Infos Birmanie

Pour Amnesty International, seul l’embargo sur les armes peut contraindre la junte birmane

Print Friendly, PDF & Email

Tous les pays doivent cesser de vendre des armes à la Birmanie à la suite de l’adoption par l’Assemblée générale des Nations unies d’une résolution condamnant le recours à la force meurtrière et à la violence dans ce pays, a déclaré Amnesty International.

La résolution, adoptée le 18 juin à une majorité écrasante de 119 voix contre 1 et 36 abstentions, appelle les États membres à empêcher l’entrée d’armes dans le pays. Elle condamne fermement l’aggravation de la répression à l’encontre des manifestants pacifiques et de la société civile, et demande la libération immédiate et inconditionnelle des détenus arbitraires ainsi que la fin des restrictions à la liberté d’expression.

Condamnation de la Birmanie

“Aujourd’hui, l’Assemblée générale, qui est la voix de l’ensemble de la communauté internationale, se joint au Conseil des droits de l’homme et au Conseil de sécurité des Nations unies pour condamner la folie meurtrière de l’armée birmane contre son propre peuple, a déclaré Lawrence Moss, principal défenseur des droits de l’homme à Amnesty International.

“L’armée birmane doit répondre immédiatement à ces appels, et le Conseil de sécurité des Nations unies doit agir pour les faire respecter.

Tous les pays

“Tous les pays doivent tenir compte de l’appel lancé par la résolution pour empêcher l’entrée d’armes à la Birmanie, et le Conseil de sécurité doit immédiatement rendre cette mesure obligatoire en imposant à la Birmanie un embargo mondial complet sur les armes.

“Le fait que 11 des 15 membres du Conseil de sécurité aient voté en faveur de cette résolution est un signe encourageant. La Chine et la Russie, qui se sont abstenues lors du vote sur l’adoption de cette résolution, devraient maintenant s’abstenir de faire obstacle à la volonté de la communauté internationale en opposant leur veto à une résolution du Conseil de sécurité visant à imposer un embargo mondial complet sur les armes à destination de la Birmanie.

Chine et Russie

“Tous les États devraient demander instamment à la Chine et à la Russie de tenir compte de l’appel lancé par l’Assemblée générale en vue d’empêcher l’entrée d’armes en Birmanie et de coopérer pour rendre cette mesure obligatoire pour tous les États par une résolution du Conseil de sécurité”, a déclaré M. Moss.

Depuis le coup d’État militaire du 1er février qui a renversé le gouvernement civil élu, 870 manifestants, passants et autres civils auraient été tués, plus de 4983 auraient été arrêtés et les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique auraient été considérablement restreints, notamment par la fermeture des médias, d’Internet et des médias sociaux.

La résolution de l’ONU demande aux forces armées birmanes de libérer “immédiatement et sans condition” les dirigeants politiques civils élus et toutes les autres personnes qui ont été arbitrairement détenues, inculpées ou arrêtées, et de “mettre fin aux restrictions imposées au personnel médical, à la société civile, aux membres des syndicats, aux journalistes et aux travailleurs des médias, ainsi qu’aux restrictions imposées à l’Internet et aux médias sociaux”.

Enquête de la CPI

La résolution des Nations unies prend également note de l’enquête en cours de la Cour pénale internationale (CPI) sur les crimes d’atrocité présumés relevant de la compétence de la Cour dans la situation au Bangladesh et en Birmanie. Amnesty International demande en outre au Conseil de sécurité de déférer à la CPI la situation en Birmanie dans son ensemble, et d’imposer des sanctions ciblées aux militaires responsables de crimes de droit international, notamment les graves violations liées à la répression de la dissidence après le coup d’État du 1er février.

Le texte de la résolution a été négocié entre neuf États membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et un groupe restreint de plus de 50 États parrainant la résolution.

Pas de soutien de la Thaïlande

“Après avoir négocié ce texte, le fait que quatre États de l’ASEAN – le Brunei, le Cambodge, le Laos et la Thaïlande – n’aient pas soutenu la résolution lorsqu’un vote a été demandé ne laisse rien présager de bon quant au succès du processus de dialogue et de médiation que l’ASEAN prétend mener”, a déclaré M. Moss.

“Depuis huit semaines, l’ASEAN n’a pas réussi à mettre en œuvre sa propre déclaration de consensus du 24 avril, ni même à nommer son envoyé spécial. L’ASEAN n’a pas réussi à adopter une position unie pour la libération des détenus arbitraires et contre le flux d’armes vers la Birmanie.

“Les États de l’ASEAN doivent utiliser tous leurs moyens de pression bilatéraux et régionaux pour faire en sorte que la Birmanie se conforme à ces exigences, mais la communauté internationale ne peut plus attendre l’ASEAN seule. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit agir pour faire appliquer les appels de l’Assemblée générale en Birmanie.”

Gavroche-thailande.com – 20 juin 2021

Pour Amnesty International, seul l’embargo sur les armes peut contraindre la junte birmane
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer