Infos Viêt Nam

A Hô-Chi-Minh-Ville, un gang de bureaucrates matés par le parti

Print Friendly, PDF & Email

L’excellent site Asia Sentinel, dont nous vous recommandons la lecture, décrit les relations historiquement tendues entre les autorités nationales du Vietnam et celles qui gouvernent la mégapole du sud du pays, Hô-Chi-Minh-Ville.

Celles-ci semblent s’orienter vers une voie plus productive après des décennies de querelles financières.

Hô-Chi-Minh-Ville compte 10 % de la population du Vietnam, mais génère 22 % du PIB du pays. Ce n’est pas seulement la dynamo financière et entrepreneuriale du pays, c’est aussi l’ancienne capitale du “Sud-Vietnam” anticommuniste, qui ne s’est pas encore entièrement réconciliée. Depuis la libération, la ville tentaculaire a envoyé la plupart de ses recettes fiscales au gouvernement central pour qu’il les redistribue aux régions les plus pauvres du Vietnam.

Au fil des ans, les autorités de la ville semblent avoir considéré qu’il était raisonnable que ce soit elles, et non les fonctionnaires de Hanoï, qui décident de la manière de dépenser la fraction des revenus générés localement qu’elles sont autorisées à conserver.

Peu de respect

Alors que Nguyen Tan Dung était Premier ministre du Vietnam de 2006 à 2015, l’administration de la ville de HCM et sa branche du Parti communiste se sont notamment montrées peu respectueuses des directives malvenues du centre. Oui, on a parlé de scandales immobiliers à HCM City et dans d’autres endroits, et on s’est plaint que là comme ailleurs, les favoris de Dung se sont livrés à des transactions personnelles inconvenantes. Était-ce excessif selon les normes vietnamiennes ? Ce n’est qu’après l’échec de Dung dans sa tentative d’élection au poste de secrétaire général du parti début 2016 et sa mise à la retraite qu’il est devenu évident que le “Boss” Le Thanh Hai et ses associés étaient les maîtres et les premiers bénéficiaires d’un réseau omniprésent de corruption municipale.

Avant 2016, 77 % des recettes fiscales générales perçues à HCM City étaient transférées au gouvernement central pour être redistribuées aux provinces vietnamiennes les plus nécessiteuses. Puis est arrivé un nouveau groupe de dirigeants à Hanoï, avec un programme de lutte contre la corruption. Ils ont augmenté la taxe à 82 %.

Pour réformer, il faut commencer par le quartier général de la police

Par le passé, les autorités locales auraient dû résister. HCM City était effectivement ruinée. Surtout après 2016, les recettes fiscales conservées par la ville n’ont pas fourni suffisamment de liquidités pour empêcher les grands projets d’infrastructure de prendre beaucoup de retard.

Le 16 décembre 2020, la police municipale a arrêté et inculpé de “mauvaise gestion des biens de l’État” l’associé de longue date d’un gang, celui du boss Le Thanh Hai, Tat Thanh Cang, principal secrétaire adjoint du comité du parti de la ville.

Puis, en mars, le Politburo a dépouillé Hai et Le Hong Quan, son adjoint de longue date au sein de l’organisation du parti de Hanoï, de leurs anciens titres et récompenses du parti – une mesure qui ouvre la voie à leur jugement devant les tribunaux pénaux. Quan serait devenu un témoin de l’État. Les journaux vernaculaires font état d’une activité plus vigoureuse des enquêteurs du gouvernement. Des commentaires attribués aux “autorités de l’État” laissent entendre que des dizaines de responsables de haut niveau et de niveau intermédiaire du parti à HCM City sont susceptibles d’être arrêtés.

Chercher à tirer parti du succès

Le secrétaire du parti de HCMV et ses collègues profitent de leurs premiers succès contre le gang Hai pour faire campagne afin de conserver une plus grande part des recettes fiscales perçues à HCMV. Les fonctionnaires locaux ont expliqué au Premier ministre Pham Minh Chinh les raisons de ce succès lors de sa visite de travail en mai.Les autorités de HCM City doivent maintenant “récupérer et rembourser plus de 26 000 milliards de dongs (environ 1,14 milliard de dollars) avancés au projet sur le budget de l’État”. HCM City doit également mobiliser 4 000 milliards de dongs supplémentaires pour rembourser les prêts de la Banque d’État.

Et ce n’est pas tout. D’ici la fin du mois de juin, a déclaré M. Trac, les autorités de Hanoï espèrent également que des mesures seront prises rapidement pour remédier à la mauvaise gestion rentable d’un certain nombre de projets de développement foncier par des entreprises d’État sous le contrôle de la ville de HCM. Un peu de recherche révèle que tous ces projets sont liés à des complices du “Boss Le Thanh Hai”, tombé en disgrâce. Il semble que Hai, ainsi que Quan, Cang et d’autres personnes qui n’ont pas encore été arrêtées, seront derrière les barreaux d’ici peu.

Par Michel Prévot – Gavroche-thailande.com – 20 juin 2021

A Hô-Chi-Minh-Ville, un gang de bureaucrates matés par le parti
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer