Infos Laos

Pour Moody’s, le gouvernement laotien pourrait ne plus pouvoir rembourser ses dettes

Moody’s a dégradé la note de la dette publique du Laos de B3 à Caa2 et a abaissé la perspective du pays, désormais « négative ». Selon l’évaluation de Moody’s, le Laos est confronté à de graves problèmes de liquidité, en raison des échéances supérieures à 1 Milliard de dollars par an du service de la dette extérieure à partir de cette année et jusqu’en 2025, ainsi que du peu d’options de financement offertes au pays.

Moody’s Investors Service (“Moody’s”) a abaissé  le 14 août la note du gouvernement du Laos de B3 à Caa2 en matière de dette publique et a modifié sa perspective à négative. Ceci conclut l’examen de la dégradation de la note initié le 19 juin 2020.

La décision de déclasser la note à Caa2 reflète l’évaluation de Moody’s selon laquelle le Laos est confronté à de graves problèmes de liquidité, compte tenu des paiements importants au titre du service de la dette dus cette année assurés de persister  jusqu’en 2025, et des options de financement limitées. Le risque de liquidité accru est exacerbé par la faiblesse des réserves externes et budgétaires et la mauvaise gouvernance, et indique une probabilité importante de défaut de paiement à court terme.

Les perspectives négatives reflètent le risque de pertes importantes pour les investisseurs en cas de défaillance du Laos, au-delà de ce qui serait compatible avec une notation Caa2. Une détérioration des fondamentaux du crédit plus grave que ce que prévoit actuellement Moody’s, potentiellement en raison d’un impact plus aigu du choc du coronavirus, augmenterait la probabilité de défaut et pourrait entraîner des pertes plus importantes pour les créanciers du secteur privé.

Les risques de liquidité du gouvernement du Laos ont considérablement augmenté

Parallèlement, Moody’s a abaissé le plafond des obligations à long terme en devises étrangères du Laos de B1 à Caa1, le plafond des dépôts à long terme en devises étrangères de Caa1 à Caa3, et les plafonds des obligations et des dépôts à long terme en monnaie locale de Ba3 à B1.

Les risques de liquidité du gouvernement du Laos ont considérablement augmenté. Si les besoins de financement restent modérés, à environ 13 % du PIB, le gouvernement n’a pas élaboré de stratégie de financement crédible pour faire face aux paiements de la dette à court et moyen terme. Les déficits de financement dans l’avenir immédiat augmentent le risque de défaillance dans un environnement financier difficile.

Les tensions financières ne vont pas s’atténuer

Le service de la dette publique du Laos s’élève à 1,2 milliard de dollars en 2020. Les prêts des banques commerciales et les obligations thaïlandaises arrivent à échéance en septembre et octobre de cette année, respectivement. Il est peu probable que les tensions financières s’atténuent étant donné que, entre 2021 et 2025, le Laos devra rembourser un peu plus d’un milliard de dollars par an en moyenne au titre du service de la dette, y compris les remboursements du principal d’une euro-obligation de 150 millions de dollars qui arrive à échéance en juin 2021.

Le gouvernement prévoit de répondre à ses besoins en matière de service de la dette par une combinaison d’emprunts commerciaux importants, de reconductions et de soutien bilatéral. Toutefois, il sera très difficile de lever de nouveaux emprunts à des coûts abordables dans l’environnement actuel du marché. Par conséquent, en l’absence d’une aide financière des institutions financières internationales qui semble peu probable dans un avenir prévisible, Moody’s s’attend à ce que le Laos s’appuie principalement sur des renouvellements ou de nouveaux prêts de banques commerciales tout en reprofilant une partie de la dette bilatérale.

Le risque de défaillance du Laos est réel

Toutefois, la possibilité que ces options ne se concrétisent pas à temps augmente le risque de défaillance. À ce jour, on ne sait pas très bien quels progrès ont été réalisés sur plusieurs aspects du plan de financement du gouvernement. L’incertitude demeure quant à l’état des discussions bilatérales concernant les échéances récentes et à venir. En général, l’absence d’une stratégie de financement transparente et l’opacité qui entoure la manière dont les obligations de la dette arrivant à échéance ont été et continueront d’être respectées, font planer l’incertitude sur la capacité du gouvernement à obtenir un financement à temps et à des coûts abordables.

La possibilité de refinancer la dette extérieure au niveau national épuiserait encore davantage des réserves de change déjà faibles, ce qui intensifierait encore les risques de liquidité et les risques extérieurs.

La faible croissance augmente les besoins de financement

Les besoins d’emprunt des gouvernements sont aggravés par des déficits plus importants et une croissance plus faible, en raison de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur les secteurs manufacturier et touristique.

Selon Moody’s, le PIB réel devrait se contracter de 0,2 % en glissement annuel en 2020, contre 6,7 % en moyenne au cours des cinq dernières années. Conjugué aux mesures visant à atténuer l’impact de la pandémie sur les petites entreprises et les particuliers, ce phénomène entraînera un manque à gagner par rapport au budget initial. Malgré les efforts de réduction des dépenses non essentielles, le déficit budgétaire se creusera pour atteindre 6,7 % du PIB en 2020, contre 3,5 % du PIB en 2019.

La combinaison d’une croissance plus lente et de déficits budgétaires plus importants entraînera une détérioration des paramètres budgétaires et de la dette. Selon Moody’s, le ratio de la dette continuera à augmenter progressivement, pour atteindre un pic de 64 % du PIB en 2022, contre 58 % du PIB en 2019. Cela marque un changement par rapport à la modération progressive que Moody’s prévoyait auparavant. Une résolution des arriérés en cours, dont l’ampleur n’est pas connue du public, alourdirait encore le fardeau de la dette ; tandis que la non-résolution continuerait d’entraver l’activité économique à un moment où les entreprises sont déjà confrontées à un choc important de leurs revenus.

Sur le plan extérieur, un déficit plus important de la balance des opérations courantes, conjugué à un ralentissement des entrées d’IDE, pèsera sur les réserves de change. Moody’s s’attend à une baisse des réserves en 2020, qui sont passées d’un milliard de dollars en 2019 à 740 millions de dollars cette année.

Gavroche-thailande.com – 3 Septembre 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer