Infos Thailande

La Thaïlande s’est rouverte au tourisme, mais personne ne vient

Print Friendly, PDF & Email

La Thaïlande s’est rouverte au tourisme et s’est présentée comme un endroit idéal pour vivre sans Covid-19, mais malgré les offres de visa long séjour, très peu de personnes sont venues.

Il est difficile d’imaginer un endroit plus luxueux pour passer deux semaines de quarantaine que l’Anantara Phuket Suites & Villas en Thaïlande, où les visiteurs sont choyés dans des résidences privées qui peuvent avoir leur propre piscine et cour.

Pourtant, plus de trois mois après la réouverture de la station et de plus d’une centaine d’autres établissements similaires aux voyageurs en séjour prolongé pour tenter de relancer l’économie thaïlandaise, les arrivées d’étrangers n’ont pas répondu aux attentes les plus élevées.

Seuls 346 visiteurs étrangers sont entrés dans le pays en moyenne chaque mois avec des visas touristiques spéciaux (STV) depuis octobre, selon la Thailand Longstay Company, qui s’occupe du programme.

C’est bien en dessous de l’objectif du gouvernement d’environ 1 200 et d’une infime partie des plus de 3 millions de personnes qui sont arrivées avant la pandémie.

La tiédeur de la réaction à la réouverture très médiatisée de la Thaïlande illustre les difficultés auxquelles sont confrontés les pays dépendant du tourisme qui tentent de consolider leur croissance économique tout en protégeant leurs citoyens contre la Covid-19 avant que les vaccins ne soient largement disponibles.

La Thaïlande avait espéré attirer les retraités fuyant l’hiver européen et d’autres qui pourraient rester pour une période prolongée.

Ils devraient passer par une quarantaine, mais cela pourrait se faire dans le confort d’hôtel haut de gamme dans un pays qui a été relativement épargné par la pandémie.

Au bout de deux semaines, la Thaïlande serait à eux pour voyager jusqu’à neuf mois.

Ce manque d’intérêt ajoute à la pression sur les décideurs politiques thaïlandais, qui ont eu du mal à satisfaire à la fois les acteurs de l’industrie qui réclamaient un assouplissement des règles de quarantaine et les experts de la santé publique qui mettaient en garde contre la mise en danger des personnes.

Pendant ce temps, alors que les plages restent vides, de nombreuses entreprises liées au tourisme font faillite.

Pour aggraver les choses, les cas de virus ont fait un bond dans le pays.

“Il est vraiment difficile de trouver un équilibre entre les demandes de l’industrie du tourisme et celles de la population locale”, a déclaré Bhummikitti Ruktaengam, président de l’Association touristique de Phuket.

“Je comprends combien il est difficile d’être coincé dans une chambre pendant 14 jours.

Je l’ai fait. Mais la sécurité des gens est prioritaire car les touristes vont et viennent mais les locaux vivent ici”.

En 2019, la Thaïlande a reçu plus de 49 milliards d’euros de recettes touristiques provenant d’environ 40 millions de visiteurs.

L’industrie contribuait à environ un cinquième du produit intérieur brut avant la pandémie, contre environ 10 % au niveau mondial.

Mais six mois sans aucune arrivée d’étrangers, suivis de mois avec juste le minimum, ont frappé le secteur.

931 entreprises enregistrées ont fait faillite

Au moins 931 entreprises enregistrées dans le secteur du tourisme ont fermé leurs portes l’année dernière, selon l’analyse des données du département du développement des entreprises du ministère du commerce.

Le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé car de nombreuses entreprises touristiques ne sont enregistrées dans aucune base de données.

La situation est particulièrement mauvaise sur les célèbres îles touristiques de Thaïlande.

Prenez l’île touristique de Phuket, qui tirait environ 90 % de ses revenus touristiques des visiteurs étrangers avant la pandémie.

À Patong, sa principale ville touristique, une rue autrefois très fréquentée de bars et de boîtes de nuit est vide.

Bangla Road est bordée de commerces fermés, avec des chaises empilées sur des tables et des chaînes qui en interdisent l’accès.

La poussière s’accumule sur les tabourets et les comptoirs des bars.

Les quelques endroits ouverts n’ont presque pas de clients.

“Quand il n’y a pas d’étrangers, la zone est tout simplement vide”, explique Rungarun Loiluen, qui travaille à The Kitchen, un restaurant et bar situé au bout de Bangla Road.

Elle est l’une des huit employés qui ont conservé leur emploi, bien qu’avec moins d’heures de travail.

“Il n’y a presque personne qui passe dans cette rue.”

Dans le quartier suivant, l’hôtel Clover Patong Phuket a réduit ses prix de 75% pour attirer les voyageurs nationaux au lieu de sa clientèle habituelle de touristes américains, russes et chinois.

Pourtant, le taux d’occupation était d’environ 10% en décembre, une période qui était auparavant surbookée, selon Jessada Srivichian, le directeur financier de l’hôtel pour le pays.

Malgré les efforts du gouvernement pour aider les entreprises touristiques, comme les subventions sur les coûts des chambres d’hôtel, des repas et des billets d’avion, les touristes nationaux qui ne voyagent généralement que le week-end ne peuvent pas combler le vide laissé par les visiteurs étrangers.

Même si seulement la moitié des hôtels du pays ont rouvert, le taux d’occupation moyen n’est que de 34 % environ, a déclaré Yuthasak Supasorn, gouverneur de l’Autorité du tourisme de Thaïlande, dans une interview en décembre.

“Je suis à Phuket depuis 20 ans et je n’ai jamais vu un endroit aussi calme”, a déclaré Jessada de l’hôtel Clover.

“Nous avons besoin de visiteurs internationaux.

Nous ne pensons pas à faire des profits mais plutôt à minimiser les pertes, car tant qu’il y aura une obligation de quarantaine, les gens ne viendront pas”.

Le gouvernement devrait envisager de lever l’obligation d’isolement de deux semaines pour les visiteurs provenant de régions de pays n’ayant pas d’infections locales pendant plus de 60 jours, a déclaré fin septembre Vichit Prakobgosol, président de l’Association des agents de voyage thaïlandais.

Il espérait que la règle soit assouplie pour les visiteurs de certaines régions de Chine, la plus grande source de revenus touristiques de la Thaïlande.

Mais aucun accord de ce type n’a été conclu.

“Il semble peu pratique de doubler la durée d’un voyage pour satisfaire aux exigences locales de quarantaine”, a déclaré Ron Cooper, photographe américain et consultant en affaires, qui se rendait à l’étranger pour ses loisirs plusieurs fois par an avant la pandémie.

“Ajoutez à cela le coût d’un séjour de deux semaines improductives à l’hôtel – une proposition peu attrayante”.

D’autres destinations ont ouvert leurs portes sans quarantaine

L’approche de la Thaïlande contraste avec celle d’autres destinations touristiques qui ont été moins prudentes.

Les Maldives ont rouvert aux touristes étrangers en juillet sans exiger de quarantaine, bien qu’un test Covid-19 négatif soit nécessaire.

L’archipel a vu plus de 172 000 arrivées depuis lors, selon les données de l’immigration des Maldives.

Si les nouvelles infections ont augmenté par la suite, elles ont depuis diminué.

“C’était audacieux d’ouvrir les Maldives avec tous les risques qui y sont liés”, a déclaré Dirk De Cuyper, directeur général de S Hotels & Resorts Pcl, dont le taux d’occupation des propriétés des Maldives en décembre était de 70 %.

Et cela pourrait être une mauvaise nouvelle pour la Thaïlande, a-t-il dit.

“De nombreux voyageurs n’accepteront pas la quarantaine, en particulier lorsque d’autres pays s’ouvrent et qu’ils n’ont pas de règles de quarantaine”.

Mais la plupart des Thaïlandais se sont opposés au plan de réouverture et il est peu probable qu’ils souhaitent un assouplissement des règles de quarantaine, en partie parce que les résidents locaux vivent à proximité des stations balnéaires, contrairement aux Maldives où les propriétés sont souvent isolées sur leurs propres îles.

“Si je devais choisir entre la santé et le revenu, je choisirais la santé”, a déclaré Wiparad Noiphao, un vendeur de fruits et légumes au marché frais de Banzaan à Patong.

“Nous devons donner la priorité à la sécurité.”

Proposition de réduire la quarantaine à 10 jours

En guise de compromis, le groupe de travail Covid-19 du gouvernement a discuté de la réduction de la période de quarantaine à 10 jours.

Mais cette mesure n’a pas encore été mise en œuvre en raison des inquiétudes concernant les nouvelles infections.

Le gouvernement a également approuvé six stations de golf comme centres de quarantaine.

“Toute modification du plan initial entraînerait des risques plus élevés”, a déclaré Thira Woratanarat, professeur associé à la faculté de médecine de l’université de Chulalongkorn.

“Il y a de nombreux exemples de voyages internationaux libre qui ont conduit à une résurgence”, a-t-il dit, donnant l’exemple de l’Europe.

“Nous devrions attendre que la situation mondiale en matière de virus s’améliore”.

La Thaïlande face à la seconde vague

Une résurgence du virus a également affaibli les arguments en faveur d’un assouplissement des règles de quarantaine.

La Thaïlande a vu le nombre d’infections à Covid-19 plus que doubler pour atteindre plus de 11 000 en moins d’un mois.

Une épidémie qui a débuté dans les marchés de fruits de mer et les communautés de migrants s’est propagée dans tout le pays.

Le gouvernement a limité les voyages dans certaines régions à haut risque, mais s’est jusqu’à présent abstenu d’imposer un large verrouillage.

Il a également étendu son programme de subventions aux voyages.

En fin de compte, le pays ne rouvrira pas complètement tant que les vaccins ne seront pas largement disponibles, ont déclaré les responsables du gouvernement.

La Thaïlande prévoit d’offrir le vaccin développée par Sinovac Biotech Ltd. aux travailleurs de la santé de première ligne et à ceux qui souffrent de maladies sous-jacentes avant la fin du mois de février.

A partir de mai, ce sera le tour du vaccin d’AstraZeneca Plc et l’Université d’Oxford, qui permettra d’inoculer au moins 33 millions de personnes, soit environ la moitié de la population du pays, d’ici la fin 2021.

Des questions subsistent quant au fonctionnement du tourisme international à mesure que de plus en plus de personnes seront vaccinées dans le monde.

Les passeports vaccinaux sont considérés comme un moyen de faire voyager à nouveau les gens, mais on ne sait pas encore s’ils seront mis en place et comment.

On ne sait même pas si les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus ou même si les vaccins seront vraiment efficaces.

En tenant compte de tout cela, la Banque de Thaïlande estime que même en 2022, les visiteurs étrangers seront encore loin des 40 millions de 2019.

Elle prévoit que 5,5 millions de personnes visiteront le pays cette année et 23 millions en 2022.

On estime que l’économie s’est contractée de 6 % en 2020, soit le plus fort déclin depuis la crise financière asiatique.

Elle devrait croître de 3,5 à 4,5 % en 2021, selon le Conseil national de développement économique et social.

Malgré le coup porté à l’économie, M. Bhummikitti, de l’Association touristique de Phuket, estime que le plan de réouverture prudent de la Thaïlande est la bonne option, et que l’industrie touristique en difficulté n’a guère d’autre choix que d’attendre que les vaccins soient administrés.

“Nous ne pouvons pas fermer nos frontières pour toujours, et nous ne pouvons pas laisser entrer les gens sans mettre en place des mesures strictes”, a-t-il déclaré.

“Cette réouverture contrôlée et progressive est donc la meilleure approche”.

Toutelathailande.fr avec Bloomberg – 16 janvier 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer