Infos Viêt Nam

Une campagne anti-corruption ? Les vietnamiens n’y croient pas

Print Friendly, PDF & Email

Le Parti communiste vietnamien a sagement choisi de ne pas crier victoire lorsque, le 29 juin, il a célébré le 10e anniversaire d’une campagne de lutte contre la corruption étroitement liée à l’ancien dirigeant du parti, Nguyễn Phú Trọng.

Selon un communiqué du ministère de l’Information, voici quelques-unes des nombreuses statistiques publiées à cette occasion :

168 000 membres du PCV ont fait l’objet de mesures disciplinaires et 7390 ont été “punis pour corruption ou liens avec la corruption”, dont “170 fonctionnaires sous la direction du Comité central du Parti.”

16 699 cas de corruption, d’abus de position et d’irrégularités liées à l’économie ont été poursuivis. 2,6 milliards de dollars US d’”actifs corrompus” ont été récupérés, dont 76 000 hectares de terres indûment appropriées. Des amendes d’un montant de 41,8 milliards de dollars ont été infligées. “Malgré de nombreuses complications, des efforts continus sont nécessaires pour mettre un terme aux actes répréhensibles”, a déclaré le Secrétaire général Trọng à plus de 80 000 membres du parti qui, selon les informations reçues, ont suivi la conférence en circuit fermé depuis la salle du Comité central du PCV à Hanoï.

Trọng a raison. Sa guerre contre la corruption est loin d’être gagnée.

Les scandales qui ont éclaté au grand jour au début de cette année prouvent de manière convaincante que, quel que soit le nombre de fonctionnaires démasqués et punis, l’auto-gestion – c’est-à-dire le fait que des fonctionnaires profitent de leur position pour servir leurs intérêts personnels – reste omniprésente. En réfléchissant à ces scandales, les commentateurs vietnamiens semblent s’accorder sur le fait que (1) presque tous ceux qui occupent un poste élevé sont d’une manière ou d’une autre compromis, et (2) la seule chose que les camarades ne font pas, c’est de se dénoncer les uns les autres.

Jusqu’à la fin de 2021, les citoyens vietnamiens semblaient satisfaits de la gestion de la pandémie de Covid par leur gouvernement. Puis vint la révélation troublante de deux projets liés au Covid visant à escroquer le public au profit de bureaucrates bien placés.

Le premier est le scandale du Việt Á, une conspiration de grande envergure visant à monopoliser le marché national des kits de test Covid-19. Ces kits étaient financés par des fonds publics, conçus par le personnel de l’Académie militaire de médecine et fabriqués par Việt Á, une société de fournitures médicales appartenant au ministère de la Défense. Alors que la production commençait au début de l’année 2020, le ministère de la Santé et les gouvernements locaux ont vivement conseillé de procéder à des tests de masse. Les citoyens anxieux se sont empressés d’acheter les kits, qui coûtaient environ 20 dollars et étaient présentés, à tort, comme certifiés par l’Organisation mondiale de la santé.

Lorsque quelqu’un a averti la police nationale, une chaîne nationale de pots-de-vin était déjà bien établie, allant des responsables des centres de santé locaux jusqu’au plus haut niveau des ministères de la Santé et des Sciences et Technologies.

Le deuxième stratagème visait des dizaines de milliers de citoyens bloqués à l’étranger lorsque le Vietnam et d’autres pays ont fermé leurs frontières aux voyages aériens internationaux. Désespérés de rentrer chez eux, beaucoup ont versé des sommes énormes pour obtenir des places dans des avions affrétés à destination du Vietnam. Le personnel du ministère des affaires étrangères, depuis les vice-consuls des missions vietnamiennes à l’étranger jusqu’au vice-ministre responsable des services consulaires, s’est empressé d’exploiter cette opportunité lucrative. Mais, hélas pour les coupables, ce n’était là encore qu’une question de temps avant que ce stratagème à plusieurs niveaux ne soit découvert.

Pour Trọng, ces scandales très médiatisés doivent être particulièrement décevants. Tous deux ont touché un domaine particulièrement sensible : la santé et le bien-être publics.

La plupart des cas de corruption institutionnelle au Vietnam se développent dans des espaces obscurs où les fonctionnaires et les détenteurs de capitaux privés s’arrangent pour partager des gains illicites par le biais de manipulations boursières, de la conversion de terres agricoles à des fins commerciales ou de pots-de-vin sur des contrats d’approvisionnement. En revanche, les scandales du Việt Á et de l’arnaque des billets d’avion de rapatriement ont directement exploité les craintes induites par la pandémie chez les citoyens ordinaires, qui ont été indignés à juste titre.

Lorsque les deux ministres et le vice-ministre qui ont permis la mise en place du système de kits de test Covid ont été déchus de leur appartenance au Parti communiste – en prélude à leur procès civil – ce fut une grande et bonne nouvelle. Personne ne se sent mal non plus pour l’ancien vice-ministre des affaires consulaires, qui, au lieu d’accepter un poste d’ambassadeur au Japon, se dirige vers la prison.

Trong est de l’avis général incorruptible, personnellement modeste, dur comme fer et inébranlable dans sa mission : restaurer l’autorité morale du Parti communiste. Depuis 2016, il est incontesté en tant que premier dirigeant du Vietnam. Il avait alors déclaré, de façon célèbre, qu’une “fournaise ardente” attendait tous les responsables qui trahissaient la confiance du public. Trong a maintenant près de 80 ans, il n’est plus en bonne santé mais il a toujours l’intention de nettoyer le Vietnam des fonctionnaires corrompus. Au moins, on se souviendra de lui comme du dirigeant qui n’a pas hésité à envoyer ses pairs en prison.

C’est ce qui explique l’avalanche de commentaires normatifs dans la presse nationale au début du mois dernier, lorsque les anciens ministres de la Santé et des Sciences et Technologies ont été déchus de leurs fonctions au sein du parti.

Le point de départ officiel de la campagne de Trọng a été un vote du parti en 2012 visant à transférer la responsabilité de la police de la corruption du bureau du Premier ministre à un comité du parti nouvellement formé, le “Comité directeur central sur la prévention et le contrôle de la corruption.” Trọng, qui en était alors à son premier mandat de secrétaire général, avait été exaspéré par l’attitude insouciante du Premier ministre, Nguyễn Tấn Dũng, à l’égard des rapports faisant état de transactions personnelles de ses subordonnés. Dũng a réagi en ignorant les directives du Politburo qui ne lui plaisaient pas, et a fait campagne en 2015 pour remplacer Trong à la tête du PCV. Cependant, c’est Trọng qui l’a emporté. Il a mobilisé une majorité du Comité central du parti, qui a évincé Dũng et accordé à Trọng un second mandat de secrétaire général, puis, en 2020, un troisième mandat.

L’année 2016 a marqué un tournant. Jusqu’alors, si les subalternes étaient souvent sanctionnés pour des activités de corruption flagrante, les membres de haut rang du parti étaient rarement poursuivis. L’opinion publique, foncièrement cynique, s’attendait à ce que Trọng punisse les plus proches collaborateurs de Dũng, puis passe à autre chose. Trọng leur a prouvé qu’ils avaient tort.

Voici le paradoxe : bien que quelque 170 hauts fonctionnaires aient maintenant été punis pendant le mandat de Trong pour avoir trahi la confiance du public, leurs pairs ne semblent pas craindre suffisamment la fournaise ardente pour être propres. En d’autres termes, l’approvisionnement en “bois de chauffage” métaphorique n’a pas sensiblement diminué. Aucun des commentateurs susmentionnés ne prétend que les fonctionnaires actuels sont moins susceptibles que leurs prédécesseurs de profiter de leur position pour promouvoir leurs intérêts privés.

Ces mêmes commentateurs appellent sérieusement et de diverses manières à (1) renforcer la supervision depuis la base (au lieu de la pratique courante consistant à accuser ceux qui protestent contre les escroqueries de “profiter de leurs droits démocratiques”), à (2) encourager la moralité des cadres et donc la dénonciation, et à (3) faire revivre la tradition marxiste-léniniste de “critique et d’autocritique” (c’est-à-dire que les hauts fonctionnaires se réunissent en petits groupes pour se dissuader mutuellement de leur mauvais comportement).

Il est remarquable qu’aucun des commentateurs n’ait suggéré de verser aux fonctionnaires des salaires suffisants pour financer une retraite confortable, ou de donner à la presse nationale vietnamienne les moyens d’identifier et de dénoncer les cas de corruption officielle.

Par Michel Prévot – Gavroche-thailande.com – 7 juillet 2022

Une campagne anti-corruption ? Les vietnamiens n’y croient pas
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer