Infos Birmanie

Grève des ouvriers d’une usine de vêtements à Rangoun

Print Friendly, PDF & Email

Environ 2 000 travailleurs d’une usine de confection située dans le parc industriel Zaykabar de Rangoun, dans le canton de Mingaladon, se sont mis en grève le 7 juillet, déclarant que les violations de leurs droits fondamentaux étaient devenues insupportables.

Les travailleurs sont des employés de l’usine JW, qui appartient à Great Glowing Investment et est exploitée par une autre usine du parc industriel : ADK, ou “A Dream of Kind”. Toutes deux sont gérées par les mêmes ressortissants canadiens, selon la Direction des investissements et de l’administration des entreprises de Birmanie.

Les usines fabriqueraient des vêtements pour des marques internationales de vêtements de sport, dont Crivit, et emploieraient près de 7 000 personnes.

Une vingtaine de soldats de la junte et de policiers sont également arrivés dans le parc industriel vers 11 heures pour s’entretenir avec la direction de l’usine, selon les grévistes. L’issue de la discussion n’était pas connue au moment de l’établissement du rapport.

“Des représentants du département des affaires des travailleurs [au sein du conseil militaire] sont venus pour négocier, mais ce département est rempli de personnes du côté [de l’employeur]”, a déclaré une femme de 22 ans participant au débrayage.

La femme, qui est également inscrite en dernière année du programme d’enseignement à distance de l’université de Dagon, a commencé à travailler sur le site en 2020, au plus fort de la pandémie de Covid-19. Elle a été embauchée à un taux de rémunération de 4 800 kyats (2,50 dollars) par jour, et de 1 200 kyats (0,65 dollar) par heure pour les heures supplémentaires – le salaire minimum de Birmanie.

Elle a expliqué à Myanmar Now qu’elle devait travailler par équipes de 12 heures, six jours par semaine, et que son employeur poussait les travailleurs à réaliser plus de 60 vêtements par heure – un quota qu’ils ne pouvaient pas atteindre.

“Nous pouvons à peine faire 45 pièces par heure, mais maintenant ils nous demandent de terminer 62 pièces par heure”, a-t-elle déclaré à Myanmar Now. “L’injustice est généralisée ici. Les travailleurs ne sont pas en mesure de pratiquer aucun des droits auxquels nous avons droit.”

Afin de répondre aux attentes en matière de performance fixées par la direction de l’usine, elle a ajouté qu’il était devenu difficile de prendre une pause de 30 minutes pour le déjeuner, ou d’utiliser les toilettes pendant leurs quarts de travail.

Une autre femme de 21 ans de Bago participant à la grève a déclaré qu’elle n’avait reçu qu’un salaire mensuel de 270 000 kyats (145 dollars) et qu’elle avait dû faire plus de 100 heures supplémentaires.

“Ils continuent de réduire nos salaires [parce qu’ils ne répondent pas à leurs exigences]. Dans ce système, il y a plus de punitions pour nous que de récompenses”, a-t-elle déclaré.

De nombreuses usines de Rangoun sont situées dans des communes où l’armée a déclaré la loi martiale, notamment Hlaing Tharyar, Dagon Nord et Sud, Dagon Seikkan, Okkalapa Nord et Shwepyitha.

Selon l’Organisation internationale du travail, les fermetures généralisées d’usines qui ont suivi le coup d’État de février 2021 ont contribué à la perte d’emplois de quelque 1,6 million de travailleurs dans tout le pays.

Les travailleurs des usines de Rangoun ont été parmi les premiers membres du public à protester contre le coup d’État. Quelque 16 organisations syndicales ont ensuite été mises hors la loi par la junte, et les membres et dirigeants des syndicats accusés d’incitation.

Gavroche-thailande.com – 11 juillet 2022

Grève des ouvriers d’une usine de vêtements à Rangoun
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer