Infos Birmanie

Les banques privées mises au pas par les militaires

Print Friendly, PDF & Email

Le gouvernement militaire birman accroît la pression sur les banques privées pour qu’elles rouvrent leurs portes en menaçant de transférer de force les comptes de dépôt privés vers des banques contrôlées par l’armée, une mesure qui accélérerait le retour en arrière de la libéralisation entamée sous l’ancien président Thein Sein il y a dix ans.

Dans un ordre distinct émis par la Banque centrale de Birmanie le 12 mars, la junte a ordonné aux banques commerciales de divulguer les détails des comptes et des transferts d’argent remontant à 2016 des organisations non gouvernementales nationales et internationales opérant en Birmanie.

Ces ordres, qui ont été confirmés par des cadres supérieurs de trois banques commerciales birmanes, mettent en évidence la volonté croissante de la junte de monter un dossier contre le gouvernement de la conseillère d’État emprisonnée Aung San Suu Kyi, et de renforcer son discours sur l’ingérence étrangère dans les affaires intérieures birmanes.

Audit des comptes financiers

Un ordre connexe, également émis la semaine dernière, vise quatre ONG spécifiques, dont Oxfam, Open Society Myanmar et la Fondation internationale pour les systèmes électoraux, et demande à toutes les banques détenant des comptes pour l’une de ces quatre organisations de procéder à un audit des comptes financiers et d’en communiquer les détails.

Le secteur bancaire national surpeuplé de la Birmanie compte plus de 30 banques, dont environ 13 banques gouvernementales ou semi-gouvernementales. Il a subi les effets du coup d’État du 1er février, les employés ayant rejoint le mouvement de désobéissance civile. Les effectifs, estimés par plusieurs banquiers de haut rang à 20 à 30 % de la normale, ont incité la plupart d’entre eux à fermer des succursales, bien que beaucoup aient essayé de maintenir les guichets automatiques en service.

Conseil d’administration de l’État (SAC)

L’ordre de réouverture des agences bancaires témoigne d’un sentiment croissant d’inquiétude au sein de la junte, connue sous le nom de Conseil d’administration de l’État (SAC), face au déclin économique du pays, alimenté en partie par la paralysie du système financier.

Une note de service datée du 9 mars, qui a fait l’objet d’une fuite, révèle que la junte a demandé à la banque centrale d’ordonner aux banques commerciales de reprendre l’intégralité de leurs activités ou de transférer les comptes de dépôt à la banque d’État Myanma Economic Bank (MEB) et aux banques militaires Inwa Bank et Myawaddy Bank.

Le mémo, adressé à la banque centrale par le secrétaire permanent du SAC, menace également les banques : “Si les banques privées ne rouvrent pas, la Banque centrale  n’assumera aucune responsabilité quant aux conséquences.” Les trois banques citées dans le mémo sont soit des banques d’État, soit des banques semi-privées appartenant à des conglomérats liés aux militaires, Myanma Economic Holdings et Myanmar Economic Corporation.

Semi-nationalisation d’une partie du système bancaire

La perspective de ce qui équivaudrait à une semi-nationalisation d’une partie du système bancaire birman, en plus de la paralysie actuelle du système financier, risque d’ébranler la confiance du public dans le secteur bancaire et pourrait déclencher une ruée sur les banques, ont averti certains des dirigeants. Selon un rapport publié en 2020 par l’International Growth Centre, basé au Royaume-Uni, l’expérience de la Birmanie, qui a connu deux effondrements bancaires majeurs au cours des trois dernières décennies, rend relativement probable une faillite bancaire si une spirale de pénuries alimentaires ou des formes de rupture sociale s’installaient à cause du COVID-19.

Gavroche-thailande.com – 21 mars 2021

Les banques privées mises au pas par les militaires
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer