Infos Thailande

Le bilan des arrestations d’activistes thaïlandais s’alourdit

Print Friendly, PDF & Email

Le nombre de manifestants pro-démocratie arrêtés en Thaïlande en août a atteint 260, dont 70 adolescents, tandis que 53 personnes ont été blessés selon l’ONG Thai Lawyers for Human Rights (TLHR).

Les manifestations se sont poursuivies en août afin d’appeler le Premier ministre Prayut Chan-o-cha à démissionner de ses fonctions en raison pour eux de l’échec à gérer la crise de la COVID-19, y compris les problèmes de vaccination, le ralentissement économique et le déploiement intensif de nouvelles règles pour restreindre la liberté d’expression.

Nouvelle phase de manifestations politiques

Le mouvement de protestation a affiné sa stratégie et ajusté ses tactiques en utilisant les méthodes des « Car Mobs » et des « Parcs » pour protéger les participants de contracter le virus. Dans cette nouvelle phase de manifestations politiques, un nouveau champ de bataille a émergé dans le quartier de Din Daeng, où se produisent quotidiennement des affrontements entre manifestants et autorités.

En réponse, les policiers avaient publiquement signalé leurs tentatives de contenir et de réprimer le mouvement de protestation avant chaque manifestation, en particulier le rassemblement du 7 août 2021, en se préparant à porter plainte, en mettant la pression sur les principaux dirigeants et en déployant des forces de sécurité pour contrôler les manifestants.

Tirs aveugles de balles en caoutchouc

Les forces de police anti-émeute ont augmenté l’intensité de réponse pour disperser les manifestations, marquant une rupture significative par rapport au degré de tolérance plus élevé démontré lors des précédentes séries de manifestations. Les autorités ont eu recours à des tirs aveugles de balles en caoutchouc, qui ont blessé des journalistes, des jeunes et des non-manifestants.

Thai Lawyers for Human Rights (TLHR) a compilé les statistiques sur les personnes arrêtées / détenues en raison de leur implication présumée dans les activités de protestation susmentionnées tout au long du mois d’août. On constate que du 1er au 25 août 2021, au moins 260 personnes ont été arrêtées. Ce nombre comprend au moins 13 enfants de moins de 15 ans, 57 jeunes dans la tranche d’âge de 15 à 18 ans et 190 adultes.

Cependant, cela exclut les principaux dirigeants et militants de protestation qui se sont signalés aux autorités conformément à leurs mandats d’arrêt.

– Parit ‘Penguin’ Chiwarak, Sirichai ‘New’ Natueng et Phromsorn ‘Fah’ Weerathamjaree se sont signalés aux autorités le 8 août 2021 pour leurs accusations liées au rallye du 2 août.

– Thanapat « Poon » Kapeng, Panupong « Mike » Jadnok, Chatchai Kaedam et Panadda « Tong Taluhfah » Sirimassakul se sont signalés le 9 août 2021 pour les accusations liées à leurs discours lors du rallye « Harry Potter 2 ».

– Jatupat « Pai » Boonpattararaksa et Tawee Tiangwiset se sont signalés le 9 août 2021 pour avoir prétendument éclaboussé de couleur le poste de police de Thung Song Hong.

– Enfin, « Poom » s’est dénoncé le 9 août 2021 pour avoir prétendument endommagé le panneau avant de la police royale thaïlandaise.

Le nombre d’enfants et de jeunes arrêtés s’élève désormais à 70, ce qui représente 26,9 % du nombre total de personnes arrêtées. Ces données indiquent que les enfants et les jeunes sont parmi les groupes les plus actifs qui ont participé aux manifestations politiques et parmi les plus exposés aux opérations d’arrestation. Si l’on ne compte que les arrestations continues à Din Daeng et ses environs à partir du 7 août 2021, au moins 209 personnes ont été arrêtées.

Interrogées dans des lieux différents

TLHR a observé que les opérations de police et a constaté que les autorités n’ont pas seulement arrêté les manifestants, mais ont également capturé arbitrairement des personnes se préparant à se joindre à la manifestation, des conducteurs de voitures ou de camions à haut-parleur transportant du matériel de démonstration, des militants qui avaient déjà des mandats d’arrêt d’activités de protestation précédentes, et même des habitants de Din Daeng rentrant du travail ou sortant de chez eux pour acheter de la nourriture, ainsi que des citoyens ordinaires qui devaient emprunter la route Din Daeng – Wipawadee.

Toutes les personnes arrêtées ont été détenues et interrogées dans des lieux différents, selon le choix des autorités. Les lieux de détention documentés comprenaient le siège de la police des patrouilles frontalières de la région 1 (BPP 1) dans la province de Pathum Thani, le Bureau de répression des stupéfiants (NSB) à l’intérieur du Royal Thai Police Club et d’autres postes de police à travers Bangkok.

La majorité des détentions étaient illégales selon TLHR car les policiers n’amenaient souvent pas les personnes arrêtées à un poste de police de la localité où elles avaient été arrêtées ou au poste chargé de traiter les accusations des personnes arrêtées conformément à la procédure pénale.

Gavroche-thailande.com – 1er septembre 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer