Infos Thailande

Davantage de places de prison dans le royaume, les activistes inquiets

Print Friendly, PDF & Email

La Thaïlande va augmenter sa capacité carcérale. Dans le contexte de répression politique, cette annonce inquiète. Près de 400 personnes ont été interpellées dans le cadre du mouvement de protestation pro-démocratique en cours.

La Thaïlande envisage d’augmenter la capacité d’accueil de ses prisons, ses installations existantes étant surchargées de prisonniers politiques arrêtés dans le cadre du mouvement de protestation pro-démocratique en cours dans le pays.

Le ministre de la Justice, Somsak Thepsuthin, a déclaré hier aux journalistes que la maison d’arrêt de Bangkok et la prison centrale de Klong Prem, où sont détenus la plupart des prisonniers politiques récemment arrêtés, sont devenues encombrées par les visites des partisans et des membres des familles.

“Par conséquent, nous discutons de la possibilité de trouver une zone plus grande pouvant accueillir davantage de personnes pour le confort de tous”, a-t-il déclaré aux journalistes. “Tout le monde doit être traité de manière égale”.

Mouvement de protestation

La commodité est une façon de dire les choses affirme le site The Diplomat. Depuis le milieu de l’année dernière, la Thaïlande connaît un mouvement de protestation qui couve et qui, à son apogée, a vu des dizaines de milliers de personnes affluer dans le centre de Bangkok et d’autres villes thaïlandaises. Les manifestants ont demandé la démission du gouvernement du Premier ministre Prayut Chan-o-cha et l’élaboration d’une nouvelle constitution véritablement démocratique. De nombreux leaders de la protestation ont également lancé des appels sensibles à des réformes visant à limiter le pouvoir de la monarchie et le pouvoir du roi Vajiralongkorn.

Thai Lawyers for Human Rights

Selon le groupe d’aide juridique Thai Lawyers for Human Rights, au moins 382 personnes, dont 13 mineurs, sont actuellement inculpées pour avoir participé à des manifestations politiques pacifiques ou pour avoir critiqué le pouvoir en place en Thaïlande. Parmi ces personnes, au moins 58 ont été inculpées en vertu de la sévère loi sur la lèse-majesté, qui interdit toute critique du roi et de la famille royale.

Au début de la semaine, trois militants de premier plan se sont vu refuser la libération sous caution et ont été placés en détention provisoire pour lèse-majesté, dans le but évident de les empêcher de participer à de nouvelles manifestations. Outre les accusations de lèse-majesté, qui font référence aux critiques de la monarchie formulées par les trois militants lors d’un rassemblement en septembre, le trio a également été inculpé de sédition avec 15 autres manifestants pro-démocratie, a déclaré un porte-parole du tribunal. Cette décision est intervenue après que quatre autres leaders de la protestation se soient vu refuser la liberté sous caution pour de multiples accusations de diffamation royale le mois dernier.

Gavroche-thailande.com – 21 mars 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer