Infos Viêt Nam

Flambée des prix au Vietnam : fantasme ou réalité de l’inflation ?

Print Friendly, PDF & Email

Il n’en fallait pas davantage pour faire ressurgir le spectre de l’inflation. Le prix des matières premières augmente dans le monde, et le Vietnam ne fait pas exception. Cela étant, les économistes sont formels : l’inflation – le mot est donc lancé – est sous contrôle.

Le monde est instable et les prix s’en ressentent. Ceux du gaz ou de l’or ont de fait connu des fluctuations importantes, mais en ce qui concerne le Vietnam, les experts estiment que l’inflation devrait rester sous contrôle, c’est à dire en dessous du seuil de 4%, qui est la ligne rouge tracée par le gouvernement.

Les analystes jugent prématuré de tirer la sonnette d’alarme

HSBC a certes relevé ses prévisions concernant l’inflation au Vietnam en 2022, tablant désormais sur un taux de 3%, sans pour autant juger la situation préoccupante. Les possibles répercussions du conflit russo-ukrainien sur les prix des carburants n’ont pour l’instant pas modifié sa position.

Même son de cloche du côté de la Banque Mondiale, pour qui l’inflation reste sous contrôle, au Vietnam.

Plus précise, Dragon Capital Fund, qui est une plateforme dédiée à l’investissement, note que le taux d’inflation oscille pour l’instant entre 3,58 et 3,8%, c’est à dire en dessous de 4% et qu’au pire des cas (c’est à dire si le conflit russo-ukrainien s’enlise et si aucun accord n’est conclu avec l’Iran), il pourrait atteindre 4,18%. Là encore, il est prématuré de tirer la sonnette d’alarme, semble-t-il.

Pour les analystes nationaux, les prix sont en fait en cours de stabilisation. C’est ce qui ressort des propos de Nguyen Ba Khang, le directeur adjoint du centre national de surveillance des marches financiers, pour qui la hausse des prix du pétrole aura eu pour effet d’occulter les effets positifs des mesures de maîtrise de l’inflation prises par le gouvernement.

Hausse des dépenses mensuelles pour les consommateurs vietnamiens

Les consommateurs, eux, ne semblent pas partager cet optimisme, et c’est bien là que le bât blesse.

  • Diem, qui travaille à Hanoï, nous a ainsi confié qu’elle n’osait pas se rendre au cinéma en famille, non par crainte de la covid, mais bien à cause du prix des tickets d’entrée.
  • Hung, qui est un ingénieur de 37 ans, s’est quant à lui décidé à délaisser sa voiture au profit de sa moto, moins vorace en essence.
  • Minh, 28 ans, employée de banque, constate de son côté qu’un demi million de dôngs lui suffit à peine à s’approvisionner en produits frais pour deux jours.

Augmentation du prix de biens de consommation courante

Une enquête, réalisée par nos confrères de vnexpress à la mi-mars, montre en effet que les prix de plusieurs produits essentiels ont grimpé en flèche en l’espace d’un an (plus 67% pour le sucre, plus 48% pour l’essence, plus 35% pour le gaz, plus 28% pour le nuoc mam, plus 25% pour les nouilles instantanées, plus 23% pour l’huile de cuisson…). Seuls le riz (plus 6,7%) et la viande de porc (moins 27%) semblent pour l’instant faire exception.

Pour en savoir plus sur le coût de la vie et budget à prévoir en tant qu’expatrié au Vietnam, ce guide complet vous donnera une estimation des dépenses mensuelles, prix et frais à anticiper lors de votre expatriation.

Lepetitjournal.com – 23 mars 2022

Flambée des prix au Vietnam : fantasme ou réalité de l’inflation ?
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer