entre le Japon, le Myanmar et la Thaïlande.

Il a déclaré qu’il avait chargé un comité dirigé par le ministre des finances Arkhom Termpittayapaisith pour mener des discussions avec toutes les parties concernées afin de trouver des moyens d’aider les investisseurs thaïlandais.

Surakiart Sathirathai, président du Conseil asiatique pour la paix et la réconciliation, a déclaré que le coup d’État avait suscité une grande inquiétude.

“Nous souhaitons tous voir la paix et la stabilité régner au Myanmar”, a-t-il déclaré.

“Le pays poursuit les grands progrès qu’il a accomplis sur la voie de la démocratie mais, tout en respectant les affaires intérieures du Myanmar, nous voudrions demander la libération de Daw Aung San Suu Kyi et des personnes actuellement en détention”.

M. Surakiart, ancien ministre des affaires étrangères, a déclaré que toutes les parties devraient engager un dialogue pacifique pour résoudre la situation, tout en respectant les principes de la démocratie et de l’État de droit tels qu’ils sont inscrits dans la Constitution du Myanmar.

Le colonel Samrit Chatwattanasakul, commandant d’un groupe de travail du 3e régiment de cavalerie à Chiang Rai, a déclaré mardi que le Premier ministre avait donné l’ordre aux autorités d’interdire à tout groupe d’organiser des activités politiques le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar.

Le Premier ministre s’est dit préoccupé par le fait que de telles activités pourraient affecter la sécurité nationale et les relations avec le Myanmar, a déclaré le colonel Samrit.

Il a ajouté que le groupe de travail avait augmenté sa présence de 900 à 1 100 soldats dans le district de Mae Sai de Chiang Rai, qui est limitrophe de Tachileik au Myanmar.

Des caméras de télévision en circuit fermé ont également été installées pour empêcher les entrées illégales par les passages naturels de la frontière.

Le chef adjoint de la police nationale, le général Pol Damrongsak Kittiprapas, a déclaré qu’il avait également demandé aux agents de l’immigration de surveiller de près les mouvements le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar après le coup d’État militaire.

Les postes de contrôle frontaliers restent ouverts pour le transport de marchandises, a-t-il dit, ajoutant que la police est déjà prête à accueillir les Thaïlandais qui veulent revenir du Myanmar, avec des installations prévues pour les mettre en quarantaine pendant 14 jours.

A Bangkok, la police a également pris des dispositions pour assurer la sécurité autour de l’ambassade du Myanmar après le rassemblement de lundi devant le bâtiment de Sathon Road, a indiqué le général Damrongsak.

La police a interrompu le rassemblement alors que des citoyens du Myanmar enragés exigeaient la libération immédiate de la dirigeante de facto du pays, Aung San Suu Kyi, et d’autres politiciens démocratiquement élus.

Selon les observateurs, 200 personnes se sont rassemblées devant l’ambassade, soutenues par une vingtaine de manifestants thaïlandais, dont Parit “Penguin” Chiwarak, Chinawat Jankrajang, Panusaya “Rung” Sithijirawattanakul et Piyarat “Toto” Chongthep.

Le général Pol Damrongsak a averti qu’aucun rassemblement ne devrait avoir lieu pendant la deuxième vague de Covid-19, ajoutant que Bangkok avait été désignée comme zone maximale de contrôle de la maladie.

Tout ressortissant du Myanmar qui souhaite exprimer ses griefs doit le faire par les voies appropriées, a-t-il dit.

Toutelathailande.fr – 3 février 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer