Infos Viêt Nam

La BD au service d’une toute nouvelle industrie de l’image

Print Friendly, PDF & Email

La bande dessinée (BD) apparaît comme une source d’inspiration pour d’autres domaines : cinéma, jeux vidéo, produits dérivés… La croissance d’un écosystème avec des produits différents en la matière contribuera au développement de l’industrie de l’image.

L’industrie de l’image est un concept relativement nouveau au Vietnam, alors qu’il est très développé depuis longtemps au Japon, aux États-Unis et en Europe. Au même titre que l’animation ou le jeu vidéo, la BD ou comic devraient bientôt gagner ses lettres de noblesse.

Au Vietnam, la Maison d’édition Kim Dông est l’un des premiers éditeurs de BD. Selon Dang Cao Cuong, chef de la rédaction de BD de cet établissement, le développement de l’industrie de l’image dans le pays constitue une tendance inévitable, en témoigne le succès de nombreuses œuvres originales ces derniers temps. Outre la recherche et la découverte de nouveaux auteurs, elle est en train de nouer des coopérations avec d’autres entreprises en la matière.

Si Kim Dông a publié de nombreuses séries de BD célèbres, les œuvres vietnamiennes ne représentent que 10% du total. Avec 70% du marché, les produits japonais sont largement leaders. Viennent ensuite les produits sud-coréens et chinois.

En vue de mieux exploiter les potentialités du secteur, elle travaille main dans la main avec des studios fabriquant des produits inspirés de la BD. Par exemple, l’œuvre Dê mèn phiêu luu ky (Les aventures du Grillon), de l’écrivain Tô Hoài, a été adaptée en tant que BD par le peintre Ta Huy Long. Un scénario de film d’animation est aussi en cours d’élaboration.

Un secteur en devenir

Hà Huy Hoàng, directeur artistique du studio Dee Dee Animation, est parti voilà 10 ans se former à la création d’images et à l’animation aux États-Unis. À son retour, il fut surpris de voir que le secteur était en plein boum : des établissements de formation dans le domaine de l’animation, de la vidéo et de la BD se créent de plus en plus. Selon lui, il y a plus d’opportunités au Vietnam qu’aux États-Unis puisque le secteur est encore nouveau et qu’il va se développer rapidement. Il a rejoint Dee Dee Animation à une époque où le studio n’avait que six personnes. Aujourd’hui, l’équipe en compte 50.

Ce studio a récolté certains succès notables. Son court métrage Tàn thê : Tiên truyên (Broken Being en anglais ou Être brisé en français) a été présenté dans plus de 60 festivals de films internationaux, recevant le Cerf-volant d’argent 2020 et le prix du meilleur dessin.

Nous avons aussi une série bien accueillie, Bi Bo Ben, sur la chaîne de télévision VTV3″, a partagé M. Hoàng. De plus en plus connu, Dee Dee Animation attire aujourd’hui des partenaires internationaux.

Fin 2020, la communauté vietnamienne des amateurs de BD a reçu une bonne nouvelle : la productrice Ngô Thanh Vân et le Studio 68 ont annoncé le lancement du projet “Lê Nhât Lan”, un film adapté de la BD Long Thân Tuong (Holy Dragon Imperator en anglais ou Le général du dragon sacré en français) des auteurs Thành Phong et Khanh Duong.

Cette histoire, écrite en 2004, alors que les deux auteurs étaient encore à l’école, était sortie en feuilleton dans le magazine de BD de la Maison d’édition Tre (Jeunesse). L’œuvre avait été appréciée par le grand public et les experts, qui lui avaient décerné le Prix Asie de la Critique ACBD.

Plus de 10 ans après sa sortie, le groupe Phong Duong Comics a relancé le projet “Long Thân Tuong”. Pour le mettre en œuvre, les auteurs ont lancé un financement participatif (crowdfunding). L’objectif de collecter environ 300 millions de dôngs pour sortir le premier épisode a été atteint très vite, signalant l’engouement du public vietnamien.

C’est de bon augure pour publier le premier volume du manga et également créer une base saine pour la suite”, s’est félicité le dessinateur Thành Phong. Khanh Duong a fait savoir que le groupe a également réalisé des affiches, des figurines de personnages du manga, des cadeaux de souvenir, tout un marchandising pour faire parler de la série.

En 2015, Phong Duong Comics a fondé la compagnie par actions Comicola qui publie des BD et comics des auteurs vietnamiens. “La BD est le point de départ, on peut créer de nombreux produits autour”, a affirmé Khanh Duong. À présent, Comicola a coopéré avec plus de 100 auteurs, soutenue par plus d’un million de lecteurs. Elle a déployé environ 50 projets et a récemment mis en place sa première application de lecture en ligne et fabriqué divers produits liés aux BD.

Khanh Duong et son équipe se sont également essayés au jeu vidéo, notamment avec la sortie de To coi cho vuot (Siffler fort pour dépasser) en octobre 2017.

Une heure après le lancement, ce jeu s’était classé en première position sur l’App Store.  “Après le succès de +Long Thân Tuong+, si le marché dispose d’un film, d’une BD et d’un jeu autour du manga, cela pourra servir de précédent à toute l’industrie de l’image au Vietnam“, a estimé M. Duong.

Créer un écosystème innovant

Cependant, pour que l’écosystème de l’image puisse s’épanouir, selon la Dr. Nguyên Thi Thu Hà, de l’Institut national des études de la culture et des arts (VICAS), il faut bien connaître les points faibles du secteur : manque de ressources humaines dans les équipes de création, investissement financier encore faible, etc.

Néanmoins, à travers le monde, des exemples de réussite d’écosystème existent. C’est le cas par exemple du Pôle Image Magelis (pôle français de développement économique de la filière Image en Charente) dirigé par Frédéric Cros. Dans la ville d’Angoulême au Sud-Ouest de la France se sont ainsi construits plusieurs campus  dont l’École nationale du jeu vidéo, celle du cinéma documentaire et celle de la BD, se renforçant les uns les autres.

Pour M. Cros, ces métiers “demandent de très hautes qualifications, il faut donc offrir des formations de très haut niveau”. Voilà sans doute ce qui reste à accomplir au Vietnam pour pouvoir créer une industrie de l’image moderne et innovante.

Par Thao Nguyên – Le courrier du VIetnam – 6 mars 2022

La BD au service d’une toute nouvelle industrie de l’image
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer