Infos Thailande

L’autorité du tourisme de Thaïlande teste 7 destinations avant la haute saison

Print Friendly, PDF & Email

Pour la haute saison touristique, début octobre, la Thaïlande devrait compter 7 destinations participant aux plans de réouverture au tourisme international.

Parmi ces sept destinations, seule Phuket est entièrement ouverte aux touristes inoculés, tandis que les autres limitent encore les itinéraires touristiques à quelques districts et imposent diverses conditions pour maintenir un équilibre en matière de santé et de sécurité.

Phuket et Hua Hin peuvent être considérées comme des destinations exemptes de quarantaine car elles n’exigent pas que les touristes restent dans leurs hôtels, tandis que Chiang Mai peut insister sur une journée de quarantaine, mais toutes les sorties en dehors de l’hôtel doivent être organisées par un tour-opérateur.

Trois autres zones touristiques importantes devraient rouvrir en septembre

Après avoir testé les programmes avec Phuket et Koh Samui en juillet, puis Krabi et Phangnga en tant que destinations étendues en août, l’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) est sur le point de proposer trois autres destinations en septembre – Pattaya, Chiang Mai et Hua Hin – au Centre d’administration de la situation Covid-19 (CCSA) pour les ajouter au programme de réouverture.

Avant la pandémie, les recettes du tourisme international provenant de Phuket, Pattaya, Chiang Mai, Koh Samui et Hua Hin représentaient 50 % du total pour le pays, selon la TAT.

Dans le calendrier proposé précédemment au CCSA, Chiang Mai et Pattaya avaient prévu de réouvrir en septembre, mais une pénurie de vaccins à l’échelle nationale les a obligés à attendre au moins un mois de plus.

Même si de nouvelles zones peuvent être ajoutées à temps pour la haute saison, ce scénario reste en deçà de l’objectif grandiose annoncé par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha en juin, à savoir la réouverture du pays à la mi-octobre, assortie de la condition qu’aucune quarantaine ne soit requise pour les touristes entièrement vaccinés dans les zones rouvertes.

Krod Rojanastien, président de l’Association thaïlandaise des spas et responsable de la planification de la réouverture de Hua Hin, a déclaré qu’il sera difficile d’attirer les touristes internationaux tant qu’il y aura des quarantaines obligatoires ou des programmes de visites obligatoires.

C’est pourquoi Hua Hin a opté pour un système similaire à celui de Phuket.

Au lieu de maintenir les touristes en quarantaine, elle prévoit de délimiter la zone située dans un rayon de 86 kilomètres autour de Hua Hin pour les laisser voyager librement, en utilisant la technologie de surveillance pour les contrôles de santé et de sécurité et en créant des forfaits optionnels attrayants pour leur offrir des choix de loisirs pendant leur séjour.

Baisse des arrivées de voyageurs à Phuket

Après s’être appuyée sur le Bac à sable de Phuket comme seul point d’entrée exempt de quarantaine, la province elle-même et d’autres zones étendues ont commencé à observer une baisse du nombre de visiteurs.

Le 26 août, on comptait 156 visiteurs, soit moins que la moyenne de 460 arrivées par jour entre le 1er juillet et le 14 août, après qu’une hausse des cas de Covid-19 à Phuket et dans toute la Thaïlande ait incité plusieurs pays à mettre en garde contre les voyages en Thaïlande.

Le Royaume-Uni est le dernier pays en date à avoir placé la Thaïlande sur sa liste rouge, ce qui signifie que les touristes doivent se mettre en quarantaine dans un hôtel à leur frais à leur retour chez eux.

Le meurtre d’une touriste suisse dans le bac à sable de Phuket et la couverture médiatique qui en a résulté sont également à l’origine du ralentissement des réservations.

Au 25 août, il ne restait que 5 416 touristes à Phuket.

Les États-Unis et le Royaume-Uni – les deux principaux marchés depuis le début du programme de bacs à sable – ayant placé la Thaïlande sur leur liste des pays à haut risque, les plans de réouverture pourraient ne pas suffire à attirer les voyageurs et à relancer le moteur du tourisme.

Le retour des touristes dépend de la quarantaine

“Nous devons revenir à une quarantaine de sept jours en octobre si la Thaïlande veut encore relancer efficacement l’économie du tourisme”, a déclaré le gouverneur de la TAT, Yuthasak Supasorn.

Selon lui, la lenteur des réservations a incité les opérateurs touristiques à placer leurs espoirs dans le quatrième trimestre.

Le CCSA a approuvé une quarantaine de sept jours le 19 mars avant que la brusque résurgence de la pandémie n’oblige le pays à porter cette durée à 14 jours.

“Lorsque le taux d’infection par le Covid-19 ralentira, si nous parvenons également à accélérer le déploiement des vaccins et à faire passer le taux de mortalité en dessous de 100 par jour, la TAT proposera une quarantaine plus courte au CCSA”, a déclaré M. Yuthasak.

“Un programme sans quarantaine pour les touristes entièrement vaccinés provenant de pays à faible risque est également possible si le public ne s’oppose pas à cette idée.”

Marisa Sukosol Nunbhakdi, présidente de l’Association des hôtels thaïlandais, a déclaré que la véritable impulsion pour le secteur du tourisme se produira une fois que la quarantaine obligatoire pour les pays à faible risque sera totalement supprimée.

“Une quarantaine de sept jours ne stimulera pas la demande, en particulier pour le marché des courts courriers”, a déclaré Mme Marisa.

“Ce dont nous avons besoin, c’est d’une gestion des risques, en utilisant un processus de sélection au lieu de les maintenir tous en isolement.”

Selon elle, cette méthode sélective est réalisable si le pays peut administrer des vaccins à un plus grand nombre de personnes d’ici la fin de l’année.

“Nous voyons des signes plus prometteurs si des vaccins supplémentaires sont livrés à partir du mois prochain”, a déclaré Mme Marisa.

“Lorsque la communauté locale obtiendra une protection solide, un nouvel assouplissement des restrictions sur les voyages devrait être mis en place pour aider les entreprises hôtelières à survivre à la crise qui dure depuis un an.”

Elle a encouragé le gouvernement à donner la priorité aux travailleurs du tourisme dans les zones de Bac à sable, car de nombreux endroits attendent encore de recevoir des vaccins.

À Chiang Mai, seuls 30 % des employés des hôtels sont vaccinés.

“Pour une réouverture sans faille, nous devons être équipés de suffisamment d’outils, tels que des vaccins et des kits de tests antigéniques, afin de garantir les normes de sécurité sanitaire une fois que nous pourrons à nouveau accueillir les touristes internationaux”, a déclaré Mme Marisa.

Toutelathailande.fr avec The Bangkok Post – 28 août 2021

L’autorité du tourisme de Thaïlande teste 7 destinations avant la haute saison
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer