Infos Laos

Les barrages chinois du Mékong sous l’oeil de Washington

Print Friendly, PDF & Email

Un projet financé par les États-Unis utilisant des satellites pour suivre et diffuser au grand public les niveaux d’eau des barrages chinois sur le Mékong a été annoncé lundi, intensifiant la rivalité des superpuissances en Asie du Sud-Est.

Le fleuve Mékong – appelée Lancang par les Chinois – se trouve au cœur de la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis.

Pékin a rejeté les résultats des recherches américaines selon lesquels les barrages chinois auraient un impact néfaste pour quelque 60 millions de personnes qui vivent de la pêche et de l’agriculture et dépendent du fleuve long de 4.350 km qui passe par la Chine, la Birmanie, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam.

En partie financé par le département d’État américain, le Mekong Dam Monitor , utilise les données de satellites pour suivre les niveaux de barrages en Chine et dans d’autres pays.

Les informations seront accessibles à tous en temps quasi réel à partir du 15 décembre.

En parallèle, un indicateur d'”humidité de surface” devrait permettre de distinguer quelles zones de la région sont plus humides ou plus sèches que d’habitude: un repère pour estimer à quel point les débits naturels sont affectés par les barrages.

“Le moniteur fournit la preuve que les 11 barrages de Chine sont mis en œuvre et exploités de manière sophistiquée afin de maximiser la production d’hydroélectricité destinée à la vente aux provinces de l’est de la Chine sans tenir compte des impacts en aval”, souligne Brian Eyler du Stimson Center, think tank basé à Washington qui opère les jauges virtuelles.

“Bénéfices de l’hydroélectricité”

La Chine a critiqué les recherches antérieures, parmi lesquelles une étude de l’organisation Eyes on Earth – qui fait partie du projet Mekong Dam Monitor – dont il ressortait que l’eau avait été retenue en 2019 alors que les pays en aval souffraient d’une grave sécheresse.

“Les États-Unis n’ont pas été en mesure de fournir des preuves satisfaisantes d’un bout à l’autre”, a déclaré l’Institut chinois d’ingénierie des énergies renouvelables, dans un rapport du 4 décembre.

“Les bénéfices de l’hydroélectricité sur la rivière Lancang pour les voisins en aval du Mékong sont clairs et évidents”, estime l’institut chinois qui souligne que l’eau stockée dans des réservoirs pendant la saison des pluies a aidé à prévenir en aval les inondations puis les sécheresses.

La Chine a accepté plus tôt cette année de partager les données sur l’eau avec la Commission du fleuve Mékong (MRC) – un organe consultatif pour la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Vietnam qui cherchait depuis longtemps à obtenir ces informations pour améliorer la planification.

La Chine et les États-Unis ont mis en place des organes rivaux qui travaillent avec les pays du Mékong. Il s’agit de la Coopération Lancang-Mékong basée à Pékin et du Partenariat Mékong-États-Unis.

Les deux superpuissances s’opposent également sur des questions territoriales en mer de Chine méridionale, Washington contestant l’appropriation par Pékin d’une partie de l’espace maritime, passage stratégique pour le commerce et qui est également riche en ressources énergétiques.

Lepetitjournal.com avec Reuters – 14 décembre 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer