Infos Birmanie

Le Myanmar va dominer l’agenda de l’ANASE, mais “peu de progrès sont attendus”.

Print Friendly, PDF & Email

L’escalade de la violence et l’impasse politique au Myanmar devraient dominer le sommet des dirigeants de l’ANASE vendredi, alors que les membres du bloc régional, de plus en plus frustrés, luttent pour que la junte du pays se conforme à un plan de paix convenu.

Les membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) ont reproché aux dirigeants militaires du Myanmar de ne pas avoir mis en œuvre le plan de paix convenu conjointement l’année dernière, qui prévoit de mettre fin aux hostilités et de permettre l’accès d’un envoyé spécial et de l’aide.

Le chaos politique, social et économique s’est emparé du Myanmar depuis que les militaires ont renversé le gouvernement élu dirigé par Aung San Suu Kyi l’année dernière, ont mené une répression meurtrière contre les dissidents et ont anéanti des années de réformes dans cette démocratie naissante.

L’ANASE, qui a exclu les dirigeants de la junte de ses réunions depuis l’année dernière, a répété la semaine dernière son engagement envers le consensus de paix en cinq points, mais certains membres ont demandé une position plus ferme.

Le ministère des affaires étrangères de la Malaisie, qui a de loin été le plus critique envers la junte, a déclaré qu’il “demanderait une position plus décisive de l’ANASE” lors de la réunion de cette semaine.

La semaine dernière, le ministre indonésien des affaires étrangères a déclaré que la junte, et non l’ANASE, était carrément responsable du manque de progrès du plan de paix et que des recommandations seraient faites aux dirigeants cette semaine pour renforcer sa mise en œuvre.

Des membres tels que Singapour et les Philippines ont simplement exhorté au dialogue et au respect du plan de paix.

La junte a mis en cause le manque de progrès sur la pandémie et l’obstruction des mouvements de résistance armée qu’elle qualifie de terroristes.

James Crabtree, directeur exécutif de l’Institut international d’études stratégiques-Asie, a déclaré que l’ANASE avait du mal à faire face aux divisions internes sur le Myanmar et d’autres questions.

“Que ce soit le Cambodge qui préside aujourd’hui ou l’Indonésie l’année prochaine, ces divisions ne vont pas disparaître, et cela va probablement continuer à limiter la capacité du bloc à faire pression sur la junte au Myanmar ou à répondre intelligemment à la concurrence croissante des grandes puissances”, a-t-il déclaré.

PEU DE PROGRÈS ATTENDUS

Le bloc, qui a une longue tradition de non-ingérence dans les affaires souveraines de ses membres, a exclu de prendre des sanctions de type occidental contre le Myanmar ou de l’expulser du groupe des 10 membres, même s’il condamne les actions de plus en plus violentes de la junte, comme les récentes exécutions de militants pour la démocratie et une frappe aérienne qui a tué 50 civils.

Un diplomate occidental qui assistera à la réunion a déclaré que, si le bloc peut essayer de rendre le plan de paix du Myanmar plus orienté vers l’action, “peu de progrès sont attendus”.

Le Premier ministre cambodgien et président actuel de l’ANASE, Hun Sen, a fait des ouvertures répétées aux généraux du Myanmar dans l’espoir de les amener à coopérer. Ces efforts ont produit des “résultats limités”, a reconnu Kao Kim Hourn, un haut fonctionnaire du gouvernement cambodgien et conseiller de Hun Sen.

Mais il a ajouté : “En fin de compte, sans l’intervention de l’ANASE, la situation au Myanmar pourrait être bien pire.”

Les dirigeants mondiaux qui ont condamné et sanctionné la junte, dont le président américain Joe Biden, seront présents, tout comme les nations plus amies du Myanmar telles que la Russie et la Chine, représentées respectivement par le ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov et le premier ministre Li Keqiang.

Les responsables s’attendent à ce que le sommet de cette semaine soit difficile, les discussions devant également porter sur la guerre en Ukraine et les tensions régionales concernant la mer de Chine méridionale, Taïwan et la Corée du Nord.

Reuters – 10 novembre 2022

Le Myanmar va dominer l’agenda de l’ANASE, mais “peu de progrès sont attendus”.
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer