Infos Birmanie

De nouvelles sanctions britanniques et américaines contre la junte militaire en Birmanie

Print Friendly, PDF & Email

Londres a annoncé des sanctions visant les intérêts financiers de militaires, en imposant des mesures contre une entreprise de pierres précieuses contrôlée par l’Etat.

En l’absence de sanctions de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour cause d’obstruction russe et chinoise, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé, lundi 17 mai, de nouvelles sanctions contre des responsables birmans à l’origine du coup d’Etat militaire en Birmanie.

Le 1er février, l’armée birmane a renversé la chef de facto du gouvernement civil, Aung San Suu Kyi, mettant fin brutalement à une parenthèse démocratique de dix ans. Depuis, elle réprime dans le sang les manifestations quasi quotidiennes, menées par une jeunesse avide de liberté, grande utilisatrice des réseaux sociaux et des nouvelles technologies.

Londres a notamment annoncé des sanctions visant les intérêts financiers de militaires, en imposant des mesures à une entreprise de pierres précieuses contrôlée par l’Etat. Ces sanctions, contre Myanmar Gems Enterprise (MGE), « priveront la junte d’une source-clé de financements », le commerce de pierres précieuses se chiffrant en milliards de dollars, a souligné le ministère des affaires étrangères britannique dans un communiqué.

« La junte militaire en Birmanie continue d’écraser la démocratie et d’attaquer son propre peuple avec une férocité brutale, a déclaré le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab. Nous travaillons avec nos alliés pour imposer des sanctions qui limitent l’accès de la junte à des sources de financement et pour favoriser le retour de la démocratie. »

Ces sanctions, décidées avec les Etats-Unis et le Canada et qui impliquent un gel des avoirs, font suite aux récentes réunions du G7 et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean). Le Royaume-Uni a déjà sanctionné plusieurs responsables de la junte, dont le commandant en chef de l’armée, le général Min Aung Hlaing, pour leur rôle dans le coup d’Etat militaire.

Washington sanctionne le gouverneur de la Banque centrale

Les Etats-Unis, qui ont déjà imposé des sanctions à MGE le mois dernier, ont annoncé, lundi, de nouvelles mesures contre treize responsables birmans, dont le ministre des affaires ethniques, Tun Aung Myint, le ministre chargé des affaires frontalières, Tun Tun Naung, et le gouverneur de la Banque centrale, Than Nyein, selon un communiqué du Trésor américain.

Il s’agit de « membres-clés du régime militaire birman, qui réprime violemment le mouvement en faveur de la démocratie dans le pays et est responsable des attaques violentes et meurtrières perpétrées contre le peuple birman, notamment le meurtre d’enfants », a justifié le Trésor.

Le Monde avec Agence France Presse – 17 mai 2021

De nouvelles sanctions britanniques et américaines contre la junte militaire en Birmanie
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer