Infos Cambodge

Le département du Trésor américain sanctionne une entité chinoise proche de l’armée

Ceux qui mettent en garde contre la «sinisation» accélérée du Cambodge et la transformation du pays en un paradis fiscal pour les intérêts financiers chinois ont du grain à moudre avec la récente décision du département américain du Trésor.

L’Office of Foreign Assets Control (OFAC), qui dépend du ministère des finances des États-Unis, vient de décider de sanctionner une entité publique chinoise, Union Development Group Co. (UDG), pour la saisie et la démolition des terres des Cambodgiens locaux pour la construction du projet controversé de développement de Dara Sakor.

L’OFAC a désigné cette entité d’État de la République populaire de Chine (RPC) conformément au décret exécutif (E.O.) 13818, comme objet de sanctions financières en s’appuyant sur la loi mondiale Magnitsky sur la responsabilité en matière de droits de l’homme et la met en œuvre, et qui cible les auteurs de graves violations des droits de l’homme et de corruption, ainsi que leurs partisans.

Union Development Group a mené certaines de ces activités par l’intermédiaire de Kun Kim (Kim), un haut général cambodgien précédemment désigné par l’OFAC le 9 décembre 2019 en vertu du décret 13818, pour son implication dans la corruption.

“Après s’être faussement enregistré comme une entité appartenant à des Cambodgiens afin de recevoir des terres pour le projet de développement de Dara Sakor, l’UDG est revenu à sa véritable propriété et a continué à opérer sans répercussions”, a déclaré le secrétaire Steven T. Mnuchin. “Les États-Unis s’engagent à utiliser tout l’éventail de leurs autorités pour cibler ces pratiques où qu’elles se produisent”.

En outre, les terres fournies à l’UDG s’étendent dans le parc national de Botum Sakor, une zone naturelle protégée qui ne peut être cédée que par décret royal. Afin de recevoir les terres, l’UDG s’est enregistrée comme une société appartenant à des Cambodgiens, dirigée par un ressortissant cambodgien, mais néanmoins dans les trois ans suivant la réception des terres, l’UDG est redevenue une société appartenant à des Chinois et exploitée par eux sans répercussion.

Ambitions chinoises au Cambodge
Le RPC a utilisé les projets de l’UDG au Cambodge pour faire avancer ses ambitions de projeter l’énergie dans le monde. Les activités financées par l’UDG ont forcé les Cambodgiens à quitter leurs terres et ont dévasté l’environnement, nuisant aux moyens de subsistance des communautés locales, tout cela sous le prétexte de transformer le Cambodge en un centre logistique régional et en une destination touristique. Comme c’est trop souvent le cas avec l’initiative One Belt One Road de Pékin, ces activités ont profité de manière disproportionnée à la RPC, aux dépens du peuple cambodgien.

Les médias s’inquiètent également des informations selon lesquelles le porte-parole du gouvernement cambodgien, Phay Siphan, a déclaré que Dara Sakor pourrait être convertie pour accueillir des ressources militaires. Une présence militaire permanente de la RPC au Cambodge pourrait menacer la stabilité régionale et compromettre les perspectives de règlement pacifique des différends, la promotion de la sécurité et de la sûreté maritimes, ainsi que la liberté de navigation et de survol.

L’action d’aujourd’hui s’inscrit dans le prolongement des mesures prises récemment par les États-Unis pour démontrer leur soutien à un Indo-Pacifique libre et ouvert et à la souveraineté du peuple cambodgien. Les États-Unis prennent activement des mesures pour dissuader les investissements d’exploitation de la RPC et pour se tenir aux côtés de nos partenaires et alliés en Asie du Sud-Est.

Derrière cet investissement, l’ombre de l’armée chinoise
L’UDG est une entité publique de la RPC agissant au nom ou pour le compte d’un fonctionnaire de la RPC qui, le 9 mai 2008, a obtenu un bail de 99 ans avec le gouvernement cambodgien pour 36 000 hectares (environ 90 000 acres) de terres dans la province de Koh Kong au Cambodge. Suite au bail approuvé, l’UDG a commencé à développer le projet Dara Sakor, d’un montant de 3,8 milliards de dollars, qui devait être utilisé pour le développement du tourisme. L’ampleur du développement est en violation de la loi cambodgienne, qui limite les concessions foncières à 10 000 hectares.

De plus, l’UDG, par l’intermédiaire de Kim, a utilisé les forces militaires cambodgiennes pour intimider les villageois locaux et pour déblayer les terres nécessaires à l’UDG pour construire le projet Dara Sakor. Kim a joué un rôle essentiel dans le développement de l’UDG et a tiré des bénéfices financiers importants de ses relations avec l’UDG. Plus précisément, avec l’aide des forces militaires cambodgiennes fournies par Kim, l’UDG a empêché les villageois locaux de planter des rizières sur les terres contestées et a également été accusée d’avoir brûlé les maisons des villageois avec lesquels elle était en conflit, et d’avoir utilisé la sécurité privée et les forces militaires cambodgiennes pour contrôler les mouvements des villageois locaux. Le Bureau du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et le Conseil des ministres du Cambodge ont tous deux demandé à l’UDG de cesser d’utiliser les forces militaires cambodgiennes pour prendre des terres au peuple cambodgien. Le Conseil des ministres cambodgien a émis une directive ordonnant à l’UDG de cesser de détruire les biens des villageois ; cependant, l’UDG a ignoré cette directive et a poursuivi les destructions.

L’UDG est désignée comme étant une personne agissant au nom ou pour le compte d’un fonctionnaire ou d’un ancien fonctionnaire du gouvernement, qui est responsable ou complice, ou qui s’est engagée directement ou indirectement dans la corruption, y compris le détournement de biens de l’État, l’expropriation de biens privés à des fins personnelles, la corruption liée aux contrats gouvernementaux ou à l’extraction de ressources naturelles, ou la corruption.

Conséquences
En conséquence de cette action, tous les biens et intérêts de UDG aux Etats-Unis sont gelés.

Gavroche-thailande.com – 17 Septembre 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer