Infos Birmanie

Le Conseil de sécurité de l’ONU votera probablement mercredi sur le Myanmar

Print Friendly, PDF & Email

Le Conseil de sécurité de l’ONU votera probablement mercredi sur un projet de résolution exigeant la fin immédiate de la violence au Myanmar et exhortant sa junte militaire à libérer tous les prisonniers politiques, y compris la dirigeante destituée Aung San Suu Kyi, selon des diplomates.

Le Myanmar est en crise depuis que l’armée a pris le pouvoir au détriment du gouvernement élu de Suu Kyi en février de l’année dernière, la détenant ainsi que d’autres responsables et répondant aux manifestations pro-démocratie et à la dissidence par une force létale.

Le Conseil, composé de 15 membres, est depuis longtemps divisé sur le Myanmar, les diplomates estimant que la Chine et la Russie protégeraient probablement la junte d’une action forte. Jusqu’à présent, il n’a accepté que des déclarations formelles sur le Myanmar, où l’armée a également mené une répression en 2017 contre les musulmans rohingyas, forçant plus de 700 000 personnes à fuir au Bangladesh.

Les négociations sur la résolution rédigée par les Britanniques ont commencé en septembre. Le texte initial – vu par Reuters – demandait instamment l’arrêt immédiat du transfert d’armes vers le Myanmar et menaçait de sanctions de l’ONU, mais ce langage a depuis été supprimé.

Pour être adoptée, une résolution du Conseil de sécurité doit recueillir au moins neuf voix en sa faveur et ne pas se heurter au veto de la Russie, de la Chine, des États-Unis, de la France ou de la Grande-Bretagne.

“Nous y travaillons toujours”, a déclaré lundi l’ambassadeur russe aux Nations unies, Vassily Nebenzia, ajoutant que Moscou craignait “que cela n’affecte le processus au Myanmar, que les autorités du Myanmar – si quelque chose d’inacceptable est adopté – ne coopèrent pas.”

La mission de la Chine auprès des Nations Unies n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur le projet de texte.

Le projet de résolution, vu par Reuters, exprime une “profonde inquiétude” face à l’état d’urgence actuel imposé par les militaires lorsqu’ils ont pris le pouvoir et à son “impact grave” sur le peuple du Myanmar.

Il demande instamment des “actions concrètes et immédiates” pour mettre en œuvre un plan de paix convenu par l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et lance un appel à “faire respecter les institutions et processus démocratiques et à poursuivre un dialogue constructif et la réconciliation conformément à la volonté et aux intérêts du peuple.”

Par Michelle Nichols – Reuters – 19 décembre 2022

Le Conseil de sécurité de l’ONU votera probablement mercredi sur le Myanmar
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer