Infos Thailande

Les prostituées de Thaïlande pourraient bientôt être protégées par la loi

Print Friendly, PDF & Email

Plusieurs milliers de Thaïlandais travaillent dans l’industrie du sexe depuis des décennies sans bénéficier de la moindre protection juridique dans le royaume.

Faute de statut légal, ils sont souvent victimes de rackets de la part des autorités, c’est pourquoi la plupart d’entre eux attendent avec impatience l’adoption du projet de loi sur la protection des travailleurs du sexe.

« Sans aucune protection juridique, nous sommes exploités à la fois directement et indirectement », a déclaré une travailleuse du sexe de 37 ans.

Depuis 13 ans qu’elle vend des services sexuels, elle a vu les opérateurs utiliser des tactiques dures pour contrôler les travailleurs du sexe et s’assurer qu’ils continuent à rapporter de l’argent.

Elle a fait remarquer que les propriétaires de lieux où l’on vend des services sexuels doivent eux-mêmes payer des fonctionnaires au noir, car la prostitution reste illégale en Thaïlande.

Les propriétaires des bars dits « féminins » infligent également de lourdes amendes aux travailleurs du sexe s’ils ne se présentent pas au travail pendant un jour ou deux.

Parfois, les exploitants déduisent de l’argent de la commission que les femmes perçoivent sur les boissons achetées pour elles par les clients, en espérant qu’ils seront trop ivres pour s’en rendre compte.

Et comme la prostitution est illégale, les lieux fournissant des services sexuels ne sont pas enregistrés et ne sont donc pas soumis aux réglementations en matière d’hygiène et de sécurité.

Par conséquent, les travailleurs du sexe sont vulnérables aux maladies et aux accidents du travail.

« Si le projet de loi est adopté, la prostitution deviendra légale et la stigmatisation dont nous faisons l’objet s’estompera également », a déclaré la travailleuse du sexe, qui est également mère de famille.

Qu’est-ce que le projet de loi sur la protection des travailleurs du sexe ?

Le projet de loi est présenté par le ministère des Affaires féminines et du Développement familial dans le but d’annuler la loi de 1996 sur la suppression de la prostitution, de protéger les travailleurs du sexe et d’améliorer leur qualité de vie.

Le ministère a chargé l’Université Thammasat de préparer le contenu du projet de loi.

« Nous pensons que le projet final sera prêt le mois prochain », a déclaré Jintana Chanbamrung, directrice générale du ministère.

Elle a expliqué que le processus de rédaction comprenait un brainstorming entre toutes les parties concernées afin qu’elles puissent trouver un terrain d’entente.

Sont également prises en compte les lois similaires en vigueur dans d’autres pays où le travail sexuel est légal.

Jusqu’à présent, la prostitution a été légalisée par des lois spécifiques dans au moins 15 pays, dont les Pays-Bas et l’Allemagne.

« Nous espérons présenter un projet de loi qui soit acceptable pour la majorité », a déclaré M. Jintana.

Chatchalawan Muangjan, conseillère juridique de l’Empower Foundation, a déclaré qu’une fois le projet de loi promulgué, les travailleurs du sexe auront droit à la même protection sociale que les cols blancs.

Clauses et contrats clés

Le projet de loi stipule que tous les travailleurs du sexe et leurs clients doivent être âgés d’au moins 18 ans.

Les travailleurs du sexe seront protégés contre les pratiques discriminatoires et recevront une rémunération adéquate de la part des clients ou des exploitants de lieux de travail.

Tous les avantages et conditions devront être fixés par écrit.

Plus important encore, le projet de loi donne aux travailleurs du sexe le droit de refuser de fournir des services à tout moment.

De même, les clients peuvent eux aussi refuser d’acheter le service.

Une remarque assez étrange, qui laisse penser que des clients auraient été forcés à utiliser les services de travailleurs du sexe.

En cas de litige entre clients et prestataires de services, des fonctionnaires feront office de médiateurs.

Le projet de loi définit les exploitants de lieux de sexe comme des intermédiaires qui coordonnent ou fournissent des services sexuels à des clients, en bénéficiant ou non d’une partie des gains.

La législation exige également que les exploitants demandent une licence, afin d’assurer une protection adéquate des travailleurs du sexe.

Le projet de loi prescrit également la création d’agences chargées de fournir une protection et de veiller à ce que les travailleurs du sexe aient accès à des recours juridiques.

L’une de ces agences serait un comité de niveau national, présidé par le ministre du développement social et de la sécurité humaine et comprenant le chef du département des affaires féminines et du développement familial, le département de l’administration provinciale, le département de contrôle des maladies et le département de l’emploi.

Le secrétaire général de l’Office de la sécurité sociale, le chef de la police nationale, jusqu’à trois représentants des travailleurs du sexe et jusqu’à trois spécialistes nommés par le comité y siègent également.

Outre le comité national, le projet de loi prévoit que chaque province dispose également d’un comité chargé de protéger les travailleurs du sexe relevant de sa juridiction.

En plus de fournir une protection, ces comités offriront également des informations pertinentes et un soutien au développement professionnel des travailleurs du sexe.

Sanctions et peines

Le projet de loi sur la protection des travailleurs du sexe vise à réprimer la maltraitance et la traite des mineurs.

Le projet de loi punit toute personne qui paie pour avoir des relations sexuelles avec un mineur âgé de 15 à 17 ans d’une peine de prison allant de un à trois ans et d’une amende de 20 000 à 60 000 bahts.

Cette peine sera applicable même si le mineur est un partenaire consentant.

Ceux qui paient pour avoir des relations sexuelles avec un mineur de moins de 15 ans risquent de deux à six ans de prison et une amende de 40 000 à 120 000 bahts.

Par ailleurs, toute personne qui procure des services sexuels à un mineur âgé de 15 à 17 ans, même avec le consentement de ce dernier, est passible d’une peine de prison de cinq à 15 ans et d’une amende de 200 000 à 400 000 bahts.

Si un parent ou un tuteur est au courant ou complice d’une telle transaction avec son enfant, il risque jusqu’à 20 ans de prison et une amende maximale de 400 000 bahts.

Les personnes qui craignent que les jeunes ne soient attirés par le commerce de la chair suggèrent que le projet de loi fasse passer l’âge minimum légal des travailleurs du sexe de 18 à 20, voire 25 ans.

Cette loi rendra-t-elle le travail du sexe plus attrayant ?

M. Chatchalawan ne pense pas que l’adoption du projet de loi sur la protection des travailleurs du sexe incitera davantage de personnes à se lancer dans le commerce de la chair.

Elle a fini par souligner que le projet de loi vise à protéger les travailleurs du sexe et non à promouvoir leur activité.

« Nous assisterons à toutes les séances de brainstorming et à tous les forums liés au projet de loi pour veiller à ce que les points de vue soient équilibrés », a-t-elle déclaré.

La reconnaissance légale du travail du sexe peut également contribuer à réduire la condamnation sociale liée à ce métier.

Une travailleuse du sexe a déclaré qu’elle ne comprenait pas pourquoi les personnes pratiquant le commerce du sexe étaient autant stigmatisées.

Elle a fait remarquer que le travail du sexe ne fait pas de mal aux autres et que ceux qui le pratiquent ne font qu’offrir le peu qu’ils ont pour joindre les deux bouts.

« Ce travail me permet de soutenir financièrement ma famille », a-t-elle déclaré.

Tunyawaj Kamolwongwat, membre du parti Move Forward et porte-parole de la commission de la Chambre sur les jeunes, les femmes, les personnes âgées, les personnes ethniques et les LGBTQ, a déclaré que son parti ferait passer le projet de loi sur la protection des travailleurs du sexe s’il obtenait le pouvoir après les prochaines élections.

« Mais même si nous nous retrouvons dans le camp de l’opposition, nous continuerons à faire pression pour l’adoption de ce projet de loi », a-t-il déclaré.

Toutelathailande.fr avec Thai PBS World – 22 janvier 2023

Les prostituées de Thaïlande pourraient bientôt être protégées par la loi
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer