Infos Viêt Nam

Mer de Chine méridionale : la France envoie une frégate au Vietnam pour contester le contrôle de Pékin

Print Friendly, PDF & Email

Une frégate française a accosté mardi au port de Cam Ranh au Vietnam pour des réparations d’hélicoptères, selon des informations locales. Mais l’ambassadeur de France au Vietnam a déclaré que la visite de la frégate était en faveur de la «liberté de navigation», contestant la revendication de souveraineté de la Chine sur la mer de Chine méridionale.

Marc Razafindranaly, attaché de défense français au Vietnam, a déclaré que la frégate Prairial avait quitté Tahiti en Polynésie française le 1er janvier et avait atteint mardi le port de Cam Ranh, dans le centre-sud de la province de Khanh Hoa.

Le Prairial est une frégate de classe Floréale, d’une longueur de 93,5 mètres et d’une vitesse maximale de 37 km / h.

L’ambassade de France à Hanoi a ajouté la frégate amarrée au Vietnam dans le cadre d’un cadre de coopération militaire.

L’ambassadeur Nicolas Warnery a ajouté: «La visite de la frégate en ce moment vise à délivrer un message en faveur de la liberté de navigation aérienne et maritime, qui est partagée par le Vietnam et la France.»

Cela intervient alors que Mark J. Valencia, analyste de la politique maritime, commentateur politique et consultant axé sur l’Asie, a suggéré que la France «joue avec le feu» dans la région contestée.

Il a déclaré dans le South China Morning Post: «Il ne faudra pas grand-chose pour convaincre la Chine que la France soutient les efforts américains pour la contenir.

«C’est le signal que la France envoie en participant à des exercices conjoints avec l’Inde, l’Australie, le Japon et les États-Unis. (…)

«Les Français vont devoir décider s’ils veulent vraiment tendre la tête économiquement pour renforcer l’hégémonie américaine dans la région – et le mythe américain selon lequel la liberté de navigation commerciale est menacée.

La France a déjà mené des opérations dans les eaux contestées et rejoindra les transits militaires avec les États-Unis et le Royaume-Uni plus tard cette année.

En février, le sous-marin d’attaque nucléaire français SNA Emeraude a effectué une patrouille en mer de Chine méridionale.

La ministre de la Défense, Florence Parly, a tweeté une photo du sous-marin, et a déclaré que le voyage était «une preuve frappante de la capacité de notre marine française à se déployer loin et pendant longtemps avec nos partenaires stratégiques australiens, américains et japonais».

La Chine n’a pas réagi au passage, dont Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, a déclaré à France24 qu’il ne s’agissait pas d’une menace sérieuse.

Il a ajouté: «Pékin devait juger si les enjeux en valaient la peine.»

La Chine a déjà été critiquée pour ses revendications agressives de «souveraineté» dans la mer de Chine méridionale.

Les États-Unis s’opposent fermement aux revendications de souveraineté maritime de la Chine et, à plusieurs reprises, ont envoyé leurs propres navires de guerre dans les eaux contestées pour promouvoir la «liberté des mers».

Mais les experts, l’amiral James Stavridis et l’auteur Elliot Ackerman, ont averti qu’il existe un risque «réel et croissant» que les États-Unis et Pékin «tomberont en guerre» sur les revendications concurrentes.

Ils ont déclaré au Time Magazine: «  Cela exigera non seulement de l’imagination, mais le travail acharné de créer une stratégie nationale qui puisse utiliser tous nos outils considérables de l’État – diplomatie, économie, dissuasion militaire, culture, communications – si nous voulons éviter le somnambulisme dans une guerre du 21e siècle.

 Marseille News – 12 mars 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer