Infos Thailande

Que pensent les Farangs des Farangs ? Entretien avec un caricaturiste en Thaïlande

Print Friendly, PDF & Email

Le journal Khaosod English a interviewé Stephff, un caricaturiste français et lui a demandé ce que c’est que d’être un farang en Thaïlande.

Stephff, caricaturiste politique chevronné, bien connu des expatriés, de son vrai nom Stéphane Peray, est installé à Bangkok depuis 1989.

Ses œuvres ont été publiées dans de nombreux journaux en Thaïlande et dans la région, notamment The Nation, Bangkok Post, et actuellement Prachatai.

Le Français a auto-publié en 2020 un livre de caricatures “Farang Affairs” se moquant aussi bien des farangs que des Thaïlandais.

Pensez-vous que le mot farang est offensant ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

J’aime bien ce mot et je ne le trouve pas offensant.

Il est destiné à reconnaître une différence d’ethnicité d’une manière plutôt naïve et enfantine.

J’ai souvent été appelé “farang” par des amis thaïlandais qui, parfois, me taquinaient ou utilisaient simplement ce mot avec affection au lieu d’utiliser le mot “Occidental”.

Il y a – bien sûr – des cas où il peut être un peu insultant et raciste comme dans l’expression péjorative “farang kee nok” visant à se moquer des routards occidentaux bon marché et sales.

Mais dans l’ensemble, la plupart du temps, il ne s’agit pas d’une expression raciste et la plupart des farangs qui sont ici depuis assez longtemps ont appris à être en paix avec ce mot.

Les Occidentaux qui s’énervent viennent juste de commencer à vivre ici et font toujours des comparaisons avec les vilains mots d’argot racistes utilisés en Occident.

Un exemple qui me vient à l’esprit est le mot “chink” (je m’excuse d’ailleurs de l’avoir utilisé).

Chink est un terme offensant pour une personne d’origine chinoise.

Ce mot est indubitablement raciste et chargé de l’intention de blesser.

Il est donc malhonnête de comparer le mot “chink” et le mot “farang”.

Je suis conscient que le mot “farang” n’est pas très politiquement correct, mais il est rarement utilisé comme une insulte.

Et dans le reste de l’Asie, vous trouvez également des mots similaires pour décrire les Occidentaux, qui ne sont pas destinés à être insultants : “ang moh” à Singapour, “gwailo” à Hong Kong et “gaijin” au Japon.

Pensez-vous que la plupart des farangs exotisent et orientalisent la Thaïlande, en particulier les femmes thaïlandaises ?

Les destinations exotiques se vendent en jouant sur l’exotisation.

Il suffit de regarder les publicités de Thai Airways ou les campagnes de l’Autorité du Tourisme de Thaïlande.

Quand j’avais 18 ans, je suis allé vivre quelque temps en Polynésie française et c’était ma première rencontre avec un pays tropical.

Tahiti – si vous connaissez l’histoire des mutins du Bounty – est la quintessence de l’exotisation et les femmes tahitiennes – dans l’esprit de l’homme blanc – sont le fétiche sexuel ultime.

Donc oui, beaucoup de farangs exotisent la Thaïlande et fétichisent les femmes thaïlandaises, mais je pense que cette exotisation et cette fétichisation – qui sont probablement une relique de la mentalité coloniale – existent pour beaucoup d’autres endroits dans le monde comme l’Afrique ou l’Amérique latine (il suffit d’écouter les histoires de ces hommes blancs expatriés qui ont vécu là-bas pour s’en rendre compte).

Quoi qu’il en soit, c’est un très bon matériau pour les dessins, car il s’agit d’un pur choc culturel : le fantasme contre la réalité.

Quelle que soit la perfection de l’idée que vous vous faites de la femme asiatique, quelle que soit la perfection de votre rêve de vivre dans un pays tropical, la réalité vous frappe toujours très fort.

Mais n’oubliez pas que cette exotisation délirante existe aussi dans l’autre sens : combien de femmes thaïlandaises issues de milieux pauvres ont fantasmé d’épouser un beau, grand et aux yeux bleus farang, et de vivre dans un pays riche où il neige en hiver ?

N’oubliez pas que le rêve exotique ultime pour de nombreux Thaïlandais, ce sont les montagnes suisses recouvertes de neige, tandis que nous – les farangs – rêvons de plages de sable blanc et de cocotiers.

Pensez-vous que la société thaïlandaise est accueillante pour les étrangers qui restent à long terme comme vous et pas seulement pour les touristes ?

Le sourire siamois est-il un sourire authentique ?

Oui et non.

L’occidental idéal pour le gouvernement thaïlandais (et c’est vrai pour tous les gouvernements thaïlandais que j’ai connus depuis le PM Chatichai Choonhavan) est un riche étranger qui crée des entreprises, emploie beaucoup de Thaïlandais, dépense beaucoup d’argent et ne reste pas trop longtemps.

Certains étrangers de longue durée avec de petits revenus comme les enseignants dans les écoles thaïlandaises, les journalistes indépendants, les membres d’ONG, les chercheurs ou les artistes ne sont pas intéressants pour la Thaïlande.

Encore moins intéressants si nous gagnons peu, menons une vie sobre à la manière des Thaïlandais et achetons un petit bout de terrain au nom du conjoint thaïlandais.

Par conséquent, nous – les migrants farang de bas statut – découvrons souvent qu’il n’existe pas de moyen administratif clair et facile d’obtenir un visa à long terme et un permis de travail adéquats et que c’est un casse-tête année après année.

Par exemple, il n’existe absolument aucun visa spécial pour les artistes étrangers.

Cela en dit long sur une certaine mentalité thaïlandaise : celle qui ne valorise que l’argent.

Mais un artiste, un défenseur des animaux ou un enseignant apportent quelque chose de précieux à la société thaïlandaise.

Mais ce n’est pas de l’argent.

J’aimerais donc que les autorités thaïlandaises fassent preuve d’une plus grande ouverture d’esprit, à l’instar du programme “talents étrangers” de Singapour, et qu’elles ne mettent pas l’accent uniquement sur des critères matériels mais sur ce qui pourrait être bénéfique pour la société thaïlandaise en général.

Un étranger qui vient consacrer tout son temps et son argent à sauver des éléphants – en faisant le travail que les autorités thaïlandaises devraient en fait faire – devrait être aidé de toutes les manières possibles.

Regardez la façon dont ce gouvernement essaie, en ce moment même, de rendre la vie encore plus difficile à la société civile et aux ONG étrangères.

Je pense également que les jeunes migrants étrangers qui viennent essayer de créer une entreprise ici devraient avoir plus de chances.

Ne leur donnez pas un regard méprisant parce qu’ils n’ont pas beaucoup d’argent aujourd’hui.

Toute personne qui réussit doit d’abord commencer dans son garage.

J’ai beaucoup d’amis étrangers qui ont extrêmement bien réussi aujourd’hui, mais qui sont venus ici avec quelques dollars en poche.

Et pour moi, c’était la magie des années 90 en Thaïlande.

Ce sourire siamois ? Pour moi, il est toujours authentique, car la majorité des Thaïlandais sont naturellement gentils, généreux et aimables.

Mais en même temps, c’est aussi une sorte de mythe national, une petite histoire que la Thaïlande vend dans le monde entier.

Quelle est l’idée fausse la plus évidente que les étrangers ou les Occidentaux se font de la Thaïlande – et les Thaïlandais des étrangers et des Occidentaux ?

L’idée fausse la plus évidente serait que les femmes thaïlandaises sont faciles.

C’est tout le contraire.

Sortir avec une Thaïlandaise demande beaucoup de patience – du moins, à mon époque, quand je sortais avec une fille.

Mais nous savons tous que la prostitution est responsable de ce grave malentendu.

Une autre idée fausse est que les Thaïlandais sont paresseux.

La majorité des Thaïlandais travaillent très dur pour gagner leur vie et n’ont pas une vie facile.

Il n’est donc pas juste de les qualifier de “paresseux”.

Mais nous savons tous qu’à l’intérieur de la société thaïlandaise elle-même, nous trouvons aussi ces clichés, comme les Thaïlandais et les Chinois trouveraient les Isaan paresseux.

Je ne peux pas vraiment penser à une idée fausse sur les farangs.

Peut-être – dans le cas des Français – les femmes thaïlandaises ont cette idée que la France est le pays du romantisme, mais lorsqu’elles s’y rendent pour la première fois, elles ne voient que des gens grossiers et de mauvaise humeur.

Vous voyez donc que le mythe national français que nous vendons dans le monde entier est le romantisme.

Est-il difficile d’être un caricaturiste en Thaïlande ?

Est-il plus facile de se moquer des politiciens thaïlandais ou des étrangers ?

Eh bien, pas difficile.

Le seul véritable obstacle est (encore) la partie administrative et il semble que lorsque les autorités en ont assez de vous, c’est exactement là qu’elles vous tendent une embuscade.

Il n’est pas facile de gagner sa vie, mais c’est le cas partout dans le monde pour un dessinateur de presse.

Les journaux n’ont plus d’argent et ils ne pensent qu’à économiser sur les petites choses (et les caricatures sont des petites choses dans l’esprit des rédacteurs).

Mais jusqu’à présent, il est encore possible de gagner correctement sa vie et si je n’y parviens pas, ce n’est pas forcément la faute de la Thaïlande, mais plutôt celle de mon manque de talent.

Je me sens assez libre dans l’exercice de mon art, mais bien sûr, la satire en Thaïlande est limitée par l’article 112.

Cependant, je n’ai pas le droit de m’en plaindre.

En vivant ici depuis 1989, je connaissais les règles depuis le début et j’ai – en tant que non-Thaï – accepté de vivre selon ces règles (mais cela ne signifie pas qu’au fond de moi, je suis d’accord avec ces règles, mais c’est une autre question).

Se moquer des politiciens thaïlandais est assez facile – je n’ai jamais eu de plaintes de la part des autorités elles-mêmes (c’est peut-être parce que personne au sommet ne lit jamais mes caricatures hahaha).

Ici, il n’y a pas de “Premier ministre adjoint” comme cela existe ou a existé pour Hun Sen, Mahathir ou Lee Kuan Yiew dans leurs pays respectifs.

Bien entendu, le caricaturiste politique met toujours beaucoup de gens en colère et c’est ce qui rend ce travail difficile.

Que votre héros soit Prayut, Yingluck ou Suthep, lorsqu’il est descendu de son piédestal par une caricature, les noms d’oiseaux volent.

Et c’est encore plus vrai de nos jours où la société est si polarisée.

Dans le passé, recevoir des insultes signifiait que je faisais correctement mon travail.

Mais aujourd’hui, je n’en suis même pas sûr.

J’ai l’impression qu’être insulté en permanence signifie que – d’une certaine manière – je participe moi-même à la polarisation.

C’est peut-être à ce moment-là qu’il est difficile d’être caricaturiste – quand vous vous rendez compte que vous n’apportez pas vraiment de pensée positive avec votre art – vous dessinez simplement ce que certaines personnes de votre soi-disant “camp” veulent entendre – et n’est-ce pas la définition de la démagogie ?

Se moquer des farangs est plutôt facile, mais je mets aussi certaines personnes très en colère – ironiquement, ce sont les personnes caricaturales dans la vie réelle qui n’acceptent pas de devenir une caricature de dessin animé hahaha !

Et n’oubliez pas que je ne me moque pas seulement des étrangers dans mon livre.

Lorsque je me moque des étrangers qui commencent à conduire aussi imprudemment que les Thaïlandais, je me moque évidemment de la façon dont les Thaïlandais conduisent.

Le sens de l’humour des Thaïlandais est-il différent de celui des Européens ?

Oui, c’est vrai.

C’est peut-être pour ça que je peux m’en sortir avec certaines choses.

Le second degré, par exemple, ou le sarcasme ne sont pas des choses que les Thaïlandais comprennent immédiatement.

Il ne faut pas être un génie pour voir que l’humour de Prayut n’est pas sophistiqué mais plutôt primitif.

Le mode d’humour thaïlandais de base peut également s’accommoder de blagues plus sexistes et racistes, puisque le politiquement correct n’est pas encore totalement atteint ici.

On pourrait le comparer à l’humour pratiqué en Occident il y a 40 ans, lorsqu’il était encore acceptable de se moquer de tout.

Je dois avouer – à ma grande honte – que je suis toujours un amateur de blagues sexistes stupides à la Benny Hill.

Je sais que c’est très mauvais, mais je ne peux pas m’en empêcher, c’est mon côté latin, désolé !

En fait, mon livre a eu beaucoup de succès auprès des Français, des Belges, des Allemands, des Italiens, des Espagnols et des Russes, mais pas auprès des Américains et des Britanniques expatriés, et je suppose que c’est dû à la bonne dose de politiquement incorrect que j’y ai mise.

La plus grande surprise, cependant, a été que de nombreux Thaïlandais ont apprécié mon livre, y compris des femmes thaïlandaises.

Je ne m’y attendais pas du tout.

Mais pour être honnête, c’est probablement parce qu’Angel (ma femme thaïlandaise) m’a aidé à écrire le livre et a réussi à y intégrer un petit, je ne sais quoi d’humour thaïlandais.

Mais même si les Thaïlandais ont un humour différent, je dois dire qu’ils ont toujours beaucoup d’humour et peuvent rire d’eux-mêmes.

Je ne pourrais pas vivre dans un pays où les gens n’ont pas d’humour.

Quel a été l’aspect le plus gratifiant de votre travail ?

Certainement pas l’argent hahaha.

Mais tout de même, gagner un revenu, aussi modeste soit-il – tout en faisant ce que l’on aime le plus dans sa vie, est très gratifiant.

C’est le fameux concept japonais “Ikigai” du bonheur dans la vie.

Mais la partie la plus gratifiante est bien sûr lorsque les gens reviennent vers vous et vous remercient de les avoir fait rire.

Cela me rend vraiment heureux de savoir que j’ai fait sourire ou rire quelqu’un.

Mais ce n’est pas tout.

Un dessin éditorial a deux objectifs majeurs : vous faire rire et vous faire réfléchir.

Je dirais donc que la partie la plus gratifiante est celle où je parviens à aborder un sujet sérieux dans une caricature qui vous a fait rire et qui vous a ensuite fait réfléchir.

Faire rire le lecteur, c’est d’abord attirer son attention, puis, une fois que vous l’avez obtenue, vous essayez de lui dire quelque chose de significatif qui l’incitera à réfléchir.

“Drôle et tellement vrai”, c’est ce que vous voulez entendre de la part d’un lecteur !

Cela vous donne vraiment le sentiment d’avoir un but.

Le fait que j’ai auto-publié mon livre m’a donné une liberté totale (presque totale parce que vous savez… l’article 112) sur les sujets sérieux dont je voulais parler.

Comme dans la bande dessinée sur les Rohingyas qui rappelle au lecteur le double standard de l’hospitalité en Thaïlande.

Ce n’est même pas censé être une caricature drôle si l’on considère ce qui est arrivé à certaines de ces pauvres âmes.

Dessiner et publier une caricature n’est pas quelque chose de vain si, d’une manière ou d’une autre, vous avez réussi à dire certaines choses qui étaient importantes pour vous.

C’est la partie gratifiante de mon travail.

Les exemplaires en édition limitée de “Farang Affairs” sont vendus en ligne sur le site de Stephff : farangaffairs.com

Toutelathailande.fr avec Khaosod English – 4 mars 2022

Que pensent les Farangs des Farangs ? Entretien avec un caricaturiste en Thaïlande
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer