Infos Thailande

Les Nations unies s’inquiètent de la répression des manifestations

Alors qu’une polémique continue d’entourer le conseil des droits de l’homme de l’ONU, où siègent plusieurs pays peu soucieux des libertés publiques (comme la Libye, le Soudan ou le Venezuela), les experts de ce Conseil basé à Genève ont exhorté vendredi 23 octobre le gouvernement thaïlandais à garantir les droits fondamentaux de réunion pacifique et de liberté d’expression et ont appelé à mettre fin à la répression des manifestations pacifiques.

«L’imposition de l’état d’urgence est la dernière d’une série de mesures draconiennes visant à étouffer les manifestations pacifiques et à criminaliser les voix dissidentes», estime les experts du Conseil des droits de l’homme.

«Nous exhortons le gouvernement thaïlandais à permettre aux étudiants, aux défenseurs des droits humains et à d’autres personnes de manifester de manière pacifique. Le peuple thaïlandais devrait être autorisé à exprimer librement son opinion et à partager ses opinions politiques, à la fois en ligne et hors ligne, sans poursuites. »

Des milliers de personnes ont rejoint les manifestations en faveur de la démocratie à Bangkok, appelant à des réformes du gouvernement et de la monarchie.

80 personnes arrêtées

Depuis le 13 octobre 2020, au moins 80 personnes ont été arrêtées, dont 27 sont toujours en détention. Certains ont été inculpés en vertu du Code pénal thaïlandais pour sédition et «rassemblement illégal». Certains ont également été inculpés en vertu de la loi sur la criminalité informatique pour avoir utilisé leurs comptes de médias sociaux pour appeler le public à participer aux rassemblements. Deux personnes risquent des peines de prison à vie pour avoir prétendument utilisé la violence contre la monarchie.

«Nous sommes gravement préoccupés par le fait que ceux qui prennent part à des manifestations pacifiques ont été inculpés en vertu de lois, ce dont nous avons soulevé des inquiétudes dans le passé.»

Libertés fondamentales

Les experts ont appelé les autorités à libérer immédiatement et sans condition toute personne détenue pour le seul exercice de ses libertés fondamentales.

Le 15 octobre, des «mesures d’urgence sévères» ont été imposées dans la province de Bangkok, interdisant les rassemblements de plus de quatre personnes. La police a ensuite appliqué la force, y compris l’utilisation de canons à eau, pour disperser les manifestants qui manifestaient pacifiquement.

«Les autorités de sécurité utilisent une force inutile contre les manifestants pacifiques», ont déclaré les experts. «Une telle violence ne fait qu’aggraver la situation. Au lieu d’essayer de faire taire les manifestants pacifiques, nous exhortons le gouvernement thaïlandais à rechercher rapidement un dialogue ouvert et authentique avec eux.

Figurent parmi ces experts de l’ONU: M. Clément Nyaletsossi Voule, Rapporteur spécial sur les droits de réunion pacifique et d’association, Mme Irene Khan, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’expression, Mary Lawlor, Rapporteur spécial sur la situation de défenseurs des droits humains.

Gavroche-thailande.com – 26 octobre 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer