Infos Thailande

La BBC énumère les raisons de la «rébellion» des jeunes thaïlandais

Le site d’information de la BBC britannique vient de publier un article sur les raisons qui, selon ses journalistes, motivent la recrudescence des protestations anti-gouvernement de la part des jeunes thaïlandais.

Nous reproduisons ici des extraits d’un article de la BBC

Ils sont jeunes, ils sont en colère et ils appellent au changement.

A la fin juillet, les jeunes thaïlandais étaient parmi des milliers dans les rues de Bangkok lors de l’une des plus grandes manifestations antigouvernementales que la capitale ait connues depuis des années, malgré l’interdiction des coronavirus dans les grands rassemblements.

Ils affirment qu’ils continueront à protester si leurs trois principales demandes ne sont pas satisfaites : la dissolution du parlement, la réécriture de la constitution et la fin du harcèlement des critiques par les autorités.

Beaucoup ont trouvé des moyens créatifs de protester – notamment l’utilisation d’un personnage d’animation japonaise et d’un salut “Hunger Games”.

Raison 1: Une jeunesse désillusionnée
La Thaïlande a une longue histoire de troubles et de protestations politiques, mais une nouvelle vague a commencé en février de cette année, après qu’un parti politique d’opposition populaire ait reçu l’ordre de se dissoudre.

En mars 2019 ont eu lieu les premières élections depuis la prise du pouvoir par les militaires en 2014. Pour beaucoup de jeunes et de nouveaux électeurs, ces élections ont été perçues comme une chance de changement après des années de régime militaire.

Mais l’armée avait pris des mesures pour asseoir son rôle politique, et l’élection a vu la réinstallation de Prayuth Chan-ocha – le chef militaire qui a mené le coup d’État – au poste de Premier ministre.

Le parti pro-démocratie Future Forward Party (FFP), avec son leader charismatique Thanathorn Juangroongruangkit, a obtenu la troisième plus grande part des sièges et a été particulièrement populaire auprès des jeunes qui votent pour la première fois.

Raison 2: La dissolution du principal parti pro-démocratie thaïlandais 
En février, un tribunal a jugé que FFP avait reçu un prêt de Thanathorn qui a été considéré comme un don – le rendant ainsi illégal – et le parti a été forcé de se dissoudre.

Des milliers de personnes se sont jointes aux manifestations de rue, mais celles-ci ont été interrompues par les restrictions imposées par Covid-19.

Les choses se sont à nouveau accélérées en juin, lorsqu’un éminent militant pro-démocratie a disparu.

Wanchalearm Satsaksit, qui vivait en exil au Cambodge depuis 2014, aurait été enlevé dans la rue et emmené dans un véhicule.

Les manifestants ont accusé l’État thaïlandais d’avoir orchestré son enlèvement, ce que la police et le gouvernement nient.

Raison 3: L’aspiration à un gouvernement juste
Punchada Sirivunnabood, professeur de politique à l’université Mahidol, affirme que cette combinaison d’événements a été le moteur de la nouvelle vague de protestation.

“Les étudiants ont le sentiment que ce que le gouvernement a fait n’est pas vraiment démocratique. Ils veulent un gouvernement juste”, a-t-elle déclaré à la BBC.

Désillusionnés par des années de régime militaire, les manifestants demandent maintenant des amendements à la constitution, une nouvelle élection, la démission du premier ministre et la fin du harcèlement des militants des droits de l’homme.

Les manifestations sont techniquement interdites en vertu de l’état d’urgence thaïlandais contre les coronavirus – et la violation de cette interdiction est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison.

Des jeunes militants ont adopté le personnage du hamster japonais Hamtaro – vu au téléphone – comme symbole de protestation

Raison 4: Un mouvement en mode réseau social
Le mouvement est en grande partie sans chef, mais il est dirigé par un groupe connu sous le nom de “Free Youth”.

Ce groupe, explique le Dr Am Sinpeng de l’université de Sydney, est “vaguement composé d’un certain nombre d’associations d’étudiants universitaires et de groupes affiliés… [il n’y a] pas de leader à dessein”.

Elle dit qu’ils ont tiré les leçons des manifestations de Hong Kong de ces dernières années, “où ces groupes représentent des individus libres qui se rassemblent plutôt que d’être ancrés par des organisations ou des partis politiques particuliers”.

Et les Thaïlandais ont trouvé des méthodes de protestation créatives – et parfois fantaisistes.

Un personnage de hamster japonais, par exemple, a été transformé en un symbole rebelle.

Les protestataires ont pris la chanson thème de Hamtaro et en ont changé les paroles, l’utilisant comme hymne anti-gouvernemental.

Le salut à trois doigts de la franchise cinématographique Hunger Games est utilisé par de nombreux manifestants
Outre à Bangkok, de petites manifestations de type “flashmob”, faciles à organiser et pouvant se disperser rapidement, sont organisées dans les petites villes, sous l’impulsion des médias sociaux.

“Twitter a vraiment gagné du terrain ces dernières années”, déclare le Dr Sinpeng. “Les hashtags ne sont pas seulement importants pour mobiliser le public”.

Gavroche-thailande.com – 2 Août 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer