Infos Viêt Nam

Vietnam : à Hanoï, les maisons coloniales françaises menacent de s’effondrer

Print Friendly, PDF & Email

Autrefois, c’était un endroit “romantique”. Aujourd’hui, la maison de l’époque coloniale française que Nguyen Manh Tri chérit depuis son enfance tombe en ruines, comme beaucoup d’autres à Hanoï, faute de plan solide pour les rénover.

“Quand j’étais enfant, je me souviens que c’était une maison magnifique”, lance auprès de l’AFP l’homme de 47 ans, en contemplant la bâtisse des années 1930 qu’il habite, au style Art déco mêlé d’éléments vietnamiens.

Désormais, les murs de la façade sont rayés de fissures, des tuiles se détachent du toit, et à l’intérieur, les escaliers en bois se sont déformés sous le poids des années et de l’humidité.

Plusieurs centaines de maisons qui témoignent du passé colonial de l’ancienne capitale de l’Indochine française, vieilles de presque un siècle, menacent de retourner à la poussière, faute de rénovation, ou de volonté politique pour les conserver.

Leurs résidents, qui vivent dans des conditions exiguës, à la merci de l’humidité et du bruit extérieur, devront déménager si la situation ne s’améliore pas, en raison du risque d’effondrement, ont prévenu les architectes.

Malgré son attachement au lieu, Nguyen Manh Tri a pris la décision de quitter bientôt la vieille bâtisse vétuste pour s’installer avec sa femme et leurs deux enfants dans un appartement moderne de Hanoï.

– Risques d’effondrement –

“Nous ne pouvons pas nous sortir de cette situation”, assure-t-il.

C’était pourtant un endroit “romantique”, se rappelle-t-il.

Aujourd’hui, la façade de certaines maisons coloniales sont cachées derrière des cafés, des restaurants de nouilles ou des boutiques de mode, dans l’urbanisme grouillant de la capitale vietnamienne.

La plupart de ces bâtiments ont été construits par les Français, mais beaucoup d’autres l’ont été par des architectes locaux, pour héberger leurs compatriotes les plus aisés sous l’ère coloniale.

Au départ de l’occupant colonial en 1954, le gouvernement communiste en a saisi des milliers pour les transformer en bureaux, et, pour les autres, exigé des propriétaires qu’ils les partagent avec des familles pauvres qui ont pu s’y installer.

Certains propriétaires privés continuent de s’accrocher à leurs murs remplis d’histoire, malgré les conditions difficiles, sans savoir combien de temps leur toit va encore tenir.

“J’ai vécu ici toute ma vie, donc je ne veux pas bouger ailleurs”, affirme Hoang Chung Thuy, 65 ans, qui partage le bâtiment colonial de trois étages avec dix autres ménages, un restaurant de fruits de mer, une boutique de vêtements et un comptoir à thé.

Faute d’accord de ses voisins du dessus, elle ne peut pas réparer les murs qui s’effritent, mais jure fidélité à la maison construite par ses grands-parents.

Le problème, c’est que ces bâtiments “risquent de se délabrer et de s’effondrer”, explique Tran Huy Anh, de l’Association des architectes de Hanoï.

– Rénovation à un million –

“Ceux construits au début du 20e siècle… ont besoin de travaux constants de rénovation et de maintenance tous les 20 ou 30 ans, pas plus tard”, insiste-t-il.

En 2015, deux personnes sont décédées dans l’effondrement d’une maison construite en 1905, dans laquelle vivaient 20 personnes.

Les autorités ont pris des mesures de préservation en 2013, mais faute de volonté claire, une large partie des maisons de l’époque coloniale ont été rasées, selon Ahn.

En avril, la ville de Hanoï a annoncé son intention de mettre en vente 600 maisons, avant de se rétracter quelques jours plus tard.

Après plusieurs volte-face, la municipalité semble résolue à protéger son patrimoine, et a classé en début d’année environ 1.200 maisons de l’époque coloniale sur une liste de sauvegarde de patrimoine.

Elle s’est aussi fixée l’objectif d’en rénover 60 d’ici 2025. Mais son projet se heurte aux longues discussions à tenir avec les résidents pour les convaincre de déménager, face à l’ampleur des travaux qui requièrent des logements vides.

Il a fallu dix ans pour que son premier projet de rénovation, qui a coûté un million de dollars, puisse commencer.

Pham Tuan Long, en charge de la gestion du district central de Hoan Kiem à Hanoï, et architecte de profession, assure que Hanoï est déterminée à redorer le lustre de ses vieilles maisons.

“Nous essayons de préserver les éléments originaux et les valeurs architecturales autant que possible en utilisant des matériaux et des méthodes de rénovation traditionnelles”, affirme-t-il.

Par Alice Philipson – Agence France Presse – 15 décembre 2022

Vietnam : à Hanoï, les maisons coloniales françaises menacent de s’effondrer
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer