Infos Thailande

Comment les fêtards ont donné naissance à la 3e vague en Thaïlande

Print Friendly, PDF & Email

Les participants à la vie nocturne de Thaïlande ont fait grimper en flèche les nouvelles infections au Covid-19 au cours des dernières semaines.

Depuis le 22 mars, les clients et le personnel des clubs ont propagé la variante britannique hautement contagieuse à plus de 500 personnes dans le pays.

En réponse, le gouvernement a annoncé la fermeture de tous les lieux de divertissement dans 41 provinces.

Alors que les Thaïlandais prient pour que le cluster ne déclenche pas une troisième vague incontrôlable de Covid-19, les critiques se plaignent bruyamment que la Thaïlande n’a pas su tirer de leçon.

Les pubs et les bars ont été la source de plusieurs épidémies auparavant, mais les efforts pour empêcher la transmission du virus ont apparemment fait défaut.

Le rôle de la vie nocturne dans la première vague

En mars de l’année dernière, un groupe de clients de pub a été testé positif au Covid-19 après avoir partagé des boissons et des cigarettes dans un pub du quartier de Thong Lor à Bangkok.

Le ministère de la Santé publique avait réagi en avertissant la population de respecter les mesures de contrôle du Covid-19 afin d’éviter qu’une nouvelle vague de virus ne submerge le pays.

La vie nocturne de Thong Lor est le terrain de jeu privilégié des résidents aisés de Bangkok.

Abritant des dizaines de bars et de clubs à la mode, le quartier est envahi chaque soir par des milliers de résidents fortunés.

Cependant, la première vague de Covid-19 de l’année dernière a réduit au silence la scène des fêtes à Thong Lor et dans tout le pays, car le gouvernement a fermé les établissements nocturnes pendant des mois.

Au moment de leur réouverture en juillet, la lutte contre la Covid-19 en Thaïlande se classait parmi les meilleures au monde.

En conséquence, aucune infection locale n’a été détectée pendant les mois qui ont suivi la fermeture.

Le rôle des fêtards dans la deuxième vague

La deuxième vague de Covid-19 en Thaïlande est apparue en décembre, apparemment parmi les travailleurs migrants.

Cependant, la fréquentation des bars a joué un rôle important dans la propagation du virus.

Une femme anonyme a visité plusieurs bars dans le Nord avant d’être testée positive au Covid-19 début janvier.

Alertés par sa chronologie, les clients de l’un des bars qu’elle a visités, le Warmupcafe à Chiangmai, ont passé des tests et découvert qu’ils avaient également contracté la maladie.

Un autre foyer d’infection a été créé lors de la fête d’anniversaire de Techin Ploypetch, un célèbre DJ thaïlandais, qui s’est déroulée dans un hôtel de luxe de Bangkok début janvier.

Techin s’est depuis remis du Covid-19, mais il est poursuivi en justice pour avoir enfreint les restrictions de contrôle du virus.

En dépit de la condamnation publique et de la sanction légale infligée à Techin, les fêtards de Bangkok se sont pressés dans les lieux de divertissement dès leur réouverture le 23 février.

Les fêtards (d’élite) ont-ils déclenché la troisième vague ?

Il n’est peut-être pas surprenant que la troisième vague de Covid-19 ait été attribuée à des infections groupées qui se sont propagées dans les boîtes de nuit.

L’alerte a été donnée après qu’un homme de 35 ans, testé positif, a déclaré avoir fréquenté un bar de Thong Lor le mois dernier.

La liste des lieux de divertissement de Thong Lor liés à l’épidémie s’est rapidement allongée.

Parmi eux figure le Krystal Club Thonglor25, qui est désormais sous le feu des projecteurs nationaux.

L’ancien député et magnat des salons de massage, Chuvit Kamolvisit, a surnommé le Krystal Club “Club Thai Ku Fah” (Club de la Maison du Gouvernement) parce qu’il aurait accueilli certains hommes politiques de haut rang.

Le Krystal Club a fait la une des journaux après que le ministre des Transports, Saksayam Chidchob, ait été testé positif au Covid-19, suscitant de nombreuses rumeurs selon lesquelles il aurait contracté la maladie lors d’une soirée à Thong Lor.

Le ministre a laissé entendre qu’il avait attrapé le virus par sa secrétaire.

Depuis que l’infection de Saksayam a été confirmée mercredi, le hashtag est devenu une tendance dans les médias sociaux.

Outre le Krystal Club Thonglor25, le Bar Bar Bar, Ekamai Beer House, Emerald Thonglor13, Dirty Bar, Bottoms up Thonglor, AINU Hokkaido lzakaya & Bar, le Cassette Music Bar Ekamai et le 63 Music House Ekamai ont tous servi des clients qui ont ensuite été testés positifs au coronavirus.

Les personnes qui se sont rendues dans l’un de ces bars au cours des dernières semaines ont été invitées à se soumettre à un test de dépistage du Covid-19.

Outre l’alcool et la musique, certains de ces établissements attirent les clients fortunés en employant un personnel séduisant et peu vêtu.

Le Krystal Club Thonglor25 paierait chacune de ses animatrices des milliers de bahts par nuit.

“Il n’y a pas de distanciation sociale dans ces endroits.

Les pots-de-vin ont aveuglé tous les contrôles et l’application de la loi”, a commenté Chuvit.

Toutelathailande.fr – 11 avril 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer