Infos Thailande

Quelle réconciliation pour le comité en charge d’éviter l’escalade de la répression ?

Print Friendly, PDF & Email

A l’initiative du président du Parlement thaïlandais, Chuan Leekpai, un comité de réconciliation a été crée en 2020 pour trouver une solution à l’actuelle crise politique thaïlandaise.

Il est composé de sénateurs, de députés de la coalition gouvernementale, d’officiers militaires et d’universitaires proches du pouvoir. Assumant leur choix de rester à l’écart de ce comité, aucun député de l’opposition ou représentant du mouvement pro-démocratie n’y figure, alors que sa première réunion est convoquée pour le lundi 18 janvier.

Selon le Bangkok Post, les manifestants pro-démocratie ont déclaré en novembre 2020 qu’ils n’accepteraient ni ne rejoindraient ce comité constitué par la majorité au pouvoir, affirmant que le gouvernement dirigé par le général Prayuth Chan-o-cha demeure un obstacle majeur à la résolution des problèmes politiques, économiques et sociaux du pays.

De même, beaucoup de députés de l’opposition du Pheu Thai et de Move Forward estiment que la sur-représentation pro-Prayuth au sein de ce panel est un obstacle insurmontable pour espérer discuter et a fortiori répondre aux demandes des manifestants. On peut aussi noter que les anciens premiers ministres Anand Panyarachun, Abhisit Vejjajiva et Chavalit Yongchaiyudh avaient laissé entendre qu’ils pourraient être prêts à rejoindre le comité mais, à ce jour, ils ne l’ont toujours pas fait.

Malgré les efforts du vétéran de la politique siamoise Chuan Leekpai, qui a connu les crises thaïlandaises de ces trois dernières décennies et qui a pris l’attache de l’Institut du roi Prajadhipok pour former ce comité, on ne voit pas comment ses travaux pourraient amener une réconciliation réelle et effective. Le président du Parlement espérait que toutes les parties s’engagent dans un dialogue pour trouver une solution à la tension politique de 2020, alors que les demandes répétées des manifestants pro-démocratie pour une réforme politique et monarchique étaient accueillies avec violence par les forces de police et les groupes ultra-royalistes.

L’impossible réconciliation à cause de l’article 112 ?

La principale réponse obtenue par les étudiants à leurs demandes de réformes, y compris leurs revendications sur l’évolution de la monarchie – a été le recours de plus en plus fréquent à la législation sur le crime de lèse-majesté. En deux mois, plus de quarante manifestants, dont deux mineurs, se sont vus opposés l’article 112 du code pénal thaïlandais pour avoir « insulté ou diffamé la monarchie ».  Avec de longues peines de prison qui se profilent.

En terme d’approche de dialogue entre les parties, selon les vœux de Chuan Leekpai, force est de constater qu’il est difficile de faire pire . Comment un dialogue de réconciliation est-il envisageable dans ces conditions ?

La seule porte entrouverte qui permettrait au comité d’initier une probabilité infime de sortie de crise serait de proposer une réécriture de la constitution préparée par les militaires et votée par référendum en août 2017 alors que le pays était gouverné par la junte.

Cette constitution, la vingtième depuis 1932, marquait un très net recul démocratique, surtout par rapport à celle de 1997 souvent appelée « la Constitution du peuple » ou encore vis-à-vis de celle de 2007. En s’arrogeant de facto 250 sièges de sénateurs cooptés, le système politique représentatif thaïlandais s’est retrouvé verrouillé. Ayant reçu mandat par le Parlement pour réexaminer la loi fondamentale conçue pour ménager le pouvoir de l’armée, le comité de réconciliation serait inspiré de vite montrer des signes d’ouverture. Sans geste politique significatif d’une amélioration démocratique, ce comité sera mort-né.

Par Philippe Bergues – Gavroche-thailande.com – 18 janvier 2021

Quelle réconciliation pour le comité en charge d’éviter l’escalade de la répression ?
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer