Infos Cambodge

Blanchiment d’argent : Le Cambodge sur la liste noire de l’UE

La Commission européenne a inclus jeudi dernier le Cambodge dans sa liste d’États qui présentent un risque financier en raison de lacunes dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme

La Commission européenne a inscrit jeudi 7 mai le Cambodge sur la liste des pays qui présentent des risques élevés pour le système financier de l’Union européenne (UE) en raison de leur incapacité à lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

La Birmanie, la Barbade, le Botswana, le Ghana, la Jamaïque, la Mongolie, le Nicaragua et le Zimbabwe ont été également ajoutés la liste établie par l’UE. L’Afghanistan, l’Irak, le Vanuatu, le Pakistan, la Syrie, le Yémen, l’Ouganda, Trinidad et Tobago, l’Iran et la Corée du Nord y figuraient d’ores et déjà. Le Laos, la Bosnie-Herzégovine, l’Éthiopie, la Guyane, le Sri Lanka et la Tunisie ont été supprimés de cette liste.

En vertu du droit européen, les banques et autres établissements financiers et fiscaux sont tenus de surveiller de plus près leurs clients qui ont des relations avec les pays figurant sur la liste.

La Commission a déclaré que sa liste était désormais « mieux alignée » sur celles du Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI), un organisme intergouvernemental de surveillance du blanchiment d’argent.

Le Cambodge a été placé sur la « liste grise » du GAFI en février 2019, en raison de son manque de capacité à empêcher les flux d’argent illégaux à l’entrée et à la sortie du pays. Une décision jugée « injuste » par le Cambodge.

Le ministre de l’intérieur Sar Kheng a tenu le 28 avril dernier une réunion pour examiner un projet de loi sur la lutte contre le blanchiment d’argent dans le royaume. « L’absence de telles lois est la raison pour laquelle le Cambodge a été placé sur la liste grise. Par conséquent, les investisseurs ont des craintes lorsqu’il s’agit d’investir dans le pays, ce qui a un impact sur l’économie », avait-il indiqué sur Facebook . Ces lois doivent bientôt être transmises au Conseil des ministres avant leur adoption par le Parlement cambodgien.

Par Pierre Motin – Lepetitjournal.com – 12 mai 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer